mercredi 27 octobre 2021
Emmanuel de Vaucelles

Emmanuel de Vaucelles

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...

Cette année, la plus célèbre vente aux enchères caritative de vin du monde aura lieu le 21 novembre à 14 heures au cœur de Beaune et sera orchestrée par Sotheby's pour la première fois.

Si la 160e vente des Hospices de Beaune avait été contrariée par la crise sanitaire avec un report, une jauge, elle avait pourtant permis de battre quelques records de prix. Cette année, la COVID, si elle imposait encore ses contraintes, ne devrait pas trop affecter le fonctionnement historique de la manifestation.  En revanche, les volumes proposés seront à la baisse et quelques interrogations sur la qualité du millésime subsistent.

François Poher, Directeur et Président du Directoire des Hospices Civils de Beaune rappelle les principaux enjeux de cette vente : « L’originalité de notre institution hospitalière se situe dans l’importance de son patrimoine. Le domaine viticole des Hospices de Beaune a été constitué au cours de l’histoire par des donations des meilleures appellations de Bourgogne (60 hectares) dont la production est chaque année commercialisée aux enchères le 3e dimanche de novembre dans le cadre de la vente de charité la plus célèbre au monde. Un domaine viticole historique qui sait s’adapter aux changements. »

Il rappelle aussi que la vente des vins des Hospices de Beaune permet d’assurer les investissements nécessaires aux besoins de santé du territoire, à savoir « l’amélioration des équipements médicaux et la modernisation des infrastructures. L’achèvement de la reconstruction du centre hospitalier Philippe le Bon représente un investissement de 70 millions d’euros réparti sur les 6 prochaines années. »

« La nouvelle collaboration avec Sotheby’s se doit de respecter les fondements et l’héritage séculaire de notre prestigieuse institution tout en contribuant à la renommée des Hospices Civils de Beaune et de ses vins à travers le monde. Tel est le défi de Sotheby’s, maison prestigieuse et expérimentée qui assurera la coordination et la promotion de la vente des vins des Hospices de Beaune pour les cinq prochaines années » ajoute-t-il Avant Sotheby’s, c’était la maison d’enchère Britannique Christie’s qui assurait l’organisation des enchères.

Autre grand moment, la Pièce du Président. Si le lot choisi n’a pas encore été communiqué, François Power explique : « les profits de la vente de la pièce de charité seront reversés à deux associations qui agissent en faveur des femmes. Un choix incontestable tant les enjeux sociétaux et de santé publique sont importants et correspondent à notre Histoire depuis Guigne de Salins. » Pour rappel, c’est en 1443 que Nicolas Rolin et Guigone de Salins se sont lancés dans la construction de l’Hôtel Dieu à Beaune afin d’y soigner les plus démunis. 

Ludivine Griveau, Régisseur du domaine viticole des Hospices de Beaune nous résume année 2021 qui restera comme l’une des plus compliquées depuis bien longtemps :

Mais avant elle, ce 5 octobre, le Bureau Interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) l’annonçait : « les vendanges sont pratiquement terminées et la région se dirige vers une demi-récolte, la plus faible de l’histoire contemporaine. »  D’après les estimations, les volumes sont en baisse d’environ 50% par rapport à la moyenne. Ce sont les blancs qui sont les plus touchés. Il n’est pas rare de voir des parcelles avec des rendements affichant plus de 80% de pertes.

Ludivine Griveau explique : « Ce millésime 2021 débute avec une situation climatique exceptionnelle dont le point de départ se situe fin mars lorsque les températures ont été anormalement élevées pour la saison et ont conduit à une véritable explosion de la végétation (plus de 30° pendant plusieurs jours NDLR). Il se poursuit avec le gel extrême de début avril durant trois nuits successives. » Le froid a parfois atteint moins de 8° au pire moment. Le tout suivi d’une pression sanitaire élevée pendant tout l’été avec le mildiou et l’Oïdiums.

« Le domaine a réussi à vaincre ces difficultés climatiques et cette pression sanitaire tout en respectant son approche dans le respect de l'environnement et sans produits chimiques de synthèse, grâce à deux de ses piliers. Le premier étant la force de son organisation constituée d'une équipe de 23 vignerons salariés engagés, soudés et fortement réactifs et le second lié à l’histoire parcellaire du domaine dont les vignes sont principalement situées en coteaux favorisant ainsi une bonne accessibilité an cas de météo capricieuse, » précise-t-elle encore.

Ludivine Griveau conclut sur la qualité : « L’heure est aux quantités modestes, avec un niveau qualitatif des jus et des raisins satisfaisants. Le millésime 2021 présente un très beau potentiel notamment en termes de saveurs. » Un message qui se veut rassurant mais qui souffre toutefois de la comparaison avec la qualité des années précédentes.

Mario Tavella, Président Sotheby’s France et Chairman Sotheby’s Europe qui succède à la maison Christie’s dévoile sa stratégie pour les enchères  : « Toute notre équipe, leader mondial des ventes aux enchères de vins, de l'Europe à l'Asie en passant par les Amériques, se réjouit d'attirer encore davantage l'attention sur le rôle fondamental des Hospices de Beaune, et sur la très haute qualité de leurs vins, grâce à notre savoir-faire, ainsi qu’aux relations que nous avons tissées avec nombre des plus grands amateurs et collectionneurs de vin du monde. »

« Avec cet événement, cette année marque aussi le lancement des ventes aux enchères de vins et spiritueux en France pour Sotheby’s » précise-t-il encore. « Cela fait plus de cinquante ans que la maison propose à ses clients des vins français, d’abord à Londres, puis à New York et ensuite à Hong Kong. L’expansion de nos ventes en France était très attendue et démontre tout le dynamisme du marché mondial dans ce domaine. »

Jamie Ritchie, directeur monde du département des vins, Sotheby’s complète : « La vente des Hospices de Beaune, la plus ancienne et la plus célèbre vente aux enchères caritative de vin du monde, présente des défis uniques. Ce nouveau partenariat nous offre l'opportunité de travailler avec leur équipe et de mettre à leur service le meilleur de nos compétences et expertise. Nous nous sentons investis d'une grande responsabilité envers tous ceux qui ont un intérêt au succès de la vente, notamment en expliquant aux potentiels nouveaux acheteurs son déroulement, son importance, ses objectifs et combien il est facile d’y participer. »

Beaucoup d’attente autour de cet évènement, donc rendez-vous le dimanche 21 novembre pour voir si l’exercice 2021 de ces enchères répond à l’attente de l’ensemble des acteurs de la filière.

Source : McViti

Alors que les premiers coups de sécateurs ont été donnés dans le vignoble Bordelais dans un contexte difficile lié aux conditions climatiques rencontrées au cours de cette année 2021, la nouvelle est tombée ce jeudi 9 septembre, le Château Lafon-Rochet à Saint Estèphe devrait être racheté par la famille Lorenzetti.

Capitaine d’industrie figurant parmi les plus grandes fortunes françaises, ayant aussi bien réussi dans l’immobilier (Foncia) que dans le rugby (Racing 92) et l’hôtellerie, Jacky Lorenzetti est un passionné de vin, nourrissant un attachement authentique pour le Médoc.

Considéré comme fin gourmet et bon dégustateur depuis ses études à l’École Hôtelière de Lausanne, Jacky Lorenzetti a toujours apprécié les grands crus du Médoc. Françoise, son épouse, originaire de Saint Foy la Grande, est aussi connaisseuse et pour cause, sa famille possédait des vignes.

L’envie d’investir dans le vignoble médocain est présente depuis longtemps quand, en 2008, l’opportunité se présente de faire l’acquisition du Château Lilian Ladouys et ses 46 hectares plantés, à Saint Estèphe. Un nouveau cuvier semi-enterré est construit dès l’année suivante avec pour objectif l’amélioration continue de la qualité du vin. Il est désormais classé Cru Bourgeois Exceptionnel.

En 2009, sur sa lancée, il fait l’acquisition du Château Pédesclaux, grand cru classé de 1855 à Pauillac. Pédesclaux est une belle endormie qu’il s’agit de réveiller selon les professionnels de la place Girondine. Des investissements importants sont consentis, d’abord en achetant, en 2010 des parcelles du Château Haut-Milon, voisin de Lafite puis les Château Béhéré et Château Iris du Gayon, qui portent à 48 hectares le vignoble de Pédesclaux.

En 2013, Jacky Lorenzetti s’associe avec Emmanuel Cruse en reprenant 50 % du Château d’Issan, grand cru classé 1855 de Margaux.

L’année suivante, toujours au Château Pédesclaux un nouveau chai ultra moderne et 100 % gravitaire est construit par Jean-Michel Wilmotte et permet la vinification du millésime 2014 qui pose les bases du renouveau de la propriété et sera unanimement salué par la critique. Le saut qualitatif est évident tant pour le Château Pédesclaux que pour le Château Lilian Ladouys qui remporte, en 2015, la Coupe des Crus Bourgeois avec son millésime 2012.

Depuis 2018, sa fille Manon assure la direction des activités viticoles du groupe familial.

Avec ces trois grands crus classés, Jacky Lorenzetti arrive désormais au niveau des familles Castéja (châteaux Batailley, Lynch-Moussas et Trotte Vieille) et Rothschild (châteaux Mouton Rothschild, Clerc Milon et d'Armailhac pour une branche, château Lafite-Rothschild, Duhart-Milon et Rieussec pour l'autre), tandis que Bernard Magrez reste devant avec ses quatre crus classés.

Lafon-Rochet, vignoble de 41 hectares situé sur un superbe terroir stéphanois et dont l’histoire remonte au moins au XVIIème siècle, était dans le giron de la famille Tesseron depuis 1960, et dirigé par Basile Tesseron depuis 2007. C’est donc une page importante qui se tourne pour cette propriété, comme l’ont confirmé les deux parties à l’Agence France Presse (AFP).

Il n’est pas question de réunir les deux propriétés (Lafon Rochet et Lilian Ladouys NDLR) ou «de déshabiller l’un pour habiller l’autre, mais de maintenir l’autonomie de chacune des propriétés», souligne Emmanuel Cruse directeur général des vignobles Lorenzetti et copropriétaire du Château d’Issan. «C’est une propriété qui a une très belle image, une réelle notoriété et il va être intéressant de la faire encore progresser», se félicite-t-il encore.

Déjà, depuis quelques années, les vins de Lafon-Rochet ont fait un réel bond qualitatif, sous la direction de Basile Tesseron, son dirigeant. Le domaine de 41 hectares, équipé de deux chais construits en 2015, s’est lancé dans l’agroforesterie dès 2008 en replantant plusieurs hectares de haies sur la propriété soit quelque 5000 arbres. Sans être certifié en bio, Basile Tesseron s’est attaché à respecter le mieux possible l’environnement et à mener toute une réflexion sur la réduction de consommation de carburants, la limitation du poids des bouteilles, l’utilisation de colles écoresponsables etc. Une démarche qui fait écho à celle entamée au Château Lilian Ladouys par Jacky Lorenzetti et Vincent Bache-Gabrielsen, directeur de la propriété, qui ont engagé les quelque 80 hectares à Saint-Estèphe dans une conversion vers l’agriculture biologique depuis 2020.

« Tout se fait en bonne intelligence » indique Basile Tesseron, jusque-là à la tête du château Lafon-Rocher, qui quittera la propriété transmise par son père, Michel Tesseron, pour se consacrer au domaine de son épouse, Bérengère Tesseron, le château Larrivaux (19 hectares en AOC Haut-Médoc). « Je ne serai plus le fils de, mais le mari de » sourit Basile Tesseron nous indique Terre de Vins dans son article du 10 septembre.

Encore suspendue à des procédures administratives, cette vente doit être conclue d’ici la fin 2021. Quant au prix ? Celui-ci reste confidentiel pour le moment…

Source : McViti

Comme chaque année, le ministère de l’Agriculture publie ses prévisions sur les vendanges à venir en France. Elles s’annoncent historiquement faibles avec un volume qui ne devrait pas excéder les 35 millions hl de vins.

Alors que le sud, l’est de l’Europe et la Grande-Bretagne connaissent une canicule exceptionnelle, des records de chaleur ont été battus, en France, hormis au bord de la méditerranée, il n’a pas fait beau et cela perdure en ce début août. Les conditions ont même été particulièrement délicates depuis le mois de mai, où il pleut quasiment quotidiennement, faisant suite au gel de fin avril. Conséquences : la coulure et les maladies comme le mildiou ou l’oïdium  et le millerandage des grappes ont donné un cocktail désastreux qui a accentué les pertes. Il ne manquerait plus que les traditionnels orages du 15 août ne déversent des grêlons plutôt que de la pluie et cette année 2021 pourrait être un grand chelem des catastrophes agroviticoles

La production française de vin « serait historiquement faible, inférieure à celles de 1991 et 2017, concernées elles aussi par un gel sévère au printemps », annonce ce 6 août le Service de la Statistique et de la Prospective du ministère de l’Agriculture (SSP). Rappelant que ces premières estimations sont à prendre avec prudence, les vendanges ne commenceront que dans quelques semaines. L’administration avance dans sa note que « selon les estimations établies au 1er août 2021, la production viticole se situerait entre 32,6 et 35,6 millions d'hectolitres, soit un niveau inférieur de 24 à 30% à celui de 2020 ». Pour l’Appellation d’Origine Protégée (AOP), la baisse est estimée entre 14 et 15,5 millions hl de vins, soit  entre -19 à -26% par rapport à 2020. Pour l’Indication Géographique Protégée (IGP) les chiffres prévus se situent entre 8,9 et 9,7 millions hl de vins, soit -28 à -34%. Quant aux vins destinés à l’eau-de-vie, il est attendu entre 7,7 à 8,4 million hl de vins, soit -22 à -28%).

En faisant un rapide tour de France du vignoble, il est noté des dégâts de mildiou sur grappes en Champagne; la moitié d’entre elles présente des symptômes. En Alsace, les attaques devraient entraîner des pertes aussi assez lourdes : l’oïdium est également, tout comme le black-rot ou le botrytis  menaçant de surcroît. En Beaujolais, en Val de Loire, en Charentes, en Vallée du Rhône et dans le sud-ouest, le ministère de l’Agriculture décrit peu ou prou les mêmes symptômes avec des degrés d’impacts plus ou moins forts. Le cas de la Bourgogne et du Bordelais n’est pas évoqué par la note, mais ces deux secteurs sont tout autant concernés. À noter que le Languedoc-Roussillon souffre particulièrement, après avoir été très fortement touché par le gel, puis du mildiou fin juin, la sécheresse a fait son apparition, compliquant bien la tâche des professionnels. L’ensemble de ces conditions a mis sous pression les rendements du vignoble hexagonal.

L’Administration précise encore que « fin juillet, la plupart des vignobles présentent un léger retard de la végétation comparé à 2020, conséquence de températures estivales relativement fraîches. Pouvant revenir à des dates plus habituelles, les vendanges s’annoncent plus tardives que l’an dernier. En Alsace, région septentrionale, la floraison à la mi-juin accusait un mois de retard comparée à 2020. Dans le sud comme le  Languedoc, la végétation accuse un retard d’une semaine environ. »

En synthèse, les rendements attendus en 2021 se rapprocheraient de ceux de 1977 ou 1991, années où la récolte viticole avait été réduite par un gel destructeur et des précipitations estivales. Des années d’ailleurs qualitativement tout aussi décevantes. Une situation que les vignerons aimeraient éviter, les mois de septembre et octobre seront donc déterminants pour la qualité qui pourrait être le seul sauf-conduit de ce millésime 2021 bien mal engagé pour l’ensemble de la filière.

Source : McViti

Grands crus classés A historiques, les châteaux Ausone (7 hectares, famille Vauthier) et Cheval Blanc (37 ha, groupe LVMH) font défection pour la candidature au nouveau classement de Saint-Émilion 2022.

Tous les dix ans, le classement de Saint-Émilion est revu et il est peu de dire qu’à chaque fois, les polémiques ne manquent pas et des procédures judiciaires sans fin sont engagées par les propriétés qui s’estiment léser. Terre de Vins ce 9 juillet dans un article paru sur son site Internet a annoncé que ni le Château Cheval Blanc, ni le Château Ausone ne participeraient à la candidature du nouveau classement.  L’impact commercial de ce retrait s’annonce nul pour les deux premiers grands crus historiquement classé A, affichant un niveau de réputation et de qualité n’ayant pas besoin de ce sigle, un peu comme Petrus n’a pas besoin de la mention château pour asseoir son hégémonie sur les autres crus bordelais, rappelle de son côté Vitisphère dans un article paru ce lundi 12 juillet. En revanche, cela pourrait remettre en cause la légitimité de cette nouvelle procédure.

Gérée par l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) pour le Conseil des Vins de Saint-Émilion (Organisme de Défense et de Gestion), la procédure de classement décennal est mise à mal par de nombreuses attaques judiciaires. Avocat de trois propriétés non-classées en 2012, maître Éric Morain estime que « cette double décision est courageuse et doit en appeler d'autres. Elle est l'aboutissement logique d'un système à bout de souffle qui, à force de se croire immuable, tout puissant et incontournable, est devenu vide de sens et le siège de tous les conflits d'intérêt comme le démontrera le procès de septembre. Au-delà de cet "enterrement de première classe", j'espère sincèrement que c'est un nouveau monde qui en surgira. Il serait temps », a-t-il indiqué à Vitisphère.

Pour Pierre Lurton et Pierre-Olivier Clouet, directeur et directeur technique de Cheval Blanc, “il s’agit d’une décision lourde pour la maison, mais tout simplement nous ne nous retrouvons pas dans les critères de ce classement. Nous avons envisagé l’éventualité de déposer un dossier. Mais la grille d’évaluation s’éloigne trop de ce qui nous semble fondamental : le terroir, le vin, l’Histoire. D’autres éléments secondaires ont pris trop d’importance dans la note finale”. Conscients que leur retrait va forcément porter un coup important au prestige du classement, les dirigeants de Cheval Blanc précisent ne pas vouloir porter atteinte au travail “de tous les vignerons qui travaillent dur, veulent progresser et ont tout fait pour obtenir le rang de grand cru classé”. Ils souhaitent d’abord “remettre l’église au centre du village sur ce que doivent être les critères d’évaluation d’un grand vin” ont-ils indiqué à Terre de Vins.

Pauline Vauthier, qui dirige le Château Ausone ne dit rien d’autres. “Nous avions des réserves depuis longtemps sur ce classement, ceux qui connaissent mon père (Alain Vauthier), ne seront pas surpris par cette décision, que nous avons longuement mûrie, en famille”. Comme pour Cheval Blanc, le dossier de candidature a même été réalisé, “mais au fur et à mesure que nous avancions, cela perdait tout son sens pour nous. La partie terroir et dégustation occupait une part trop minime par rapport au réceptif ou aux réseaux sociaux ; or pour un vin comme Ausone, elle est fondamentale. Ce classement prévoit que l’on ne doit juger les vins que sur les quinze dernières années, mais c’est sur une durée beaucoup plus longue que l’on se doit de juger les grands vins”.

Mais surtout Cheval Blanc et Ausone se défendent de vouloir protéger le côté exceptionnelle du classement « Premier Grand Cru Classé A » dont ils bénéficiaient seuls jusqu’en 2012. Les Châteaux Angélus et Pavie les avaient rejoints par la suite et l’éventualité d’un ou deux nouveaux n’étaient pas à exclure mais ils le démentent formellement. Afin d’être totalement cohérant, la famille Vauthier a également décidé de retirer le château La Clotte dont elle est propriétaire de la course. Idem pour l’équipe Cheval Blanc qui n’a pas déposé de candidature pour le château Quinault L’Enclos, également propriété de Bernard Arnault.

Avant que la commission dédiée de l’INAO ne commence ses travaux sur le dossier brûlant du prochain classement, le tribunal judiciaire de Bordeaux doit se pencher sur les accusations de prise illégale d’intérêt dans le cadre du précédent classement le 20 et 21 septembre prochain. Ces perspectives vont-elles donner des ailes aux châteaux souhaitant s’émanciper de cette nomenclature ?

Pour mémoire, ce serpent de mer judiciaire dure depuis huit ans. Les figures du vignoble bordelais Hubert de Boüard de Laforest (copropriétaire du château Angélus, passé en 2012 au rang de premier cru classé A, et consultant d’exploitations candidates) et Philippe Castéja (le château Trottevieille, maintenu premier cru classé B) sont poursuivis par trois propriétés non-classés en 2012 (châteaux Corbin Michotte, Croque Michotte et La Tour du Pin Figeac) pour leurs fonctions passées au comité national de l’INAO. Des accusations pouvant se traduire par une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement assortie d'une amende de 500 000 €. Il est peu de dire compte tenu des enjeux que les attendus des juges seront scrutés à la loupe par les acteurs de la filière Bordelaise car cela pourrait avoir un impact déterminant sur la nouvelle nomenclature.  

Source : McViti

Suite à un amendement à la loi sur les vins effervescents promulguée par Vladimir Poutine ce vendredi 2 juillet, les producteurs français devront changer leurs étiquettes pour pouvoir poursuivre leurs exportations.

Le président Russe, Vladimir Poutine, a donné son feu vert, vendredi 2 juillet, à un amendement de la loi sur la réglementation des boissons alcoolisées. Il peut se résumer ainsi : les Champenois ne pourront plus vendre leurs vins en Russie avec la mention "Shampagnskoe", traduction du terme “champagne”. Ils étaient jusqu’ici sur le territoire russe les seuls à y être autorisés avec les producteurs de vins effervescents du pays ce qui était déjà une entorse à la règlementation de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) visant à protéger les appellations d’origines. Si le terme champagne en caractères latins pourra toujours figurer, la transparence vis-à-vis du consommateur est largement compromise: "Un client russe mis face à une bouteille de champagne avec le terme champagne écrit en caractère latin (et non en cyrillique) ne va pas forcément comprendre ce qui est écrit. Il va se reporter à la contre étiquette russe qui va lui dire "vin mousseux" (cette mention étant désormais obligatoire)" explique Charles Goemaere, directeur général du Comité interprofessionnel du vin de Champagne. Pour l’heure, toutes les expéditions vers la Russie sont bloquées, les bouteilles n’ayant pas été mises en conformité. L’épreuve est rude pour la Champagne déjà durement touchée par la crise du Covid (-17% de chiffre d’affaires l’année dernière). "Nous expédions à peu près deux millions de bouteilles par an sur le marché russe. Ce qui peut paraître relativement modeste. Le pays apparaît au quinzième rang de nos expéditions, mais c’est un marché très important en termes d’image, parce que les vins y sont bien valorisés, c’est donc un marché auquel nous tenons beaucoup."

Pour Jean-Marie Barillère, président de l’Union des Maisons de Champagne, "il s’agit d’une décision unilatérale inacceptable, nous parlons avec Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons, de vol de propriété intellectuelle. Nous demandons à l’Europe et au ministre des affaires étrangères de se saisir de ce dossier…" Le communiqué de presse envoyé hier matin regrette quant à lui une loi qui remet en cause "plus de vingt ans de discussions bilatérales entre la France et la Russie sur la protection des appellations d’origine."

En Russie, cela fait longtemps que le terme "champagne" est utilisé sans complexe et pour toutes sortes de vins à bulles. Staline fit créer à la fin des années 1930 un « champagne soviétique » produit en masse, avec l’objectif de le rendre accessible à tous.

Au lendemain de la chute de l’URSS, ce « champagne soviétique » est devenu une marque synonyme de mousseux bas de gamme, mais toujours aussi populaire lors des grandes occasions. Un état de fait qui n’a jamais ravi les producteurs champenois, défendus par le comité interprofessionnel du vin de champagne (CIVC), et qui mènent depuis de nombreuses années une bataille destinée à protéger cette appellation contrôlée menacée et pas qu’en Russie.

Avec cet amendement, les autorités russes souhaitent certainement mettre en valeur les producteurs de vins pétillants locaux. Et notamment ceux de Crimée, producteurs ancestraux qui ont connu une deuxième jeunesse à la suite de l’annexion de la péninsule en 2014 et leur pleine ouverture au marché russe. La marque phare du pays, le vin Crimée Novy Svet, appartient à un ami du président russe, Iouri Kovaltchouk. Amitié et protectionnisme sont les nouveaux cocktails à la mode apparemment…

Source: McViti

Les professionnels du vins et spiritueux français ont salué mardi la suspension pour cinq ans non sans soulagement des droits de douane punitifs que Washington et Bruxelles s’infligeaient mutuellement dans le cadre de leurs différends commerciaux sur l’aéronautique.

Afin de faire céder l’Union Européenne sur des subventions qu’auraient touchées l’avionneur Franco-Européen Airbus et que les États-Unis contestaient, Donald Trump en octobre 2019 pour les vins français (non effervescents) avait surtaxé de 25% ces produits. Ces surtaxes avaient été étendues en janvier 2021 à certaines eaux-de-vie de vin (cognac, armagnac, Etc.). De son côté, l’UE avait surtaxé en octobre 2020 certains produits américains dont des spiritueux comme le Bourbon en réaction.  Ces droits de douane supplémentaires de 25% frappaient notamment les exportations françaises de vins et de certains spiritueux vers les États-Unis, mais aussi des fromages italiens, l’huile d’olive espagnole, etc., rappel l’Agence France Presse (AFP) dans sa dépêche mardi 15 juin.

La Fédération des Exportateurs de Vins & Spiritueux de France (FEVS) a fait le compte suite à ce bras de fers, les sanctions ont entraîné une chute des exportations vers les États-Unis de vins français de 450 millions d’euros entre le 18 octobre 2019 et décembre 2020. “Le marché américain est un marché énorme pour les vins français”, souligne de son côté Bernard Farges président du Comité Interprofessionnel des Vins de Bordeaux (CIVB). Il évoque quant à lui une perte de chiffre d’affaires de 500 millions d’euros entre octobre 2019 et l’annonce du moratoire sur les surtaxes en février. La filière française des vins et spiritueux “a payé un lourd tribut” dans ce conflit, relève Jérôme Despey viticulteur dans l’Hérault et secrétaire général du syndicat majoritaire FNSEA (Fédération Nationales du Syndicats des Exploitants Agricole). “Nous avons perdu des parts de marché, au profit de l’Italie et de pays tiers comme la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud (…). Nous avions demandé un fonds de compensation” à l’Union européenne “mais nous ne l’avons pas obtenu”. “Une grande déception”, conclut-il à l’AFP.

L’arrivée suite à la victoire des Démocrates en novembre 2020 de la nouvelle administration américaine a rebattu les cartes. Les États-Unis et l’UE ont suspendu en mars toutes ces surtaxes liées aux différends dans l’aéronautique. Cette mesure, d’une durée de quatre mois, devait prendre fin le 11 juillet et l’inquiétude montait dans les secteurs économiques concernés. Mardi, l’UE et les États-Unis se sont entendus sur un armistice de cinq ans pour régler le vieux conflit Airbus/Boeing. Une percée obtenue durant une visite du président américain Joe Biden à Bruxelles pour un sommet UE/États-Unis. “Nous sommes soulagés car cela donne une visibilité aux entreprises”, a déclaré à l’AFP Nicolas Ozanam, délégué général de la  FEVS. “De ce point de vue, nous sommes satisfaits par cette décision sur le court terme”. “En même temps, on n’a pas réglé définitivement le dossier”, a-t-il relevé. “Nous ne pouvons qu’appeler les autorités américaines et européennes à profiter de cet élan et de cette coopération retrouvée pour poursuivre les efforts et clore définitivement ce conflit”,

Dans l’Hexagone, l’ensemble des membres de la filière se félicite d’un tel accord qui devrait permettre de nouvelles opportunités de développement. Dans le Bordelais, Bernard Farges, président du CIVB confie à l’AFP : “C’est une excellente nouvelle. L’horizon n’est pas totalement dégagé mais cinq ans, ça redonne de la perspective. Les acteurs économiques vont pouvoir travailler avec beaucoup plus de stabilité”. Idem pour Jérôme Despey, c’est “un vrai soulagement”. “Mais nous attendons une résolution du contentieux entre les États-Unis et l’Europe sur le fond car nous sommes des victimes collatérales d’un conflit commercial qui n’est pas le nôtre”, précise-t-il à l’AFP. “Nous ne voulons pas que le spectre de nouvelles sanctions revienne sur nous”.

Le dialogue semble désormais possible entre les parties et surtout ce ne sont plus les filières viticoles et Agro-Alimentaires de l’Union Européenne qui sont affectées par ces contestations de subventions versées à Airbus. Gageons que cette nouvelle redonne quelques perspectives à une filière viticole française durement touchée par le gel de printemps et qui est engagée dans un rude combat sur les marchés à l’export tant en volume qu’en prix.

Source: McViti

Ce début d’année 2021 entre reconfinement, gel du vignoble et croissance en berne pourrait laisser à penser que la morosité serait le seul sentiment qui devrait habiter les professionnels du vin de Bordeaux. Il n’en est rien semble-t-il si l’on écoute Bernard Farges président du Comité Interprofessionnel des Vins de Bordeaux début mai lors de l’Assemblé générale.

« Nous sommes encore dans un moment difficile, mais accueillons ce qui approche à grands pas positivement », a donc déclaré Bernard Farges, en introduction de l'assemblée générale du CIVB et qu’a repris l’Agence France Presse (AFP) dans sa dépêche. En effet, il semble que la consommation des vins de Bordeaux reprend des couleurs en particulier grâce à l’export. Les contrats d'achat de vins de Bordeaux par la Chine ont connu un bond de + 41% sur décembre-janvier-février, par rapport à la même période l'an dernier. La fin de la pandémie en Chine redonne le sourire à nos exportateurs. Idem, beaucoup d’espoir vers les États-Unis ou la suppression momentanée des taxes Trump devrait permettre un redémarrage des ventes. Pour la France et plus généralement l’Europe, la perspective d'ouverture des restaurants et plus largement, la sortie de la pandémie seront un booster pour les ventes. La demande va s'accélérer car la consommation va reprendre et arrive sur le marché de beaux millésimes comme 2019 et 2020. Les contrats d'achats (entre viticulteurs et négociants) pour la période août 2020-avril 2021 sont ainsi supérieurs de 29% à ce qu'ils étaient pour la même période 2019-2020 donc avant la pandémie, a précisé le CIVB. Le début des primeurs pour les Crus Classés semble marquer une augmentation par rapport à 2020. Reste à savoir comment vont évoluer les prix pour les vins d’appellations régionales fragilisés depuis de longues années par une concurrence rude en particulier pour le rouge?

Néanmoins, le gel d’avril aura des conséquences à terme et la gestion des stocks devient un sujet vital. Bernard Farges a souligné le besoin pour les vins de Bordeaux de mieux « réguler nos mises en marché ». On ne peut se satisfaire, a-t-il expliqué, « de passer d'une situation où notre stock agissait comme un boulet, écrasant nos prix de vente jusqu'au 6 avril avant le gel, à une situation 10 jours plus tard où ce stock devient une opportunité, parce que nos vins à la vente sont bons et que nous pourrons alimenter les marchés ». Il a donc appelé à un meilleur « partage du risque entre nos deux familles » -production et négoce- par exemple via davantage « de contrats pluriannuels ou de contrats suivis »afin d’éviter un tel paradoxe.

Enfin le CIVB a acté le lancement d'une campagne de RSE (Responsabilité sociétale des entreprises), déjà engagée avec une trentaine de viticulteurs, négociants, caves pilotes. La démarche, s'appuyant sur la norme internationale de référence ISO 26 000, vise à commercialiser, d'ici 2030, 30% des volumes du Bordelais avec un label RSE ad hoc, "Bordeaux cultivons demain". Le verdissement de la viticulture est un sujet sensible qui a un impact directe sur les exportations compte tenu des diverses règlementations des États et des nouvelles exigences des consommateurs et Bordeaux n’y échappe pas comme l’ensemble du vignoble internationale. Certes, l’optimisme semble être revenu mais les chantiers ne manquent pas pour la filière girondine.

Source : McViti

A Genève, ce dimanche 18 avril 2021, «La Romanée Memories 1862-2005» organisé par la maison d’enchères Baghera Wines affolé tous les compteurs en atteignant 9 638 976 CHF, 10 537 328 $US ou encore 8 639 414 € avec 100% des lots vendus, doublant l’estimation haute de 4,8 millions de CHF avant la vente.

«Les résultats de la première vente Baghera Wines en 2021 confirment la solidité de la réputation et du savoir-faire de Baghera Wines, ainsi que l'engouement des collectionneurs et des connaisseurs», s’est réjoui dans son communiqué de presse Michael Ganne, directeur général de Baghera Wines.

Mais le sujet avait de quoi séduire : La Romanée n'est pas seulement le plus petit des «climats» bourguignons, couvrant au maximum 0,85 hectare, c'est aussi le plus prestigieux, et est entouré de domaines de renommée mondiale tels que La Romanée-Conti, La Tâche, Richebourg et La Romanée St-Vivant. Avec seulement environ 3.600 bouteilles produites par an, ce grand cru des Côtes de nuit bourguignonnes est l'un des plus recherchés par les collectionneurs.

Baghera Wines proposait à la vente un total de 1.819 bouteilles, 106 magnums et un jéroboam de cette AOC, couvrant une période allant de 1862 à 2005, issu exclusivement des caves de la maison bourguignonne Bouchard Père et Fils. La variété des millésime et la rareté des bouteilles a fait de cette vente un des évènements les plus importants de ce premier semestre 2021 dans le petit monde des collectionneurs.

Le lot vedette était le lot 325, un ensemble de 12 bouteilles du légendaire millésime La Romanée 1865, et le dernier en circulation au monde, vendu pour CHF 1 952 000, plus de quatre fois son estimation haute initiale. Cela en fait le vin le plus cher vendu ces deux dernières années (le précédent record était détenu par Baghera WInes pour un vin de grand format Pinchiorri en 2020). Le deuxième lot le plus cher, n° 322, un ensemble de six bouteilles de La Romanée 1865, vendu 1 061 400 CHF, soit aussi plus de quatre fois son estimation haute d'origine. Les dix premiers lots de la vente ont totalisé près de 6,2 millions de francs Suisse.

Michael Ganne a commenté à l’issus de la vente: «Nous avons été honorés de la confiance que nous accorde la Maison Bouchard Père & Fils. Leur savoir-faire irréprochable, la qualité quasi parfaite des lots proposés et l'enthousiasme des collectionneurs et aficionados du monde entier ont fait de la vente La Romanée Memories 1862-2005 un moment vraiment exceptionnel dédié à l'amour du vin. L'engagement de nos équipes auprès de nos clients internationaux a vu une participation en ligne incroyable et sans précédent - la confiance et la qualité des produits proposés étant les piliers fondamentaux», a-t-il encore ajouté.

De son coté, Gilles de Larouzière, Président de Bouchard Père & Fils ne boudait pas non plus son plaisir et a déclaré: «Ce résultat hors du commun exprime l'engouement indéfectible des amateurs de grands vins pour la Bourgogne. C'est aussi une reconnaissance frappante du savoir-faire inégalé de Bouchard Père & Fils, grand domaine viticole historique et emblématique de la Bourgogne. Baghera Wines est le seul partenaire qui aurait pu obtenir un résultat aussi remarquable», a-t-il ajouté.

Belle réussite pour cette vente très exceptionnelle de très rare vins ce qui aurait tendance a démontré que la morosité ne touche pas tout le monde et encore moins les riches collectionneurs internationaux à l’instar du monde du luxe en général. Compte tenu du gel qui a frappé la Bourgogne la semaine dernière le millésime 2021 de la Romanée risque d’être très rare si quelques bourgeons ont toutefois survécu… 

Source : McViti

Alors que le gel s’abattait sur toute la France et n’épargnait pas le vignoble bordelais dramatiquement touché rappelant 1991, les transactions de propriété en ce début de printemps repartent comme avant la crise sanitaire.

Deux propriétés viennent de changer de main dans le Saint Emilion et une dans le Haut Médoc et les propriétés concernées connues et reconnues ont fait couler « un peu » d’encre.

La première propriété vendue est le Château Villemaurine, Justin Onclin tourne donc sa page bordelaise. Ce Belge arrivé dans la région en 1982 et qui avait travaillé pour le négoce avait passé le pas en 2002 en acquérant avec l’achat à titre personnel du Château Branas Grand-Poujeaux, dans le Médoc, puis en 2005 du Château Villemaurine, grand cru classé de Saint-Emilion. « Je me suis passionné pour la production de grands vins identitaires de leur terroir », affirme-t-il à l’AFP.

Pendant près de vingt ans, Justin Onclin va s’attacher à redonner leur lustre aux deux propriétés. Pour celle de Saint Emilion, les 7 hectares de vignes de Villemaurine sont amplement dominées par le merlot, avec seulement 5% de cabernet franc. La viticulture raisonnée est à l'honneur, pour limiter le recours aux produits chimiques et favoriser le travail mécanique au pied des ceps. Le terroir est celui du cœur de l'appellation, où se trouvent les noms légendaires comme Angélus ou Cheval Blanc, avec le plateau argilo-calcaire sur le socle de calcaire à astéries.

Afin de régler sa succession, Justin Onclin a vendu le Château Villemaurine à Marie Lefévère, également propriétaire du Château Sansonnet, à Saint-Emilion et ne garde qu’une part minoritaire dans Branas Grand-Poujeaux. Le Château Sansonnet est presque un jumeau, sa surface est aussi de 7 hectares et le cépage majoritaire est aussi le merlot. Cette transaction pourrait s’appeler « delà continuité dans le changement. »

La 2e opération a eu lieu dans le Médoc, le château d’Agassac vient d’être racheté par Gérard Gicquel, un entrepreneur breton qui était déjà propriétaire depuis 2019 du château Fourcas Dupré (AOC Listrac).

Situé à Ludon, le château d’’Agassac est un cru bourgeois exceptionnel au nouveau classement de février 2020. Il est aussi selon bien des experts l’un des vins avec le meilleur rapport qualité prix dans sa catégorie. C’est de surcroît ’une des plus belles propriétés son Château étant surnommé le Château de la Belle au Bois Dormant.

Fortune faite dans le secteur des services, cet entrepreneur breton avait fait une entrée remarquée dans le Médoc en achetant en juillet 2019 Fourcas Dupré. Un château de 47 ha (AOC Listrac), bien situé le long de la Route des châteaux et qui se lance dans de lourds travaux, tant au niveau technique que pour booster l’accueil du public.

Moins de deux ans après, c’est donc d’Agassac qui est sa deuxième prise. Un château de 45 ha en production (AOC Haut-Médoc), avec un parc de 17 ha. Le vendeur est Groupama, qui en était propriétaire depuis 1996. Il est à noter que c’est la deuxième société d’assurance à se désengager du vignoble médocain en quelques mois, après la vente du château Dauzat (AOC Margaux) par la MAIF.

Fourcas Dupré et d’Agassac sont dans la même gamme : des premiers vins entre 14 et 20 euros la bouteille, et des politiques commerciales qui ont besoin d’être consolidées. Lucas Leclercq, déjà à la direction du premier château, et qui prend la tête de l’ensemble, s’en explique au journal Sud’Ouest : « Au-delà des premiers vins, nous devons mieux valoriser les seconds, qui peuvent totaliser 30 à 40 % des volumes. Par exemple en créant des marques propres plus attrayantes, ou en déclinant une gamme ». Pour cela, il faut des volumes significatifs, et c’est le cas avec les 500 000 bouteilles qu’il doit désormais vendre. Une stratégie qui pourrait attirer l’attention des négociants bordelais, alors que le vignoble girondin est en crise. Des synergies oenotouristiques sont aussi attendues.

La troisième transaction est sans doute la plus exceptionnelle tant par le suspens digne de la série « Dallas » qui a duré plusieurs mois pour savoir qui deviendrait le nouveau propriétaire du Château Beauséjour Duffau-Lagarrosse que pour le montant, un peu plus de 10 millions par hectares, un montant presque Bourguignon.

Cette propriété d’un peu moins de 7 hectares, située sur le plateau calcaire de Saint-Émilion est reconnue Premier Grand Cru Classé depuis le classement de 1955 et il est dans les mains de la même famille depuis 1847. Mais la multiplicité des actionnaires familiaux a conduit à sa mise en vente, qui en novembre dernier semblait actée avec son voisin, la famille Cuvelier. Mais un passage entre les mains de la SAFER (Société d’Aménagement Foncier et d’Établissement Rural) a ouvert la porte à d’autres candidatures entraînant une série de rebondissements. Les nouveaux acteurs n’étant pas n’importe qui avec Stéphanie de Boüard-Rivoal du Château Angélus et Joséphine Duffau-Lagarrosse, une des héritières appuyées par le groupe de cosmétique Clarins.

Terre de Vins sur son site internet nous présente les trois candidats à la reprise en détaillant les motivations de chacun. 

Famille Cuvelier, le choix des actionnaires

En novembre dernier, c’est à près de 92% que l’actionnariat familial du château Beauséjour HDL s’est exprimé en faveur d’une vente à la famille Cuvelier, déjà propriétaire (entre autres) de Clos Forte. Le passage entre les mains de la SAFER impliquant l’installation d’un “jeune agriculteur” sur le domaine, les Cuvelier ont placé en première ligne Grégoire Pernot du Breuil : 35 ans, fils d’agriculteurs en Dordogne, ce dernier travaille au côté de Nicolas Thienpont depuis 2015, sur les propriétés de ce dernier mais aussi sur les crus classés dont il a la direction – Beauséjour, mais aussi Pavie-Macquin et Larcis-Ducasse. Il explique : « La famille Cuvelier, très impliquée à Saint-Émilion, sait qu’il faut quelqu’un à 100% sur la propriété. C’est pourquoi ils m’ont proposé de piloter ce projet. Ils ne souhaitent pas renverser la table, mais continuer en douceur ce qui a été déjà amorcé depuis plusieurs années à la propriété avec Nicolas Thienpont. Nous ne voulons toucher ni à l’intégrité du vignoble, ni à son nom. C’est un immense terroir doté d’un fort potentiel, que nous voulons hisser encore plus haut. Nous partageons une vision commune de l’avenir de Beauséjour et une communion de valeurs ». Leur projet passe par un engagement environnemental – passage rapide en bio, refuges de biodiversité – et un ancrage “local et solidaire” au niveau des prestataires. Grégoire Pernot du Breuil se dit “prêt à se retrousser les manches” pour tous les dossiers qui vont se succéder, si le choix se porte en faveur de leur candidature : prochain classement de Saint-Émilion, diagnostic technique pour le passage en bio, campagne primeurs, et bien sûr suivi du vignoble à un moment où le cycle végétatif de la vigne s’enclenche au printemps. 

Stéphanie de Boüard-Rivoal, avantage Safer

Stéphanie de Boüard-Rivoal, copropriétaire et directrice générale de Château Angélus, s’est portée personnellement candidate au rachat de Beauséjour HDL. Elle a bénéficié de l’avis favorable de la commission technique de la SAFER rendu le 19 mars dernier et semblait donc en bonne position pour remporter l’avis de la commission de validation, jusqu’à ce que cette dernière botte en touche. Volontairement discrète dans ses prises de parole, elle s’est exprimée dans nos colonnes afin de rétablir certaines vérités sur son projet, qui a pu être parfois présenté de façon erronée : « Contrairement à ce qui a pu être écrit par endroits, il s’agit d’un projet personnel, que je porte avec mon mari et mes enfants, avec l’intention d’habiter sur la propriété et de la faire revivre ». C’est donc bien en son nom propre et non en celui de la famille De Boüard, ni d’Angélus, que Stéphanie s’est engagée. Déplorant « une campagne de dénigrement qui tente de me fragiliser par voie de presse, avec de fausses informations à mon sujet », elle tient à préciser qu’il n’y a « aucune intention de faire fusionner Beauséjour avec un autre vignoble, et il n’y a aucune intervention de mon père (Hubert de Boüard, NDLR), si ce n’est qu’il me soutient dans ce projet. Je suis seule, sans personne derrière moi ». En attendant l’avis final de la Safer, Stéphanie de Boüard-Rivoal se déclare “confiante dans la qualité de mon dossier, qui est viable et sincère, et qui a été examiné, apparemment de façon favorable ; je ne vois pas pourquoi il y aurait machine arrière”.

Projet Courtin / Duffau-Lagarrosse, filiation et incarnation

Œnologue, ingénieure agro et titulaire du master Management Vins & Spiritueux de l’ESC Dijon, Joséphine Duffau-Lagarrosse ne pouvait rester insensible au fait que les quelque 6,75 hectares du Premier Grand Cru Classé qui porte son nom ne quitte définitivement la famille. « L’identité de Beauséjour, c’est son terroir exceptionnel et son âme familiale”, explique Joséphine. Mais, par le jeu des successions accouchant d’une trentaine d’héritiers ajouté au prix du foncier, rien n’était possible sans un investisseur solide à ses côtés. La rencontre avec Prisca Courtin (de la famille qui détient le groupe Clarins) fut décisive et permit de monter un projet auprès de la Safer (suite à la publication des appels de candidatures à la vente au Journal Officiel) : “Nous souhaitons porter ce cru au plus haut. Mon expérience peut permettre d’atteindre toujours plus de précision et de modernité dans les choix des vins et les techniques. Je connais chaque centimètre de ce domaine, c’est mon ADN ». Millésime 1990, Joséphine Duffau-Lagarrosse fait office de “JA” et deviendrait copropriétaire et directrice. « Je ne suis pas là pour taper sur les autres projets, je défends le mien, celui de l’incarnation. C’est cette connaissance pointue et ma présence accrue sur le terrain qui me permettront d’amener Beauséjour vers une démarche de viticulture de précision, durable et réfléchie. Cet engagement total, c’est aussi l’avantage de ne pas être pluriactif. Enfin, notre projet porte des enjeux de rayonnement et de renouvellement de la politique commerciale », ajoute Joséphine. » (Source Terre de Vins)

Le Verdict est tombé ce7 avril, le Château Beauséjour restera finalement dans le giron de la famille Duffau-Lagarosse, ainsi en a décidé la SAFER. Le groupe de cosmétiques Clarins par cette association met donc un premier pied dans le milieu viticole girondin avec un joli chèque de 75 millions d’euros.

Après le calme lié aux effets du Coronavirus, voilà la tempête qui s’abat sur le vignoble girondin. Cette actualité ne doit pas faire oublier que plus de 80% des surfaces vient de subir le gel un évènement qui rappelle 1991voir 1938, la fièvre sur les prix du foncier pourrait donc retomber assez vite. En tous cas de quoi alimenter les conversations lors des Primeurs qui devraient commencer à la fin du mois.

Source : McViti

Pour la seconde année consécutive, la semaine des Primeurs, l’un des évènements les plus importants dans le monde pour le vin, va devoir s’adapter au contexte sanitaire pour pouvoir se tenir. Elle aura lieu du 26 au 29 avril 2021 à Bordeaux et dans 9 villes du monde. Mais quel est le mode d’emploi pour la commercialisation du très attendu millésime 2020.

Les Primeurs à Bordeaux, comment ça marche? Dans la capitale Girondine l’expression « vins primeurs » a une définition bien précise. Il ne s’agit pas de vins jeunes destinés à la consommation immédiate comme le Beaujolais Nouveau par exemple. Les « Primeurs » concernent essentiellement les grands crus classés et assimilés (5% environ de la production bordelaise) sont mis en vente alors que les vins ne sont pas encore « finis », ils doivent être élevés 12 à 18 mois en barriques dans les chais des châteaux. Cette pratique, qui existe à Bordeaux depuis plus de deux siècles, s’appelle la « vente en primeur ». Elle s'effectue du château vers le négociant, qui revendra ensuite aux professionnels tant en France qu’à l’étranger et à quelques particuliers.  Si les châteaux s’assurent par ce biais une rentrée immédiate de trésorerie, les acheteurs peuvent aussi espérer un avantage : obtenir une décote par rapport au prix final du vin lorsqu’il sera mis sur le marché en bouteilles deux ans plus tard. Cette décote est considérée comme intéressante si elle dépasse -30%. C’était souvent le cas, voire bien plus, au début des années 1980, mais ce bénéfice s’est réduit au fil des millésimes. Néanmoins, l’évènement reste très attendu et donne une indication sur la situation du marché du vin en générale.

Comme l’an dernier, à cause de la COVID-19, L’union des Grands Crus des Vins de Bordeaux ((UGGCB), le grand organisateur, a dû s’adapter et un nouvel « mode d’emploi » a été édicté. La première modification concerne la date. Les primeurs 2021 auront lieu trois semaines plus tard qu’à l’accoutumée, néanmoins à la différence de l’an dernier, elle ne se déroulera pas en juin. « Ce nouveau calendrier a été arrêté afin que les mises en marché et la campagne commerciale démarrent immédiatement à l’issue des présentations » indique Ronan Laborde président de l’UGCB.

La deuxième annonce de Ronan Laborde concerne les « cibles » choisies qui auront le privilège de gouter les vins.  Comme l’an dernier les Grands Crus vont partir à la rencontre des acheteurs et de la presse entre le 26 et le 29 avril, à New York, San-Francisco, Londres, Paris, Bruxelles, Zurich, Francfort, Shanghai et Hong-Kong. Ces métropoles comptent parmi les principaux marchés mondiaux des Grands Crus et représentent 75% de la clientèle. En complément, quatre jours de dégustations sont également prévus à Bordeaux.

La conséquence de cette nouvelle organisation est le cout et la lourdeur de la logistique car au-delà d’organiser les dégustations, d’envoyer les échantillons, il y a les contraintes sanitaires propres à chaque pays qui a dû être pris en compte par l’UGCB Donc il a fallu faire des choix et seuls les principaux acheteurs et ambassadeurs des Grands Crus auront le privilège de déguster le millésime 2020. « Nous ne pouvons pas envoyer nos vins à tout le monde. Nous privilégions donc nos clients de longue date, qui ont répondu présents l’année dernière et avec lesquels nous entretenons un lien de confiance », précise Ronan Laborde. Les Châteaux pourront s’appuyer sur le digital pour présenter leurs vins. « Début avril, les fiches techniques des vins et une vidéo de présentation de chaque producteur sous forme de court-métrage seront accessibles sur notre plateforme en ligne », commente le président de l’UGCB.

Mais qu’attendre de ces primeurs? Si l’évènement en 2020 avait été unanimes saluée et avait globalement bien marché, celle de2021 inquiète, la crise sanitaire perdure et ne sera—t-elle pas suivie par une crise économique?

Mathieu Chadronnier, président directeur général de la Compagnie des Grands Vins de Bordeaux (CVBG), qui est l’un des négociants les plus importants sur la place girondine a fait part de son optimisme, ce qui tranche avec celui de bien des observateurs,  lors d’un interview donné au site Terre de vin : Il fait un point sur les principaux marchés en commençant par celui des États-Unis : « Les vins français ont payé très cher pour un conflit – Boeing-Airbus – qui ne les concernait pas. La suspension des taxes pour quatre mois est une bouffée d’oxygène. Nous avons perdu de précieuses parts de marché aux USA. Il y aura beaucoup à faire pour les reconquérir. Ce qui est sûr, c’est que l’enthousiasme de nos clients est là. Beaucoup de containers de vins de Bordeaux vont prendre le chemin de l’ouest dans les prochaines semaines ! En Europe, la situation est stable, après une année 2020 très satisfaisante compte tenu du contexte. Côté Asie, les marchés sont dynamiques, et on espère la confirmation d’une reprise amorcée à l’automne dernier. »

Visiblement tout est mis en place pour le succès de cette nouvelle  campagne des primeurs qui s’appuie qui plus est sur un millésime 2020 jugé très qualitatif par les professionnels. A suivre donc avec un léger parfum d’optimisme  même si les cassandres ne sont jamais bien oins en cette période troublée… 

Source : McViti

Page 1 sur 14

Commentaires des lecteurs