vendredi 19 juillet 2024
Les maisons de vins beaunoises mettent les voiles Crédit: Piriou

Les maisons de vins beaunoises mettent les voiles

Après Albert Bichot en mars, Joseph Drouhin lance son premier transport de vins par voilier-cargo.

Le 16 mars dernier, la maison Albert Bichot faisait partir de Saint Malo une palette de vin pour New York par voilier. Aujourd’hui, c’est l’entreprise Joseph Drouhin qui annonce son premier transport de vins par voilier-cargo. Pour ce premier voyage, 15 000 bouteilles de la maison beaunoise traverseront l’Atlantique pour rejoindre les États-Unis.

Inauguré mi-février 2024 après presque 4 ans de recherche et développement, le voilier baptisé Grain de Sel propose un transport de marchandises moderne et durable à travers les différentes routes maritimes commerciales.

Pour sa première étape, la goélette a quitté la France le 16 mars et a mis 24 jours pour rallier New York. Une traversée qui s’est effectuée99% du temps à la voile permettant de réduire d’environ 95% des émissions de CO2 par rapport au fret conventionnel. Ce transport écoresponsable vise également à réduire la pollution sonore et les collisions avec le vivant afin de préserver les éléments marins.

Ce voyage s’inscrivait dans la continuité des actions écoresponsables déjà menées par la maison Albert Bichot: nouvelles étiquettes 100% coton biodégradable et recyclable, cartons certifiés FSC (Conseil de Soutien de la Forêt) produits à partir de 82% au moins de matières recyclées, bouteilles en verre recyclé à 80-90%, bouchons naturels issus de forêts de liège gérées durablement. Alors que ses Domaines situés en Côte d’Or et Côte Chalonnaise sont certifiés BIO depuis plusieurs années, son Domaine à Chablis, certifié HVE niveau 3, est actuellement en conversion et sera certifié BIO à partir du millésime 2025; l’ensemble couvre 107 hectares de vignes.

Cette nouvelle forme d’engagement fait également écho au soutien de la Maison Albert Bichot envers la Fondation Tara Océan, qu’Albéric Bichot avait accompagnée dans le cadre de la Mission Microbiomes, en Antarctique.

Mais la volonté de baisser l’emprunte carbone semble être devenue un sujet pour les grands acteurs bourguignons de la viticulture. Aujourd’hui, c’est la maison Joseph Drouhin qui fait parler d'elle. La maison bourguignonne située à Beaune a annoncé il y a quelques jours son premier transport de vins par voilier-cargo. Cette opération menée en partenariat avec TOWT (TransOceanic Wind Transport), une compagnie maritime française de transport à la voile, va permettre d’acheminer de l’autre côté de l’Atlantique 15 000 bouteilles de vin de Chablis et Côte de Beaune blanc 2022 de la maison bourguignonne.

Les bouteilles seront chargés à bord de l’Anemos, un voilier-cargo de 80 mètres de long qui possède une capacité de charge de 1 100 tonnes. Le navire partira du Havre et reliera le port de New York. La traversée transatlantique prévue cet été devrait durer une quinzaine de jours. Ce mode de transport devrait permettre de réduire de 90% les émissions de CO2 et de 98% celles d’oxyde de soufre, le tout en garantissant l'intégrité des vins durant la traversée.

Désireuse de réduire son empreinte écologique, la Maison Drouhin, qui est conduite selon les principes de la viticulture biologique et biodynamique depuis 1988, souhaite développer un modèle respectueux de l'environnement. “Notre objectif pour 2030 est d’être un modèle dans nos choix pour la préservation du patrimoine viticole et la garantie de sa résilience face aux enjeux climatiques et humains, internes et externes”, détaille Frédéric Drouhin, le président du Directoire de la Maison Joseph Drouhin. Cette première traversée par voilier-cargo s’inscrit dans la durée avec deux autres voyages annuelles prévues ces prochaines années.

A voir maintenant si’ d’autres régions viticoles françaises, européennes ou autres s’inspireront des initiatives de deux entreprises majeures de la filière viticole Bourguignonne. Un vent nouveau sur le transport maritime est-il en train de souffler?

Source: McViti

À propos de l' auteur

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...