vendredi 19 avril 2024
Emmanuel de Vaucelles

Emmanuel de Vaucelles

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...

La 61e vente des vins des Hospices de Nuits-Saint-Georges, petite sœur des célèbres enchères des Hospices de Beaune, a établi le dimanche 20 mars un nouveau record, malgré une faible récolte en raison du gel tardif l'an dernier.

L’activité a été soutenue en Côte d’Or en ce week-end des 19 et 20 mars où deux événements se télescopaient, la vente de charité des Hospices de Nuits-Saint-Georges et la Saint Vincent Tournantes qui avait lieu à Pulligny Monrachet.

Il est peu de dire que c’est un retour réussi pour la Saint-Vincent Tournante! En effet, la fête des vignerons a réuni plus de 30 000 visiteurs ce samedi 19 mars sur les 3 villages de Puligny-Montrachet, Blagny et Corpeau. L'engouement était au rendez-vous autour des caveaux de dégustations des vins de l'appellation Puligny-Montrachet. La journée a aussi été marquée par une grande messe et un défilé, autour des quatre éléments terrestres. L'air à Blagny, le feu à Corpeau, l'eau et la terre à Puligny-Montrachet.

Mais une autre sorte de grande messe avait lieu à quelques dizaines de kilomètre de là à Nuits Saint Georges : la 61e vente de charité des Hospices de Nuits.
Et là, une fois de plus, les records sont tombés les uns après les autres en Bourgogne ou les prix continuent à s’envoler dépassant toutes les prédictions. Les enchères ont pour la première fois franchies 2 millions d'euros, à 2,486 millions d'euros (hors frais), en hausse de quasiment 30% par rapport à l'an dernier.

"C'est exceptionnel", a indiqué Alain Cartron, maire de Nuits-Saint-Georges, sous les applaudissements de la foule rassemblée au château de Clos de Vougeot, siège de la Confrérie des chevaliers du Tastevin, du nom de la tasse médiévale de dégustation.

Seulement 109 pièces (fûts de 228 litres) étaient pourtant cette année proposées à la vente, en raison du gel tardif qui a amputé la récolte.

L'année dernière, la 60e vente avait atteint la somme totale de 1,9 million d'euros, pour 114 pièces Cette année, le prix moyen de la pièce a donc lui aussi atteint un record, à 22 481 euros pour les rouges soit une hausse de près de 35% par rapport à 2021 (16 687 euros), et 58 000 pour l'unique pièce de blanc, soit une envolée de 115% sur 2021 (27 000 euros).

Pour rappel, es enchères de Nuits sont au profit de l'hôpital et de la maison de retraite gérés par les Hospices du célèbre village viticole. Tout comme Beaune, les Hospices de Nuits sont en effet un "hôpital vigneron": le service médical est financé par un domaine de 12 hectares de vignes apportées en dons au fil des siècles.

Parallèlement, les Hospices de Nuits réservent traditionnellement un fût au profit d'une association. Cette "Pièce de Charité" a été vendue 41 460 euros au profit de l'APF France Handicap, principale organisation française de défense des droits et d'accompagnement de personnes en situation de handicap. En 2021, la "pièce de charité" était partie à 49 380 euros.

En novembre dernier, les 161e enchères des Hospices de Beaune avaient elles aussi connu une flambée des prix, avec un résultat total de 11,7 millions d'euros (hors frais) soit une inflation moyenne du prix par pièce de 85%. Rappelons que l’offre avait été divisée par deux du fait des intempéries avec seulement 349 fûts de 228 litres contre 640 en 2020.

"Il y a bien sûr une demande très forte pour les vins de Bourgogne", a reconnu François Poher à l’Agence France Presse (AFP), directeur des Hospices civils de Nuits et de Beaune. Reste à savoir jusqu’où cela va aller sachant que certains consommateurs pourraient se détourner de cette belle région si les prix continuent à croître dans de telles proportions.

Source: McViti

Suite au constat du réchauffement climatique, la planète connait sans doute l’une de ses plus grandes révolution industrielle, voir «écoloindustrielle» avec la chasse au CO2 par le passage de l’utilisation des énergies fossiles à l’énergie électrique sous toutes ses formes: éoliennes, photovoltaïques et nucléaires, mais cette révolution crée de fortes inquiétudes, voire de la résistance des citoyens, quel qu’en soit le projet. Faut-il pour autant ne rien faire?

Il est peu de dire que la mise en place de grands chantiers sur les nouvelles énergies rencontre de fortes oppositions. Pour preuve, en France, quand le président de la République, Emmanuel Macron, annonce la création de nouvelles centrales nucléaires, les écologistes se dressent en opposant absolues. Dans le vignoble Bourguignon près de la ville de Beaune, c’est la filière viticole en 2019 qui a mené le combat contre l’implantation d’éoliennes et non sans arguments percutants, les fameux «climats de Bourgogne» étant maintenant reconnus comme Patrimoine mondial de l’UNESCO. Nouvel épisode aujourd’hui, le projet Horizeo, parc photovoltaïque de 1000 hectares à Saucats, en Gironde, qui suscite un vent de défiance parmi de nombreux acteurs locaux. À commencer par les vignerons de l’appellation Pessac-Léognan, en première ligne face aux conséquences potentielles de ce projet sur l’écosystème environnant.

Cet investissement, qui coûtera plus d’un milliard d’euros, est piloté par Engie (ancien Electricité de France – EDF), Neoen, RET (Réseau Transport d’Électricité) et la mairie de Saucats, avec le soutien de l’observatoire des énergies renouvelables Observ’ER, l’opérateur français indépendant en énergies vertes Valorem, la Chambre régionale de commerce et d’industrie et une forte volonté politique, puisque le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en fait un axe majeur de sa politique générale.

Le journal Sud-Ouest et le site Internet Terre de vins ont fait un tour d’horizon sur le projet et les inquiétudes qu’il suscite. Pour rappel, il s’agit de créer le plus grand parc photovoltaïque d’Europe: c’est l’ambition du projet Horizeo, qui pourrait voir le jour d’ici 2027 à Saucats, en Gironde, confirmant le positionnement fort de la région Nouvelle-Aquitaine sur le secteur de l’énergie photovoltaïque après la création d’un premier parc de près de 300 hectares fin 2015 à Cestas. Cette fois, on entrerait dans des dimensions beaucoup plus importantes, puisque Horizeo doit couvrir une surface totale de 2000 hectares en pleine forêt des Landes – dont la moitié accueillerait panneaux et bâtiments, entraînant la coupe d’une énorme quantité d’arbres sur une superficie de 1000 hectares. Face au gigantisme de la chose, de nombreuses associations de riverains, comme de défense de l’environnement, ont déjà manifesté leur opposition au projet, appuyé par la Fédération des industries du bois de Nouvelle-Aquitaine.

Mais la filière bois trouve un relais de taille dans son opposition. Comme le relève Terre de Vins dans son article paru le 7 février sur son site, la filière viticole, et en particulier le Syndicat d’appellation de Pessac-Léognan, s’inquiète des éventuels effets d’un tel projet. Pour preuve, Olivier Bernard, propriétaire du Domaine de Chevalier et du Château La Solitude et qui est en charge du suivi de ce dossier pour le syndicat, précise les craintes de la filière: «Trop grand, trop près». Et de préciser: «Nous parlons d’un projet qui va raser 1000 hectares d’arbres en lisière de l’appellation Pessac-Léognan, avec un impact potentiellement grave sur tout l’écosystème environnant. Certaines propriétés ne se trouvent qu’à une poignée de kilomètres de l’emplacement du futur parc photovoltaïque, et nous estimons que nous n’avons pas assez d’éléments tangibles sur les effets potentiels de ce projet sur l’équilibre de notre vignoble.»

Selon le syndicat, malgré le débat public qui a commencé le 9 septembre 2021 et qui s’est terminé le 9 janvier 2022 et dont les conclusions doivent être rendues le 9 mars prochain, tout le projet manque d’une «étude d’impact sérieuse» portant sur trois points que synthétise Terre de Vins :

  • Le parc photovoltaïque d’environ 1GW alimenterait plusieurs «briques» technologiques, dont des batteries de stockage d’électricité, un électrolyseur produisant de l’hydrogène et un data center sur une surface de 5 hectares, autant d’équipements qui peuvent entraîner une forte production de chaleur à proximité du vignoble.
  • La suppression de 1000 hectares d’arbres initialement plantés sur des terres marécageuses soulève la question de la rétention d’eau et de la gestion d’un bassin hydrique, sur laquelle les viticulteurs ne sont pas rassurés.
  • La suppression de 1000 hectares d’arbres soulève, enfin, des interrogations sur de possibles nouveaux couloirs de grêle qui pourraient être créés, exposant les vignes environnantes.

Autant d’inquiétudes qui, comme l’affirme Olivier Bernard, «ont été formulées dès l’automne dernier», mais qui n’ont pour l’instant trouvé «aucune réponse satisfaisante».

Pour résumer la difficile équation qui est posée par cet investissement au cœur de la Gironde, Horizeo cristallise beaucoup de sujets très actuels, de la nécessaire augmentation de la part d’énergie renouvelable voulue entre autres par l’Union européenne à la dépendance accrue vis-à-vis de la Chine en matière d’équipements photovoltaïques, en passant par la réduction du bilan carbone, pour lequel les équipes de l’INRAE ont été sollicitées et la défense de la biodiversité. Bruno Hernandez, directeur du projet, indiquait à ce sujet, en novembre dernier à la radio France Bleue Gironde, que sur les 2000 hectares couverts par Horizeo à Saucats, seul un millier d’hectares sera effectivement consacré à la construction des équipements: « Les hectares auxquels nous ne toucherons pas sont ceux dans lesquels vous trouvez la plus grande richesse en terme de biodiversité». Il ajoute: «Nous replanterons au moins deux arbres pour chaque pin abattu».

Malgré un discours des promoteurs qui se veut rassurant, le débat est loin d’être clos et les inquiétudes de fonds demeurent pour la filière viticole. À ce stade, aucun recours en justice n’est officiellement envisagé par les vignerons de Pessac, mais le message qu’ils veulent faire passer est qu’ils entendent bien faire preuve de vigilance dans les semaines à venir et défendre les intérêts de leur appellation.

À suivre, donc, après les premières conclusions qui en sortiront le 9 mars.

Source : McViti

En 2021, la France a produit 37,5 millions hectolitres de vin d'après les données provisoires des déclarations de récolte arrêtées au 7 janvier 2022 et présentées par la direction générale des douanes ce 12 janvier durant le conseil spécialisé vins de FranceAgriMer rapporte l’Agence France Presse (AFP).

Contrairement aux prévisions, la récolte 2021 n'est pas descendue sous les 35 millions hl, certains avaient même craint un niveau planché à 33 millions hl. Le bilan par bassin confirme l'hétérogénéité des situations selon les zones.

Malgré une succession de catastrophe climatique qui a touché l’ensemble de l’Hexagone commencé dès le milieu du printemps, le gel, les pluies, la coulure puis la sécheresse, la récolte 2021 reste supérieure à la production enregistrée en 2017 sur le territoire français (36,8 millions hl). La baisse reste tout de même conséquente, presque -20 %, en comparaison du millésime 2020 (mais la perte ne s’élève finalement qu’à -12 % par rapport à la campagne 2019). Même avec cette révision à la hausse, la France reste en volume à sa place le troisième pays producteur de vin au monde d'après les données de l'Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV).

En synthèse, nous pouvons regrouper les régions viticoles en trois niveaux de récoltes. Les vignobles du Val de Loire-Centre et de Bourgogne-Beaujolais-Savoie-Jura affichent les baisses de volumes les plus importantes, autour de -34 % par rapport au millésime précédent. Mais à l’intérieur de ces zones, des secteurs ont été plus impactés que d’autres comme par exemple dans les Cotes de Beaune ou certains Vignerons ont vu une perte de 90% des volumes suite au gel d’avril sur le Chardonnay. Ce sont des célèbres villages comme Meursault ou Pulligny qui ont été les plus sévèrement touchés.

Concernant la Champagne, le Languedoc-Roussillon, les Côtes du Rhône et le Sud-Ouest, ces régions oscillent entre -20 et -25% en termes de baisse de production. Là encore il y a de fortes disparités lié entre autre aux cépages plus ou moins tardifs donc qui ne vivent pas de la même façon les caprices du temps sur un même secteur. En Corbières, dans le Languedoc si la Syrah a souffert du gel et de sècheresse de l’été, les Carignans plus tardifs ont été superbes profitant entre autres de quelques pluies mi-septembre permettant de revigorer la plante. Et de redonner un peu le sourire à la filière 

Malgré des craintes liées aux incendies du mois d’août, la partie Sud-Est du pays apparaît la plus préservée, les chiffres parvenant de Provence semblant même indiquer un volume de récolte supérieur à 2020. Reste à voir le niveau qualitatif mais les amateurs de rosés peuvent être partiellement rassurés.

Et chez nos voisins qu’en est-il. En novembre Bruxelles publiait un premier état des lieux de la récolte. En2021, l'Europe enregistre une forte baisse de sa production vitivinicole d'après les estimations de l’Union Européenne (UE), qui souligne l'instabilité de plus en plus forte des vendanges ces dernières années.

Comme en France, l'hétérogénéité d'un vignoble à l'autre est l'une des principales caractéristiques de ce millésime marqué par les aléas climatiques. L’UE  aurait produit 143 millions d’hectolitres de vins et de moûts d’après les dernières données  soit une baisse de 12 % par rapport à 2020. Sur ces 23 millions hl manquants sur le millésime 2021, un peu moins de la moitié est due à la petite récolte française. « Avec une production estimée à 44,5 millions d'hectolitres (-9 %), l'Italie resterait le plus gros producteur de l'Union Européenne, suivie de l'Espagne (39 millions d'hectolitres, -15 %) », souligne la Commission Européenne.

Mastodontes du vignoble européen, l’Italie, l’Espagne et la France représentent 80 % de la production communautaire. Concernant les autres vignobles comme l’Allemagne (8,4 millions hl, +4 %) ou du Portugal (6,4 millions hl, +1 %) et d’Autriche (2 millions hl, -4 %), ces pays présentent des vendanges plutôt stables, quand celles de Roumanie bondissent (4 millions hl, +30 %) et que celle de Grèce s’effondre (2,3 millions hl, -25 %).

« Avec un volume relativement faible, la récolte 2021 serait inférieure de 11 % à la moyenne des 5 dernières années, mais toujours supérieure à la récolte 2017. Ce dernier était le plus bas des 20 dernières années, avec une production européenne de 144 millions d'hectolitres » ajoute Bruxelles. Si le gel du printemps 2021 est historique en France, il aurait moins marqué en Europe. Mais « depuis près de dix ans, la production a varié d'une année à l'autre dans des proportions beaucoup plus importantes qu'au cours de la décennie précédente. Cette instabilité des volumes produits apparaît comme la conséquence directe d'aléas climatiques majeurs de moins en moins prévisibles et de plus en plus fréquents » alerte la Commission Européenne, qui a indiqué une hausse de 10 points de son aide à l’assurance récolte face au changement climatique à l’instar du ministre français de l’agriculture, Julien de Normandie, qui travaille à l’élaboration d’un texte facilitant l’accès aux assurances récoltes devenues parfois trop chers pour la filière.

Si la production est en baisse, les marchés sont particulièrement actifs et les prix des vins des plus prestigieuses régions Européens s’envolent lié entre autre à  une demande asiatique toujours plus importante. Il n’en reste pas moins que pour la filière des vins classique le manque à gagner lié à de faibles volumes met en péril certains équilibres économiques et devraient favoriser le phénomène de concentration déjà bien entamée depuis quelques années.

Source : McViti

Nouveau rebondissement dans le classement 2022 de Saint-Émilion, dont l’examen est en cours : après les châteaux Cheval Blanc et Ausone, c’est un autre Premier Grand Cru Classé ‘A’, Château Angélus, qui décide de retirer sa candidature.

Les communiqués de presse se succèdent avec des annonces spectaculaires. Un certain malaise semble régner sur Saint Emilion et son classement qui a pourtant participé dans le passé à faire la renommée de cette historique appellation.

Pour rappel, le premier des classements des vins de Saint-Émilion a été effectué en 1955, à la suite d'une décision prise en 1954 par le Syndicat viticole des vins de Saint-Émilion. Il s'agit d'un classement des crus de l'appellation saint-émilion-grand-cru et non de ceux de l'appellation saint-émilion qui n'a pas de classement officiel.

Différence notable avec Saint Emilion, contrairement au classement de 1855 (classement ne concernant que des vins de la rive gauche de la Garonne), il est révisable tous les dix ans. Depuis sa création, ce classement décennal a été revu six fois : en 1959, 1969, 1986 (les dix ans n'ont pas été respectés), 1996, 2006 et 2012. Le prochain est attendu pour septembre 2022 mais il fait « causer dans la campagne ».

Le Classement se découpe en trois catégories : les 1ers Grands Crus Classés A (ils sont 4 depuis 2012 et n’étaient que 2 avant (Château Cheval Blanc, Château Ausone, Château Pavie, Château Angélus), les 1ers Grands Crus Classés B au nombre de 9 et 69 Grands Crus.

À la suite d'un imbroglio judiciaire très dense, qui faisait suite au classement de 2006, le règlement a été modifié et il se déroule désormais sous l'autorité de l'Institut Nationale des Appellation d’Origine (INAO) et du Ministère de l’Agriculture au travers d’une commission ou siège aussi les acteurs locaux du vignoble. C'est sous cette autorité que le classement de 2012 a été établi, qui consacre 82 propriétés après dix mois d’audits divers.

Afin d’éviter les conflits un cahier des charges très précis a été établis avec une notation sous forme de points ou les vins sur plusieurs millésimes étaient jugés mais aussi rentrait en ligne de compte d’autres caractéristiques comme l’œnotourisme, entre autres.

Le mardi 4 janvier, le Château Angélus vient d’annoncer le retrait de sa candidature par un long communiqué de presse. Déplorant les procédures « toujours en cours » sur le classement de 2012, rappelant les problèmes qui avaient déjà entouré le classement de 2006 et pointant du doigt le fait que deux propriétés ont déjà posé un recours devant la justice concernant le prochain classement 2022 (les châteaux Croix de Labrie et Tour Saint-Christophe, pour des questions d’assiette foncière, Angélus évoque un « contexte délétère », « en prend acte et quitte ce système en se retirant du classement de 2022 » Le château poursuit : « Naturellement, la décision récente qui, après plus de dix années de procédure, a sanctionné Hubert de Boüard (actuel co-président d’Angélus - NDLR) au paiement d’une amende en lui reprochant sa participation aux instances professionnelles, nous conforte dans ce choix de nous extraire d’une procédure dont la viabilité ne parait plus assurée, et dont les avantages n’équilibrent plus les risques de mises en cause injustes. Avec humilité, Angélus continuera d’inscrire sa trajectoire dans la même quête d’excellence et se consacrera plus que jamais à sa vocation première, que perpétue la famille de Boüard de Laforest depuis huit générations : produire de grands vins propres à traverser les époques, qui soient le reflet de leur appellation, de leur terroir et de chaque millésime. » En conclusion, Stéphanie de Boüard-Rivoal, Présidente d’Angélus, déclare : « Si les valeurs qui nous sont chères et la dynamique dans laquelle Angélus est aujourd’hui engagé nous conduisent à considérer le système actuel comme inadapté aux enjeux de notre domaine et de son appellation, l’attachement de notre famille à la région et à la réputation de ses vins demeure intact. Angélus continuera à faire rayonner Saint-Emilion et les grands crus du bordelais sur tous les continents, et sous toutes les latitudes. »

Reste que cette défection s’ajoute aux retraits de deux autres prestigieux domaines classés « premier grand cru » ​en catégorie A – soit le sommet de la pyramide –, les châteaux Ausone et Cheval-Blanc. La partie terroir et dégustation occupait une part trop minime par rapport au réceptif ou aux réseaux sociaux​, avait justifié, en juillet, Pauline Vauthier qui dirige Ausone. Ces deux châteaux, classés A depuis 1955, reprochent notamment au cahier des charges de ne pas accorder une place suffisante à la dégustation des plus anciens millésimes : seuls ceux ayant été produits après 2004 sont actuellement pris en compte. Sur les quatre propriétés figurant en catégorie A, il ne reste donc que le château Pavie à maintenir sa candidature. Elle suit son cours​, indique-t-on dans l’entourage de Gérard Perse, à la tête de ce château.

Indépendamment de ces grands châteaux qui peuvent sans doute se permettre de ne pas apparaître dans ce classement, pour nombre de propriétés y figurer ou non engendre d’importantes conséquences : sur le prix de vente des vins, sur la valeur immobilière des terres, sur la capacité à investir… Autrement dit, il peut être très lucratif d’en faire partie, même si pour une entreprise familiale le risque pourrait porter sur la transmission. En effet, bon nombre de propriété sont vendues faute d’héritier pouvant indemniser le reste de la famille lors d’une succession. Cependant, l’INAO qui supervise ce classement, note ainsi avoir reçu de nombreuses candidatures, il y a davantage de domaines candidats en 2022 que pour le classement de 2012. Cela montre l’émulation et l’investissement collectif à Saint-Emilion.

L’INAO conteste en tout cas les critiques formulées : Selon le règlement de 2022, les notes relatives aux critères concernant le terroir et le vin représentent 70 % de la note finale en grand cru classé et 60 % en premier grand cru classé.

Mais la grande question qui se pose maintenant à  la Commission est : est-ce que les défections des trois plus grandes propriétés vont porter un fort préjudice au futur classement 2022 ? « C’est à redouter. Cette nouvelle fait mal à tout le monde, c’est sûr, mais notre état d’esprit est de continuer à aller de l’avant, et de revendiquer la force collective de ce classement, admettait en juillet dernier, Franck Binard, le directeur du Conseil des vins de Saint-Emilion, après les retraits d’Ausone et Cheval-Blanc. Maintenant, avec l’abandon d’Angélus, le président du Conseil des vins, Jean-François Galhaud, regrette, d’un point de vue collectif, cette décision, motivée par des raisons personnelles notamment en raison de la condamnation récente faite à Hubert de Boüard. Mais il reste persuadé que ce classement révisable tous les dix ans demeure un formidable outil de challenge, d’émulation et de modernité​. »

Malgré ce discours qui se veut rassurant, il est à parier en tous les cas, que les membres de la commission souhaitent que ce feuilleton à rebondissement connaisse des jours meilleurs mais il est vrai qu’après les critiques subits sur le classement de 2012, une révision de certains critères en tenant compte des principales remarques des candidats auraient permis d’éviter cette mauvaise publicité autour du nouveau classement. Et à terme qu’elle légitimité quand les principaux favoris ne concourent pas ? Aujourd’hui, personne ne peut dire si la nouvelle hiérarchie sera bien née mais la gestation de ce nouveau bébé bordelais est, elle, bien chaotique… Suite au prochain épisode.

Source : Mc Viti

L’Appellation d’Origine Protégée (AOP) Champagne représente environ 33 000 Ha soit 4% de la surface viticole française (796 000 Ha) mais le chiffre d'affaires de la filière champenoise devrait dépasser 5,5 milliards d'euros pour 2021 pour 315 millions de bouteilles, surpassant le record de 5 milliards atteint en 2019,alors que le chiffre d’affaire pour l’ensemble des vins français dont la Champagne ne dépasse à peine les 12 milliards d’Euros. Il est peu de dire que la région est un acteur majeur du monde agro-viticole Hexagonale.

Le Champagne à l’occasion des fêtes de Noël et du réveillon du 31 décembre va couler à flot tant en France qu’à l’étranger. Néanmoins, la concurrence internationale des bulles, les effets d’un confinement mondial et les changements d’habitude de consommation oblige les opérateurs du secteur à se renouveler et pas seulement en termes de marketing. Pour la France par exemple, face à la spirale baissière des ventes avec la perte de 40 millions de bouteilles sur le marché, il faut bien reconnaitre que les gisements de croissance se trouvent désormais à l'export ce qui oblige les opérateurs à muscler leur force de vente.

Les grandes manœuvres doivent donc aussi se dérouler sur un plan capitalistique, c’est le cas en ce moment avec ces deux acteurs de la coopération champenoise.

Pour mémoire et en simplifiant schématiquement, il y a trois grandes familles de metteurs en marché dans le secteur viticole : les vignerons indépendants qui produisent leur vin via leur exploitation et font de la vente en direct, le négoce qui achète soit les raisins soit le jus et qui après élevage vendent sur le marché et les coopératives qui commercialisent la production de leurs associés coopérateurs, les vignerons. C’est cette dernière filière qui connait une transformation spectaculaire en cette fin d’année 2021.

Les vignerons du Centre vinicole-Champagne Nicolas Feuillatte (CV-CNF) et de la Coopérative régionale des vins de Champagne (CRVC) étaient réunis mercredi en assemblées générales extraordinaires pour se prononcer sur le projet de fusion entre les deux entités, qui donnerait naissance à un nouveau géant du champagne.

Marque leader en France et troisième opérateur mondial en volume, le CV-Champagne Nicolas Feuillatte a réalisé un chiffre d'affaires de 212 millions d'euros en 2019, et regroupe 5000 vignerons et 72 coopératives. La coopérative avec qui il s'allierait, plus petite avec 55 millions d'euros de ventes, rassemble 723 vignerons et 23 coopératives, et vend notamment sous la marque Champagne Castelnau.

Le regroupement resterait derrière le groupe LVMH, qui est de loin le numéro un du secteur, avec ses marques Moët & Chandon, Mercier, Ruinart, Veuve Clicquot, Krug, Dom Perignon, etc.

Autre conséquence de ce mariage, il ne faut plus dire « Centre vinicole – champagne Nicolas Feuillatte (CV-CNF) » ni « Coopérative régionale des vins de Champagne » (CRVC). Les deux entités, poids lourds du monde de la coopération vinicole, fusionneront le 31 décembre prochain, en un seul et même groupe, baptisé « Terroirs & vignerons de Champagne ».

Reste à savoir si cette fusion n’est qu’un prélude à de vastes restructurations ? A suivre, donc.

Source : McViti

Ce dimanche 21 novembre 2021 dans la Halle de la ville de Beaune tous les records ou presque ont été battus : déjà par la plus petite récolte proposée aux acheteurs depuis longtemps, par la Pièce du Président qui s’est envolée une fois encore et par des prix stratosphériques pour le reste des lots.

La notoriété des vins de Bourgogne n’est plus a démontré. Les grands vins de la Côte de Nuits et de Beaune atteignent des prix inimaginables sur tous les marchés comme les vins du Domaine de la Romanée Conti, ceux d’Henri Jayer ou d’autres. Cette année, le vignoble Bourguignon a perdu environ la moitié de sa récolte après un épisode de chaleur suivi de gelées au printemps, puis par un été très pluvieux : le volume attendu pour le millésime 2021 sera de 900.000 à 950.000 hectolitres contre 1,56 million en 2020, selon le BIVB (Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne). Sur ces dix dernières années, les effets de la météo ont fait perdre l’équivalent de trois récoltes à cette région. Raréfaction de l’offre et hausse de la demande, cela donne un cocktail explosif qui fait que même la phrase « inflation galopante » est encore en dessous de la vérité pour décrire le phénomène que nous connaissons actuellement.

Pour les Hospices, le phénomène est identique voir amplifié vu la renommée du site et de ses vins. Pour sa récolte, pas de miracle, le volume a été historiquement faible, seulement 349 "pièces" de primeurs rouge et blanc, des fûts de 228 litres correspondant à 288 bouteilles, étaient proposées aux acquéreurs - contre 630 l'an dernier. Les rendements ont été de 14 hl/ha, contre 30-35 une année normale. Ce sont les blancs qui ont le plus souffert du gel, le Chardonnay étant plus précoce que le Pinot Noir. De même, les Pinots Noirs de la Côte de Beaune ont été moins productifs que ceux de la Côte de Nuits pour les mêmes  raisons. Sans parler des maladies qui se sont invités au début de l’été. « Une année hostile » comme l’a indiqué  Ludivine Grivault régisseur du domaine des Hospices.

La conséquence, la vente des 362 lots a atteint un prix moyen par lot de 34 980 E soit 12,7 millions d’euros. En 2020, 638 lots avaient été vendus pour un montant moyen de 21 690 E. pour rappel et bien visualiser la dérive tarifaire des vins des Hospices, en 1991, les 553 lots ressortaient avec un prix moyen de 3543 E, en 2001, les 696 lots étaient échangés pour 5526 E en moyenne. En 2011, les 761 lots ont trouvé preneur pour un prix moyen de 6496 E. Enfin, en 2016, les 585 lots ont atteint une moyenne de 13085 E. La hausse laisse songeur. Mais surtout, quel que soit le niveau qualitatif de la récolte les prix grimpent inexorablement.

Le clou des enchères, la "Pièce de Charité", ou "Pièce du Président", un fût de Corton Renardes Grand Cru, est parti à 800.000 euros (hors frais) contre 660.000 l'an dernier. « Ca, c'est un vrai chiffre! C'est historique », a lancé l'acteur Pio Marmai qui a animé cette vente comme un bonimenteur professionnel, aux côtés de Jeanne Balibar. Nul doute que sa prestation a eu un véritable impact sur le prix vu l’ambiance qu’il a mis.  Cette année, le bénéfice est destiné à "Solidarité Femmes", un réseau associatif dédié aux victimes de violences conjugales, et à l'Institut Curie, pour la recherche contre le cancer du sein.

Outre les Hospices de Beaune qui peuvent se réjouir, les gains vont leur permettre de continuer à investir dans leur Hôpital et leur EHPAD, l’organisateur des enchères, Sotheby’s a de quoi être plus que satisfait. En effet, pour la première fois à la tête de l’organisation de cette vente, l’entreprise Américaine qui commence à s’implanter en France, attendait beaucoup de ces enchères médiatiques. Sotheby’s souhaite faire de Paris sa quatrième plateforme de ventes dans le monde, après New-York, Londres et Hong-Kong.

Pour mémoire, le domaine des Hospices de Beaune réunit sur 60 hectares les plus grands crus de Bourgogne (Beaune, Pommard, Volnay, Meursault, Chassagne-Montrachet, Corton, Pouilly-Fuissé, Mazis-Chambertin, etc.). Les grands vins font rêver, les grands Bourgognes particulièrement, ceux des Hospices surtout mais le prix de ce rêve de posséder une bouteille dans sa cave mais aussi de pouvoir la déguster ne devient-il pas déraisonnable ? Jusqu’où les prix vont-ils pouvoir encore monter ? Ne sommes-nous pas en train de passer de la passion à la spéculation ?

Source : McViti

Avec Philippe Castéja, qui a été relaxé, Hubert de Boüard a été condamné, lundi 25 octobre, pour prise illégale d’intérêt dans le classement 2012 des grands crus de Saint-Emilion, une décision qui ne sera pas sans conséquence.

Il est peu de dire que le verdict a eu l’effet d’une bombe dans le microcosme viticole. Nous en voulons pour preuve les nombreux articles parus sur le sujet par tous les médias suite à la dépêche de l’Agence France Presse (AFP)  rapportant les attendus du procès. Et pour cause, c’est l’une des grandes figures du Bordelais qui a été condamné.

Âgé aujourd’hui de 65 ans, père de quatre enfants, Hubert de Boüard est un incontournable du Bordeaux Viticole. En 1985 il prend la direction  du Château familial, Angélus, et dans la foulée achète le Château de Francs avec Dominique Hébrard. En 1998, il achète le Château La Fleur Saint-Georges à Lalande de Pomerol où il produira « La Fleur de Boüard ».  Il est aussi copropriétaire en Afrique du Sud d’un domaine et consultant en France, au Liban, en Espagne et en Thaïlande pour de multiples maisons viticoles. Il a eu aussi de nombreuses fonctions au sein des différents organes viticoles comme Président du Comité Régional de l’INAO de Bordeaux entre autres.

Et c’est bien cela qui lui a été reproché. Poursuivi sur la période du 6 juin 2010 au 31 décembre 2012 pour avoir été propriétaire du Château Angélus, consultant de grands crus classés alors qu’il présidait le syndicat AOC de Saint-Émilion et siégeait au comité national des vins AOC de l’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité), Hubert de Boüard était passible d’une amende maximale de 75 000 € pour prise illégale d’intérêt à l’époque des faits.

Or, situation ubuesque, le procureur de la République, Jean-Luc Puyo, ce 21 septembre dernier s’est trompé lors de sa réquisition : Les 5 ans de prison et 500 000 euros d’amende évoqués par lui n’étant en place que depuis le 8 décembre 2013. Le procureur ne pouvait dont requérir 100 000 € d’amende, en vertu de l’article 49 de la charte des droits fondamentaux de l'Union Européenne, qui précise qu’« il n'est infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'infraction a été commise. Si, postérieurement à cette infraction, la loi prévoit une peine plus légère, celle-ci doit être appliquée,» rappelle le site Vitisphère dans un article paru le 24 septembre. Le tribunal n’étant pas lié aux réquisitions, il a pu statuer à partir de la peine maximale en vigueur.

Finalement, lundi 25 octobre, Hubert de Boüard a été condamné à 60 000 euros d’amende, dont 20 000 avec sursis, pour de « multiples participations à tous les stades de la procédure », entre 2010 et 2012, alors qu’il était chargé d’une mission de service public (membre du comité des vins de l’INAO, rattaché au ministère de l’agriculture) et avait des intérêts dans plusieurs propriétés candidates et primées, dont Angélus. Philippe Castéja, autre ponte du Bordelais et propriétaire du château Trotte Vieille, qui avait comparu également fin septembre, a été relaxé, rappelle dans sa dépêche l’AFP.

Pour rappel, en 2012, Angélus avait été promu premier grand cru classé A, sommet de la pyramide, et Trotte Vieille maintenu en classe B. Huit autres propriétés candidates pour lesquelles Hubert de Boüard était consultant ou superviseur avaient, par ailleurs, été récompensées.

Au procès, les deux prévenus avaient énergiquement nié en bloc avoir usé d’une quelconque influence dans ce prestigieux classement, révisable tous les dix ans, qui garantit d’importantes retombées commerciales, financières et médiatiques Mais le tribunal correctionnel a finalement estimé que le comportement de M. de Boüard, absent lundi, était « manifestement l’expression d’un entre-soi » et constituait un « trouble grave à l’ordre public économique et social ».

« Des termes cinglants », a relevé Me Eric Morain, l’avocat des parties civiles, trois propriétés familiales recalées en 2012. « C’est un bel épilogue et un soulagement après huit ans de parcours du combattant », a-t-il ajouté, malgré la pointe de déception de ses clients qui n’ont pas obtenu de dommages et intérêts. « Il est condamné à 20 caisses d’Angélus !… », déplorait ainsi l’un d’eux, dans une analogie avec le prix élevé du vin du Château du même nom.

« Ce jugement, c’est aussi un appel pour que les choses se fassent mieux à l’avenir », a repris MMorain. Ce classement « est une vitrine qui doit être irréprochable et qui ne l’a pas été [en 2012] ».

L’avocat d’Hubert de Boüard, Me Antoine Vey a déclaré à l’Agence France-Presse qu’ils se laissaient le temps de comprendre le jugement avant de décider de faire appel ou non. Même si la tentation de laver son nom pourrait l’emporter, un appel prolongerait la procédure pénale de plusieurs mois avec le risque de jeter le discrédit sur la mouture 2022 du classement, en cours d’élaboration sur des critères plus ou moins semblables à celui de 2012 et attendue pour juin.

D’autant plus que sur un autre front judiciaire, la cour administrative d’appel de Bordeaux doit se prononcer sur la validité de ce classement, contestée pour la pertinence de certains critères de notation. Une décision est attendue pour début 2022, avant la publication du nouveau classement.

« Si le juge administratif annule le classement 2012, alors le 2022, un copié-collé du précédent [en termes de critères], risque la même chose. Et il pourrait même ne plus y avoir un classement de Saint-Emilion avant un bon bout de temps… », souligne Pierre Carle, propriétaire associé de Croque-Michotte, un des trois châteaux plaignants.

Au-delà des prétoires et des multiples procédures, la stature du classement a été plus qu’égratignée cet été par la non-candidature pour 2022 des châteaux Ausone et Cheval-Blanc. Comme d’autres propriétés, ces poids lourds historiques, les deux seuls à être premiers grands crus classés A depuis l’origine, jugent que ses critères laissent trop de place à des « éléments secondaires » (notoriété, accueil du public…) au détriment des « fondamentaux » (terroir, dégustation…). Une décision que tout le monde ne peut pas se permettre. En effet, selon l’INAO, il y a plus de domaines candidats en 2022 qu’en 2012. Mais sans les deux principales têtes de série, le classement pourrait perdre de son prestige…

Source : McViti

Cette année, la plus célèbre vente aux enchères caritative de vin du monde aura lieu le 21 novembre à 14 heures au cœur de Beaune et sera orchestrée par Sotheby's pour la première fois.

Si la 160e vente des Hospices de Beaune avait été contrariée par la crise sanitaire avec un report, une jauge, elle avait pourtant permis de battre quelques records de prix. Cette année, la COVID, si elle imposait encore ses contraintes, ne devrait pas trop affecter le fonctionnement historique de la manifestation.  En revanche, les volumes proposés seront à la baisse et quelques interrogations sur la qualité du millésime subsistent.

François Poher, Directeur et Président du Directoire des Hospices Civils de Beaune rappelle les principaux enjeux de cette vente : « L’originalité de notre institution hospitalière se situe dans l’importance de son patrimoine. Le domaine viticole des Hospices de Beaune a été constitué au cours de l’histoire par des donations des meilleures appellations de Bourgogne (60 hectares) dont la production est chaque année commercialisée aux enchères le 3e dimanche de novembre dans le cadre de la vente de charité la plus célèbre au monde. Un domaine viticole historique qui sait s’adapter aux changements. »

Il rappelle aussi que la vente des vins des Hospices de Beaune permet d’assurer les investissements nécessaires aux besoins de santé du territoire, à savoir « l’amélioration des équipements médicaux et la modernisation des infrastructures. L’achèvement de la reconstruction du centre hospitalier Philippe le Bon représente un investissement de 70 millions d’euros réparti sur les 6 prochaines années. »

« La nouvelle collaboration avec Sotheby’s se doit de respecter les fondements et l’héritage séculaire de notre prestigieuse institution tout en contribuant à la renommée des Hospices Civils de Beaune et de ses vins à travers le monde. Tel est le défi de Sotheby’s, maison prestigieuse et expérimentée qui assurera la coordination et la promotion de la vente des vins des Hospices de Beaune pour les cinq prochaines années » ajoute-t-il Avant Sotheby’s, c’était la maison d’enchère Britannique Christie’s qui assurait l’organisation des enchères.

Autre grand moment, la Pièce du Président. Si le lot choisi n’a pas encore été communiqué, François Power explique : « les profits de la vente de la pièce de charité seront reversés à deux associations qui agissent en faveur des femmes. Un choix incontestable tant les enjeux sociétaux et de santé publique sont importants et correspondent à notre Histoire depuis Guigne de Salins. » Pour rappel, c’est en 1443 que Nicolas Rolin et Guigone de Salins se sont lancés dans la construction de l’Hôtel Dieu à Beaune afin d’y soigner les plus démunis. 

Ludivine Griveau, Régisseur du domaine viticole des Hospices de Beaune nous résume année 2021 qui restera comme l’une des plus compliquées depuis bien longtemps :

Mais avant elle, ce 5 octobre, le Bureau Interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) l’annonçait : « les vendanges sont pratiquement terminées et la région se dirige vers une demi-récolte, la plus faible de l’histoire contemporaine. »  D’après les estimations, les volumes sont en baisse d’environ 50% par rapport à la moyenne. Ce sont les blancs qui sont les plus touchés. Il n’est pas rare de voir des parcelles avec des rendements affichant plus de 80% de pertes.

Ludivine Griveau explique : « Ce millésime 2021 débute avec une situation climatique exceptionnelle dont le point de départ se situe fin mars lorsque les températures ont été anormalement élevées pour la saison et ont conduit à une véritable explosion de la végétation (plus de 30° pendant plusieurs jours NDLR). Il se poursuit avec le gel extrême de début avril durant trois nuits successives. » Le froid a parfois atteint moins de 8° au pire moment. Le tout suivi d’une pression sanitaire élevée pendant tout l’été avec le mildiou et l’Oïdiums.

« Le domaine a réussi à vaincre ces difficultés climatiques et cette pression sanitaire tout en respectant son approche dans le respect de l'environnement et sans produits chimiques de synthèse, grâce à deux de ses piliers. Le premier étant la force de son organisation constituée d'une équipe de 23 vignerons salariés engagés, soudés et fortement réactifs et le second lié à l’histoire parcellaire du domaine dont les vignes sont principalement situées en coteaux favorisant ainsi une bonne accessibilité an cas de météo capricieuse, » précise-t-elle encore.

Ludivine Griveau conclut sur la qualité : « L’heure est aux quantités modestes, avec un niveau qualitatif des jus et des raisins satisfaisants. Le millésime 2021 présente un très beau potentiel notamment en termes de saveurs. » Un message qui se veut rassurant mais qui souffre toutefois de la comparaison avec la qualité des années précédentes.

Mario Tavella, Président Sotheby’s France et Chairman Sotheby’s Europe qui succède à la maison Christie’s dévoile sa stratégie pour les enchères  : « Toute notre équipe, leader mondial des ventes aux enchères de vins, de l'Europe à l'Asie en passant par les Amériques, se réjouit d'attirer encore davantage l'attention sur le rôle fondamental des Hospices de Beaune, et sur la très haute qualité de leurs vins, grâce à notre savoir-faire, ainsi qu’aux relations que nous avons tissées avec nombre des plus grands amateurs et collectionneurs de vin du monde. »

« Avec cet événement, cette année marque aussi le lancement des ventes aux enchères de vins et spiritueux en France pour Sotheby’s » précise-t-il encore. « Cela fait plus de cinquante ans que la maison propose à ses clients des vins français, d’abord à Londres, puis à New York et ensuite à Hong Kong. L’expansion de nos ventes en France était très attendue et démontre tout le dynamisme du marché mondial dans ce domaine. »

Jamie Ritchie, directeur monde du département des vins, Sotheby’s complète : « La vente des Hospices de Beaune, la plus ancienne et la plus célèbre vente aux enchères caritative de vin du monde, présente des défis uniques. Ce nouveau partenariat nous offre l'opportunité de travailler avec leur équipe et de mettre à leur service le meilleur de nos compétences et expertise. Nous nous sentons investis d'une grande responsabilité envers tous ceux qui ont un intérêt au succès de la vente, notamment en expliquant aux potentiels nouveaux acheteurs son déroulement, son importance, ses objectifs et combien il est facile d’y participer. »

Beaucoup d’attente autour de cet évènement, donc rendez-vous le dimanche 21 novembre pour voir si l’exercice 2021 de ces enchères répond à l’attente de l’ensemble des acteurs de la filière.

Source : McViti

Alors que les premiers coups de sécateurs ont été donnés dans le vignoble Bordelais dans un contexte difficile lié aux conditions climatiques rencontrées au cours de cette année 2021, la nouvelle est tombée ce jeudi 9 septembre, le Château Lafon-Rochet à Saint Estèphe devrait être racheté par la famille Lorenzetti.

Capitaine d’industrie figurant parmi les plus grandes fortunes françaises, ayant aussi bien réussi dans l’immobilier (Foncia) que dans le rugby (Racing 92) et l’hôtellerie, Jacky Lorenzetti est un passionné de vin, nourrissant un attachement authentique pour le Médoc.

Considéré comme fin gourmet et bon dégustateur depuis ses études à l’École Hôtelière de Lausanne, Jacky Lorenzetti a toujours apprécié les grands crus du Médoc. Françoise, son épouse, originaire de Saint Foy la Grande, est aussi connaisseuse et pour cause, sa famille possédait des vignes.

L’envie d’investir dans le vignoble médocain est présente depuis longtemps quand, en 2008, l’opportunité se présente de faire l’acquisition du Château Lilian Ladouys et ses 46 hectares plantés, à Saint Estèphe. Un nouveau cuvier semi-enterré est construit dès l’année suivante avec pour objectif l’amélioration continue de la qualité du vin. Il est désormais classé Cru Bourgeois Exceptionnel.

En 2009, sur sa lancée, il fait l’acquisition du Château Pédesclaux, grand cru classé de 1855 à Pauillac. Pédesclaux est une belle endormie qu’il s’agit de réveiller selon les professionnels de la place Girondine. Des investissements importants sont consentis, d’abord en achetant, en 2010 des parcelles du Château Haut-Milon, voisin de Lafite puis les Château Béhéré et Château Iris du Gayon, qui portent à 48 hectares le vignoble de Pédesclaux.

En 2013, Jacky Lorenzetti s’associe avec Emmanuel Cruse en reprenant 50 % du Château d’Issan, grand cru classé 1855 de Margaux.

L’année suivante, toujours au Château Pédesclaux un nouveau chai ultra moderne et 100 % gravitaire est construit par Jean-Michel Wilmotte et permet la vinification du millésime 2014 qui pose les bases du renouveau de la propriété et sera unanimement salué par la critique. Le saut qualitatif est évident tant pour le Château Pédesclaux que pour le Château Lilian Ladouys qui remporte, en 2015, la Coupe des Crus Bourgeois avec son millésime 2012.

Depuis 2018, sa fille Manon assure la direction des activités viticoles du groupe familial.

Avec ces trois grands crus classés, Jacky Lorenzetti arrive désormais au niveau des familles Castéja (châteaux Batailley, Lynch-Moussas et Trotte Vieille) et Rothschild (châteaux Mouton Rothschild, Clerc Milon et d'Armailhac pour une branche, château Lafite-Rothschild, Duhart-Milon et Rieussec pour l'autre), tandis que Bernard Magrez reste devant avec ses quatre crus classés.

Lafon-Rochet, vignoble de 41 hectares situé sur un superbe terroir stéphanois et dont l’histoire remonte au moins au XVIIème siècle, était dans le giron de la famille Tesseron depuis 1960, et dirigé par Basile Tesseron depuis 2007. C’est donc une page importante qui se tourne pour cette propriété, comme l’ont confirmé les deux parties à l’Agence France Presse (AFP).

Il n’est pas question de réunir les deux propriétés (Lafon Rochet et Lilian Ladouys NDLR) ou «de déshabiller l’un pour habiller l’autre, mais de maintenir l’autonomie de chacune des propriétés», souligne Emmanuel Cruse directeur général des vignobles Lorenzetti et copropriétaire du Château d’Issan. «C’est une propriété qui a une très belle image, une réelle notoriété et il va être intéressant de la faire encore progresser», se félicite-t-il encore.

Déjà, depuis quelques années, les vins de Lafon-Rochet ont fait un réel bond qualitatif, sous la direction de Basile Tesseron, son dirigeant. Le domaine de 41 hectares, équipé de deux chais construits en 2015, s’est lancé dans l’agroforesterie dès 2008 en replantant plusieurs hectares de haies sur la propriété soit quelque 5000 arbres. Sans être certifié en bio, Basile Tesseron s’est attaché à respecter le mieux possible l’environnement et à mener toute une réflexion sur la réduction de consommation de carburants, la limitation du poids des bouteilles, l’utilisation de colles écoresponsables etc. Une démarche qui fait écho à celle entamée au Château Lilian Ladouys par Jacky Lorenzetti et Vincent Bache-Gabrielsen, directeur de la propriété, qui ont engagé les quelque 80 hectares à Saint-Estèphe dans une conversion vers l’agriculture biologique depuis 2020.

« Tout se fait en bonne intelligence » indique Basile Tesseron, jusque-là à la tête du château Lafon-Rocher, qui quittera la propriété transmise par son père, Michel Tesseron, pour se consacrer au domaine de son épouse, Bérengère Tesseron, le château Larrivaux (19 hectares en AOC Haut-Médoc). « Je ne serai plus le fils de, mais le mari de » sourit Basile Tesseron nous indique Terre de Vins dans son article du 10 septembre.

Encore suspendue à des procédures administratives, cette vente doit être conclue d’ici la fin 2021. Quant au prix ? Celui-ci reste confidentiel pour le moment…

Source : McViti

Comme chaque année, le ministère de l’Agriculture publie ses prévisions sur les vendanges à venir en France. Elles s’annoncent historiquement faibles avec un volume qui ne devrait pas excéder les 35 millions hl de vins.

Alors que le sud, l’est de l’Europe et la Grande-Bretagne connaissent une canicule exceptionnelle, des records de chaleur ont été battus, en France, hormis au bord de la méditerranée, il n’a pas fait beau et cela perdure en ce début août. Les conditions ont même été particulièrement délicates depuis le mois de mai, où il pleut quasiment quotidiennement, faisant suite au gel de fin avril. Conséquences : la coulure et les maladies comme le mildiou ou l’oïdium  et le millerandage des grappes ont donné un cocktail désastreux qui a accentué les pertes. Il ne manquerait plus que les traditionnels orages du 15 août ne déversent des grêlons plutôt que de la pluie et cette année 2021 pourrait être un grand chelem des catastrophes agroviticoles

La production française de vin « serait historiquement faible, inférieure à celles de 1991 et 2017, concernées elles aussi par un gel sévère au printemps », annonce ce 6 août le Service de la Statistique et de la Prospective du ministère de l’Agriculture (SSP). Rappelant que ces premières estimations sont à prendre avec prudence, les vendanges ne commenceront que dans quelques semaines. L’administration avance dans sa note que « selon les estimations établies au 1er août 2021, la production viticole se situerait entre 32,6 et 35,6 millions d'hectolitres, soit un niveau inférieur de 24 à 30% à celui de 2020 ». Pour l’Appellation d’Origine Protégée (AOP), la baisse est estimée entre 14 et 15,5 millions hl de vins, soit  entre -19 à -26% par rapport à 2020. Pour l’Indication Géographique Protégée (IGP) les chiffres prévus se situent entre 8,9 et 9,7 millions hl de vins, soit -28 à -34%. Quant aux vins destinés à l’eau-de-vie, il est attendu entre 7,7 à 8,4 million hl de vins, soit -22 à -28%).

En faisant un rapide tour de France du vignoble, il est noté des dégâts de mildiou sur grappes en Champagne; la moitié d’entre elles présente des symptômes. En Alsace, les attaques devraient entraîner des pertes aussi assez lourdes : l’oïdium est également, tout comme le black-rot ou le botrytis  menaçant de surcroît. En Beaujolais, en Val de Loire, en Charentes, en Vallée du Rhône et dans le sud-ouest, le ministère de l’Agriculture décrit peu ou prou les mêmes symptômes avec des degrés d’impacts plus ou moins forts. Le cas de la Bourgogne et du Bordelais n’est pas évoqué par la note, mais ces deux secteurs sont tout autant concernés. À noter que le Languedoc-Roussillon souffre particulièrement, après avoir été très fortement touché par le gel, puis du mildiou fin juin, la sécheresse a fait son apparition, compliquant bien la tâche des professionnels. L’ensemble de ces conditions a mis sous pression les rendements du vignoble hexagonal.

L’Administration précise encore que « fin juillet, la plupart des vignobles présentent un léger retard de la végétation comparé à 2020, conséquence de températures estivales relativement fraîches. Pouvant revenir à des dates plus habituelles, les vendanges s’annoncent plus tardives que l’an dernier. En Alsace, région septentrionale, la floraison à la mi-juin accusait un mois de retard comparée à 2020. Dans le sud comme le  Languedoc, la végétation accuse un retard d’une semaine environ. »

En synthèse, les rendements attendus en 2021 se rapprocheraient de ceux de 1977 ou 1991, années où la récolte viticole avait été réduite par un gel destructeur et des précipitations estivales. Des années d’ailleurs qualitativement tout aussi décevantes. Une situation que les vignerons aimeraient éviter, les mois de septembre et octobre seront donc déterminants pour la qualité qui pourrait être le seul sauf-conduit de ce millésime 2021 bien mal engagé pour l’ensemble de la filière.

Source : McViti