jeudi 19 mai 2022
Vendanges 2021 : une très mauvaise récolte mais moins pire que prévue?

Vendanges 2021 : une très mauvaise récolte mais moins pire que prévue?

En 2021, la France a produit 37,5 millions hectolitres de vin d'après les données provisoires des déclarations de récolte arrêtées au 7 janvier 2022 et présentées par la direction générale des douanes ce 12 janvier durant le conseil spécialisé vins de FranceAgriMer rapporte l’Agence France Presse (AFP).

Contrairement aux prévisions, la récolte 2021 n'est pas descendue sous les 35 millions hl, certains avaient même craint un niveau planché à 33 millions hl. Le bilan par bassin confirme l'hétérogénéité des situations selon les zones.

Malgré une succession de catastrophe climatique qui a touché l’ensemble de l’Hexagone commencé dès le milieu du printemps, le gel, les pluies, la coulure puis la sécheresse, la récolte 2021 reste supérieure à la production enregistrée en 2017 sur le territoire français (36,8 millions hl). La baisse reste tout de même conséquente, presque -20 %, en comparaison du millésime 2020 (mais la perte ne s’élève finalement qu’à -12 % par rapport à la campagne 2019). Même avec cette révision à la hausse, la France reste en volume à sa place le troisième pays producteur de vin au monde d'après les données de l'Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV).

En synthèse, nous pouvons regrouper les régions viticoles en trois niveaux de récoltes. Les vignobles du Val de Loire-Centre et de Bourgogne-Beaujolais-Savoie-Jura affichent les baisses de volumes les plus importantes, autour de -34 % par rapport au millésime précédent. Mais à l’intérieur de ces zones, des secteurs ont été plus impactés que d’autres comme par exemple dans les Cotes de Beaune ou certains Vignerons ont vu une perte de 90% des volumes suite au gel d’avril sur le Chardonnay. Ce sont des célèbres villages comme Meursault ou Pulligny qui ont été les plus sévèrement touchés.

Concernant la Champagne, le Languedoc-Roussillon, les Côtes du Rhône et le Sud-Ouest, ces régions oscillent entre -20 et -25% en termes de baisse de production. Là encore il y a de fortes disparités lié entre autre aux cépages plus ou moins tardifs donc qui ne vivent pas de la même façon les caprices du temps sur un même secteur. En Corbières, dans le Languedoc si la Syrah a souffert du gel et de sècheresse de l’été, les Carignans plus tardifs ont été superbes profitant entre autres de quelques pluies mi-septembre permettant de revigorer la plante. Et de redonner un peu le sourire à la filière 

Malgré des craintes liées aux incendies du mois d’août, la partie Sud-Est du pays apparaît la plus préservée, les chiffres parvenant de Provence semblant même indiquer un volume de récolte supérieur à 2020. Reste à voir le niveau qualitatif mais les amateurs de rosés peuvent être partiellement rassurés.

Et chez nos voisins qu’en est-il. En novembre Bruxelles publiait un premier état des lieux de la récolte. En2021, l'Europe enregistre une forte baisse de sa production vitivinicole d'après les estimations de l’Union Européenne (UE), qui souligne l'instabilité de plus en plus forte des vendanges ces dernières années.

Comme en France, l'hétérogénéité d'un vignoble à l'autre est l'une des principales caractéristiques de ce millésime marqué par les aléas climatiques. L’UE  aurait produit 143 millions d’hectolitres de vins et de moûts d’après les dernières données  soit une baisse de 12 % par rapport à 2020. Sur ces 23 millions hl manquants sur le millésime 2021, un peu moins de la moitié est due à la petite récolte française. « Avec une production estimée à 44,5 millions d'hectolitres (-9 %), l'Italie resterait le plus gros producteur de l'Union Européenne, suivie de l'Espagne (39 millions d'hectolitres, -15 %) », souligne la Commission Européenne.

Mastodontes du vignoble européen, l’Italie, l’Espagne et la France représentent 80 % de la production communautaire. Concernant les autres vignobles comme l’Allemagne (8,4 millions hl, +4 %) ou du Portugal (6,4 millions hl, +1 %) et d’Autriche (2 millions hl, -4 %), ces pays présentent des vendanges plutôt stables, quand celles de Roumanie bondissent (4 millions hl, +30 %) et que celle de Grèce s’effondre (2,3 millions hl, -25 %).

« Avec un volume relativement faible, la récolte 2021 serait inférieure de 11 % à la moyenne des 5 dernières années, mais toujours supérieure à la récolte 2017. Ce dernier était le plus bas des 20 dernières années, avec une production européenne de 144 millions d'hectolitres » ajoute Bruxelles. Si le gel du printemps 2021 est historique en France, il aurait moins marqué en Europe. Mais « depuis près de dix ans, la production a varié d'une année à l'autre dans des proportions beaucoup plus importantes qu'au cours de la décennie précédente. Cette instabilité des volumes produits apparaît comme la conséquence directe d'aléas climatiques majeurs de moins en moins prévisibles et de plus en plus fréquents » alerte la Commission Européenne, qui a indiqué une hausse de 10 points de son aide à l’assurance récolte face au changement climatique à l’instar du ministre français de l’agriculture, Julien de Normandie, qui travaille à l’élaboration d’un texte facilitant l’accès aux assurances récoltes devenues parfois trop chers pour la filière.

Si la production est en baisse, les marchés sont particulièrement actifs et les prix des vins des plus prestigieuses régions Européens s’envolent lié entre autre à  une demande asiatique toujours plus importante. Il n’en reste pas moins que pour la filière des vins classique le manque à gagner lié à de faibles volumes met en péril certains équilibres économiques et devraient favoriser le phénomène de concentration déjà bien entamée depuis quelques années.

Source : McViti

À propos de l' auteur

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...

Commentaires des lecteurs