lundi 20 mai 2024
Roger Huet

Roger Huet

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...

La promotion des vins se termine à Montréal avec l’arrivée de l’été. Cette année 2012, le printemps montréalais s’est terminé avec des événements charmants qui se sont tenus sur les terrasses près du port et au vieux Montréal.

Mark Anthony Brands s’est démarqué avec une réception à la terrasse de l’Hôtel Place d’armes, à l’orée de la basilique Notre-Dame.

Ils célébraient le lancement de trois produits réguliers : Le Champagne Chanoine Grande Réserve brut, le Sauvignon blanc Santa Rita Réserva, du Chili, et le Nederburg Cabernet-Sauvignon Manor House de l’Afrique du Sud.

jacques blec e. barjot isabelle mass

De gauche à droite: Jacques Belec; directeur des spécialités chez Mark Anthony Brands, Enguerrand Barjot; directeur de marque de Lanson et Isabelle Massé; directrice marketing régionale, chez Mark Anthony Brands

Le clou de la soirée c’est qu’on a sabré le champagne dans les règles de l’art, avec un vrai sabre. La terrasse était pleine de monde. Les femmes étaient belles, les flutes et les coupes circulaient pleines pour le bonheur des invités. On nous demanda une minute de silence. Enguerrand Barjot, le directeur de marque de Lanson nous parla de la maison Champagne Chanoine qui est la deuxième plus ancienne maison de Champagne. Les fondateurs Jean-Louis et Jean-Baptiste Chanoine, s’étaient établis dans la région d’Épernay comme négociants en vins au temps de Louis Quinze et avaient obtenu, le droit de creuser la première cave de la région dès 1730.

technique de sabrage

Technique de sabrage!
goulot aprs le sabrage

Le goulot après le sabrage

On nous expliqua la bonne technique pour sabrer le champagne. On fait glisser la lame d’un sabre, le long du goulot de la bouteille avec énergie, pour donner un coup sec sur le rebord qui saute emprisonnant son bouchon. La coupe est parfaite, pas une étincelle de verre, la bouteille décapitée est prête à livrer son précieux liquide. Les invités intéressés à essayer devaient se placer en rang. Les hommes ont tous dû se reprendre à plusieurs fois, les femmes réussissaient du premier coup!

Mes hommages à ces dames qui avec leurs jolies toilettes, perchées sur leurs hauts talons, charmantes et fragiles en apparence, montraient plus de poigne que ces messieurs! Voir ce vidéo!

Le Champagne Chanoine Grande Réserve brut, 70% Pinot Noir, 15% Pinot Meunier et 15% Chardonnay a une magnifique robe or soutenu. Sa mousse est d’une grande finesse. Des arômes d’agrumes et d’abricot, se dégagent d’abord, ensuite viennent d’autres, de biscuit, et de pain d’épices. En bouche une grande fraîcheur joue agréablement et joyeusement avec les bulles. Ce vin d’une belle complexité, et d’un grand équilibre est gourmand et élégant du commencement à la fin.

johane lachapelle

Johane Lachapelle de Mark Anthony Brands

mademoisel lachapelle sabre la main
Mlle Lachapelle tenant le sabre!

Après le champagne, nous fut servi le Santa Rita Réserva du Chili. Sa robe brillante, jaune aux reflets verts, ses agréables arômes de chèvrefeuille et de citron vert, sa fraicheur en bouche, où l’on retrouve le chèvrefeuille et le citron vert, sa belle longueur et son élégance, font de lui un vin de joie et de soif. Santa Rita est un des domaines vinicoles les plus anciens et innovateurs du Chili.

Pour clore la dégustation, on nous a régalés avec le Nederburg Cabernet-Sauvignon rouge Manor House de l’Afrique du Sud. La robe est d’un rubis soutenu, arômes de cassis, de café et de chocolat, un soupçon d’épices, des tanins présents mais veloutés, un vin gourmand.

Liste de produits:

Champagne Chanoine Grande Réserve brut, Code SAQ 11766571, 43,75 $.
Sauvignon blanc Santa Rita Reserva, du Chili, Code SAQ 11767881, 15,45 $
Nederburg Cabernet-Sauvignon Manor House de l’Afrique du Sud, Code SAQ 11676313, 16,95 $.

Liens :

Champagne Chanoine et frères
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Viñas Santa Rita
Nederburg

Représentés au Québec par:

François Boutin
Directeur régional
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Mark Anthony Brands

Roger Huet
Chroniqueur gourmand.
Animateur de l’émission Littérature et gourmandise
Président du Club des Joyeux

Une fête exceptionnelle s’est tenue à la Place Bonaventure. Du 6 au 10 juin c’était le 19 Festival Mondial de la Bière.

mondial 2012 c

Cette année les brasseurs du monde étaient regroupés autour de Pubs. Il y avait le Bistro Petit Pub Européen avec des pays comme l’Allemagne, la Belgique, la France, la Suisse, et chaque pays avec de nombreuses brasseries. Il y avait le Petit Pub Oktoberfest qui regroupait le Canada hors Québec et les États-Unis, il y avait le Petit Pub Latin avec des brasseries importantes de l’Argentine, du Brésil et de l’Italie. Il y avait même une section pour la Fondation des Maladies du Cerveau, avec quand même cinq brasseurs américains. Il y avait surtout une quarantaine de brasseurs québécois de micro-brasseries qui montraient leur savoir-faire et leur maîtrise.

Environ 637 bières étaient proposées aux presque 100 mille amateurs qui se sont déplacés, et certains de très loin.

Le choix des bières était infini, toutes les couleurs : noires, rouges, bleues, blondes et encore là des nuances. Les arômes étaient également variés, car en plus de ceux qui sont traditionnels à la bière, des brasseries ajoutent des fruits à leurs bières, qui sont très bonnes d’ailleurs, et certaines offrent même des bières à toutes sortes d’épices. Les goûts également sont très variés pour les mêmes raisons, avant il y avait les styles classiques : dont les goûts variaient selon les ingrédients : houblon, malt, levures et la façon de fermenter.

Aujourd’hui ces styles, sont parfois agrémentés de saveurs non traditionnelles qui peuvent se conjuguer à l’infini. Ce qui est important c’est que chacun retrouve son goût, que les bières soient conviviales, rafraichissantes et qu’elles invitent à passer un bon moment à un prix raisonnable.

Au Festival Mondial de la bière il y avait aussi quelques stands de cidre, de sangria, de tacos mexicains, de fromages du Québec, de tapas, de sandwichs et des saucisses bien entendu, car une bière en accompagnement de nourriture c’est un pur bonheur.

La soirée gastronomique Flaveurs, Bières et Caprices a rencontré un grand succès. Des experts en bière se trouvaient un peu partout pour répondre à toutes les questions techniques et gustatives. C’était émerveillant de pouvoir voir brasser sur place car il y avait des ateliers de démonstration qui vont sans doute faire naître des vocations.

L’activité était intense pendant toute la durée du Festival avec 26 seminaires/ateliers toujours pleins, une table ronde, de nombreuses conférences données par des experts de notre terroir et de l’étranger sur les sujets les plus divers. Deux concours importants :

Le concours professionnel de dégustation de bières MBière Greg Noonan avec jury international. Une idée de Mario D'Eer réalisé en collaboration avec l'équipe du Mondial de la bière, et

Le concours MBière Design, conçu par Nancy Rossi pour la création et l’habillage de la bouteille, avec un prix platine.

mondial 2012 e cosmos image

Crédit photo: Cosmos Images

Le Mondial de la bière est un événement de dégustation unique et convivial dont la mission est de redonner à cette boisson populaire, ses lettres de noblesse. Il revendique le titre du plus gros festival de la bière en Amérique du Nord.

Il y a une grande différence entre un salon de vins et un festival de bière.

Le salon des vins est une sorte de messe, où les amateurs dégustent et raisonnent leurs vins presque en silence. Il y a un rituel : on regarde la couleur du vin, on plonge le nez dans le verre pour sentir les arômes primaires, on tourne le verre pour dégager d’autres arômes qu’on aspire à nouveau, on déguste et on analyse l’acidité, la complexité, l’amertume dans certains cas ou le sucré, les tanins dans les rouges, la force de l’alcool et on crache. Alors on compte les secondes où le goût nous reste dans le fond de la bouche, et on appelle cela la longueur en bouche.

Un festival de bière est tout à fait différent, d’abord c’est toujours une grande fête où les amateurs des deux sexes, souvent jeunes, viennent pour découvrir de nouvelles bières et pour passer un agréable moment en groupe. Il y a là aussi un rituel de dégustation. On commence par retenir le nom de la bière et de sa brasserie, ensuite on constate sa couleur, sa luminosité et sa mousse. À partir de là on inverse l’ordre de la dégustation; on boit d’abord pour déterminer les saveurs, l’arrière goût dans la langue. On ne crache pas une bière, il faut l’avaler pour constater le goût qui nous reste en bouche. On appelle cela le « postgoût». Ce n’est qu’en dernier qu’on aspire les arômes avec le nez.

mondial 2012 b crdit olivier bourget

Crédit photo: Olivier Bourget

Un mot nouveau a été lancé par l’équipe du Mondial de la bière; c’est le mot BIERTROTTER qui désigne un amateur qui voyage pour découvrir de nouvelles bières, ou qui déguste de nouvelles bières et attend avec impatience le prochain Mondial de la bière!

L’année prochaine, le Festival Mondial de la bière va fêter ses 20 ans et déménagera au Palais des Congrès de Montréal.

Chin, chin, biertrotters! À l’année prochaine!

mondial 2012 f crdit olivier bourget

De droite à gauche: Nancy Rossi, conceptrice du concours MBière Design, Hubert Sacy, Directeur général d’Éduc'alcool, Jeannine Marois, cofondatrice et présidente du Mondial de la bière, Jérôme Charlebois, porte-parole de la 19e édition et Marie-Josée Lefebvre, directrice générale du Mondial Crédit.

Crédit photo © Olivier Bourget

Invités et collaborateurs de marque du 19e Mondial de la bière:

  • Caroline Bandulet. Cofondatrice et directrice du marketing, MicroBrasserie Charlevoix – Restaurant Le Saint-Pub (Québec). Juge du concours MBière Design. Table-ronde.
    Luc Boivin. Cofondateur et maître-brasseur, Microbrasserie des Beaux Prés (Québec). Président du jury du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN.
    Fred Bueltmann . New Holland Brewing Company & Artisan Spirits (États-Unis), Conférencier.
    Pascal Chevremont. Délégué Général, Brasseurs de France. Conférencier : L’Émergence des microbrasseries en France.
    Sylvain Cloutier. Chroniqueur, Bières et Plaisirs (Québec)
    Juge substitut du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN.
    Philippe Corbat. (Suisse). Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN.
    Jenn David Connolly. (États-Unis). Propriétaire et fondatrice de Jenn David Design Présidente du jury du concours MBière Design.
    Mario D’Eer. (Ontario). Auteur, animateur et professeur de l’école de biérologie MBière. Conférencier : Le développement d’un nouveau style de bières et Épousailles bières et fromages . Il a inventé une nouvelle façon de marier bières et fromages.
    Annick De Splenter. Propriétaire et maître-brasseur, Stadsbrouwerij Gruut (Belgique). Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN
    Ken Des Marets. Directeur des ventes, Port Townsend brewing Company (États-Unis). Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN.
    Leonardo Ferrari. Maître-brasseur, Cervecería Antares (Argentine)
    Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN.
    Tony Forder. Rédacteur en chef et coéditeur, Ale Street News (États-Unis)
    Il adore interpréter la bière avec de la poésie et sa flûte. Conférencier:
    Les bières gagnantes du concours MBière Greg Noonan. Les bières importées du Petit Pub – Les bières de style IPA (India Pale Ale) histoire et particularités gustatives.
    Pierre-Luc Gagnon. Conseiller en bières de microbrasserie et blogueur brassicole (Québec). Juge au concours MBière Design.
    Michel Gauthier. Maître-brasseur et cofondateur des laboratoires MASKA (Québec). Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN.
    Abram Goldman-Armstrong. Journaliste brassicole, Northwest Brewing News (États-Unis). Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN.
    Susanne Hecht, Responsable du département des exportations, Schneider Weisse (Allemagne). Conférencière : L’histoire du brassage à Munich, la brasserie Schneider et les éditions spéciales d’une bière traditionnelle de Munich : l’Aventinus.
    Huchet, Thibault Spécialiste brassage, ABI/Labatt (Québec). Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN.
    Guy Létourneau, Président de Guy J. Létourneau et Associés. (Québec) Table-ronde.
    Guy Levesque, auteur, conférencier, consultant et professeur de l’école de biérologie MBière (Québec). Ateliers bières et fromages.
    Grégory Murer, P.D.G de brasserie de Fleurac (France). Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN. Conférencier : Du hobbie au professionalisme, la vision Européenne de la création d'une brasserie par un ancien brasseur maison.
    Teo Musso (Italie). Propriétaire et maître-brasseur de la brasserie agricole Birrificio Agricolo Baladin. Conférencier : La Cave Baladin, un endroit hors du temps
    Serge Noël. Biérologue (Québec) Ateliers bières et fromages
    Sergio Ormea, Fondateur et brasseur, Grado Plato (Italie). Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN
    Pierre Rajotte. Ingénieur, auteur et consultant (Québec). Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN. Table-ronde.
    Pete Slosberg. Fondateur, Pete’s Brewing Company (États-Unis). Juge du concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN Conférencier : Comment faire pour qu’un serveur/barman sans expérience parle de vos bières? Comment devenir un expert en bière en moins de 10 minutes? –
    Benoît Taveneaux. Président du Musée français de la brasserie (France)
    Juge du concours MBière Design.
    Deborah Wood. Écrivaine, juge, maître-brasseuse et consultante brassicole (Québec). Juge suppléante au concours professionnel MBIÈRE GREG NOONAN.
    Philippe Woutters. Conférencier, éditeur et journaliste (Québec). Modérateur de la table-ronde et animateur d’Atelier.

Liens :
Festival du mondial de la bière
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
514-722-9640
Adresse de correspondance :
2236, rue Beaubien Est,
Montréal (Québec)
Canada H2G 1M7

Roger Huet
Chroniqueur gourmand.
Animateur de l’émission Littérature et gourmandise
Président du Club des Joyeux

Mumm est le Champagne officiel de la Formule 1.

À l’occasion du lancement des festivités 2012 qui entourent la course à Montréal, un souper sensoriel était organisé par CORBY avec les Champagnes Mumm et Perrier-Jouët, au Restaurant La Coupole.

Nous avons été accueillis par Charles Salvas, Ambassadeur de la marque Ricard, qui était accompagné d’Agnes Laplanche-Jones, ambassadrice des champagnes et directrice du développement, et d’Elizabeth Muir, Directrice de marque. Le mariage mets-vins était à charge du talentueux Gino Mourin et de son équipe.

imagemum

L’ambassadrice Agnes Laplanche-Jones nous a brossé un portrait passionnant de l’histoire de la maison Mumm, fondée en 1817 par deux frères d’origine allemande. Les initiales G.H. apposées à côté de Mumm sont celles de Georges Herman, fils d’un des fondateurs, qui a donné sa dimension internationale à la marque. Les bouteilles se démarquent par un cordon rouge, emblème de la Légion d’honneur qui lui a été apposé lorsque Mumm s’est lancé à la conquête de l’Amérique. C’est aujourd’hui la troisième marque de champagne au niveau international.

jones perrier jouer

L’ambassadrice Agnes Laplanche-Jones

Mumm est une propriété de 218 Ha en propre où l’on cultive du Chardonnay, du Pinot Noir et un peu de Pinot Meunier.

Nous avons dégusté d’abord un foie gras torchon au cidre de glace, sablé breton, chutney à la poire et poivre long, avec un Mumm Cordon Rouge, qui nous a laissé sans voix.

On nous a apporté ensuite une salade de fenouil, pommes vertes, ciboulette, caviar de hareng accompagnée toujours de Mumm Cordon Rouge. Épatant!

imageperrierjouet

Pendant la pause, Agnès Laplanche-Jones, nous a parlé des champagnes Perrier-Jouët. La maison a été fondée en 1811 par un fabriquant de bouchons Pierre-Nicolas-Marie Perrier et son épouse Adèle Jouët. C’est aujourd’hui une propriété de 65 Ha en propre où l’on cultive le Chardonnay, le Pinot Noir et un peu de Pinot Meunier.

La maison a été rachetée par GH Mumm en 1959 et en 1969 ils ont lancé la Cuvée Belle Époque, connue aussi comme «Fleur de Champagne» avec la célèbre bouteille «Art Nouveau» d’Emile Gallé qui dormait depuis 60 ans dans les celliers de la maison. La Cuvée Belle Époque est une des plus prisées au monde.

mumm

Nous avons poursuivi notre menu découverte avec un carpaccio de queue de homard à l’huile de coriandre et perles de citron accompagné d’un Perrier-Jouët Belle Époque 2004, suivi de Thon blanc, palourdes, purée de topinambours au persil, têtes de violons sautés, avec salade de tomates cerises, toujours accompagné d’un Perrier-Jouët Belle Époque 2004.

Deux mariages mets-vins d’une perfection rare. Le plateau des fromages du Québec qui est venu ensuite, s’accordait également très bien avec ce Champagne exceptionnel.
En guise de dessert, on nous a servi un Panacotta, compotée de framboises avec Perrier-Jouët Belle Époque Rosé 2004, une merveille!

À la fin du repas, nous nous sommes déplacés jusqu’au 1234, le restaurant Rosalie où se tenait la grande réception Mumm. Nous avons été reçus sur un tapis rouge par Philippe Gougeon, directeur des ventes pour le Québec, le rouge couleur officielle de Mumm était partout, jusque dans la robe des modèles d’une impressionnante beauté qui nous servaient le champagne.

Au loin, les étudiants montréalais, défilaient vêtus d’un simple carré rouge, ajoutant une note joyeuse à l’inauguration de la Formule 1.
Les rues de Montréal étaient bondées, les Montréalais heureux. Ce fut une soirée mémorable!

Liens :
www.ghmumm.com
www.perrier-jouet.com/
Agnes Laplanche-Jones
Brand Development manager
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Elisabeth Muir
Directrice de marque
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Charles Salvas
Ambassadeur
directeur des événements pour Corby
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Philippe Gougeon
directeur des ventes pour le Québec
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mumm et Perrier-Jouët sont disponibles au Québec :

G.H. Mumm Cordon Rouge Brut (750 ml) code SAQ 308056, 63,50 $
G.H. Mumm Cordon Rouge Brut (1,5 L) code SAQ 312389 134,25 $
G.H. Mumm Cordon Rouge Brut (3 L) code SAQ 312397 498,00 $
G.H. Mumm Cordon Rouge Brut (6 L) code SAQ 95471 983,50 $
Perrier-Jouët Belle Époque 2004 (750 ml) code SAQ 520197 176,75 $
Perrier-Jouët Belle Époque Rosé 2004 (750 ml) code SAQ 11264079 202,75 $

Roger Huet
Chroniqueur vins.
Animateur de l’émission Littérature et gourmandise
Président du Club des Joyeux

mardi, 12 juin 2012 22:47

Superbe gastronomie italienne!

La Chambre de commerce italienne au Canada dans le cadre d’Echo Italia a organisé le 4 juin dernier, un événement culinaire autour des produits typiques des Pouilles, dans les locaux de La Casa d’Italia.

marianna simeone 1

Marianna Simeone

La présentation était à charge de l’adorable animatrice Marianna Simeone, que nous avons tant aimée dans la série la Fosse aux Lionnes à Radio Canada. L’atelier culinaire était réalisé par le Chef italien Rosario Di Donna en collaboration avec le Chef Domenico Cilenti, qui nous ont fait découvrir des huiles d’olive extraordinaires de la région des Pouilles où il y a un olivier pour chaque habitant de l’Italieil y a un olivier pour chaque habitant de l’Italie.

pasquale vari marianna simeone rosario di donna

De gauche à droite: Domenico Cilenti, Marianna Simeone, Rosario Di Donna

Nous avons découvert une cuisine régionale, simple et savoureuse élaborée avec des produits et qui ne sont pas encore disponibles sur le marché et dont le but était justement de les présenter aux importateurs.

Un déjeuner fraternel nous attendait après l’atelier culinaire, à l’issu duquel a eu lieu la Remise des plaques de l’Ospitalità Italiana. Ristoranti Italiani nel Mondo, à 22 restaurants de Montréal. Ce label à été créé en 2010 à l’initiative de l’Union des Chambres de Commerce en Italie, en collaboration avec la Federazione Italiana Pubblici Esercizi et l’appui opérationnel de l’Institut National pour la Recherche sur le Tourisme.

Il se porte à la défense de l’art de la table « Made in Italy », fait la promotion de la tradition des produits agro-alimentaires italiens et valorise les restaurants italiens à l’étranger qui garantissent le respect des standards de qualité de l’hospitalité italienne.

Grâce au réseau des Chambres de Commerce Italiennes à l’étranger, à l’Assocamerestero et à l’Institut National des Recherches Touristiques (I.S.N.A.R.T.), des centaines de restaurants dans le monde ont démontré leur savoir faire, et reçu, au terme d’un parcours de sélection qui leur assure prestige et reconnaissance, l’attestation et le label « Marchio Ospitalià Italiana ».

Les restaurateurs honorés cette année sont :

rcipiendaires

Aldo Mazzaferro, Restaurant BIS, 1229 rue de la Montagne
Massimo Covone, Bottega Pizzeria, 65 St-Zotique Est, Petite Italie,
Leonardo Iacono, MUSCADIN, 639 Notre-Dame Ouest,
Anna Pacitto , Restaurant TUZZICHI, 358 Notre Dame Est,
Emma RISA, Restaurant DA EMMA, 777, Rue de la Commune Ouest,
Joao Mendes, LE LATINI, 1130, Rue Jeanne Mance,
Salvatore Di Russo, OSTERIA ANTICHI SAPORI, 1228, Rue Bishop,
Tony Raniere, PICCOLA ITALIA, 6701, Boulevard Saint Laurent,
Robert Narducci Restaurant 11 SCALINI, 4894, Rue Sherbrooke Ouest,
Luigi Napolitano, CASA NAPOLI, 6728, Boulevard Saint Laurent,
Giuseppe D'Adderio, LA MEDUSA, 1224, Rue Drummond,
Michele Barone, LA MOLISANA, 1014, Rue Fleury Est,
Nick Del Basso, ARTIGIANI, 4657, Rue Saint Denis,
Elio Schiavi, FERRARI, 1407, Rue Bishop,
Angelo Mercuri, VAGO, 1336, Rue Greene,
Giovanni D'Angelo, RISTORANTE ROBERTO, 2221, Rue Belanger Est,
Mauro Petraconne, PASTA CASARECCIA, 5849, Rue Sherbrooke Ouest,
Benedetta Caputo, VIA ROMA, 7064, Boulevard Saint Laurent,
Angelo Baggio, SALUTE, 234, Rue Laurier Ouest,
Alain Starosta, LE PETIT ITALIEN, 1265, Rue Bernard Outremont,
Angelo Rindone, RISTORANTE BU, 5245, boulevard Saint-Laurent,
Maria Rindone, CAFFE DELLA POSTA, 361 rue Bernard Ouest.

Félicitations à tous.

Pour d’autres informations contactez :

Gigi Polverari
Chambre de commerce Italienne au Canada
550, rue Sherbrooke Ouest, Bureau 1150, Tour Ouest
Montréal (Québec), H3A 1B9
Tel: (514) 844-4249
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.italchamber.qc.ca

ROGER HUET
Chroniqueur gourmand,
Animateur de l’émission Littérature et gourmandise
Président du Club des Joyeux

samedi, 09 juin 2012 09:24

Les vins des vieilles vignes de France

Jean Sébastien Marionnet a quitté sa Loire et ses vignes pour venir nous présenter les meilleurs vins de son vignoble.

Son domaine qui porte le nom de Henri et Jean-Sébastien Marionnet, comprend le domaine de « La Charmoise », de 60 Ha, en Touraine, acheté en 1998. Il contenait à l’intérieur, un vignoble de 0,36 Ha de Romorantin constitué de vignes vieilles de plus de 160 ans. Le Romorantin est un cépage issu d’un croisement naturel entre le Pinot blanc et le Gouais blanc originaire de la Bourgogne et planté en Touraine sous François Ier. C’est un cépage aujourd’hui très rare, puisqu’il n’y a que 50 hectares dans toute la France. Leurs vieilles vignes ne sont pas greffées et selon les propriétaires, elles restituent mieux le terroir dans le vin. Dans cette optique, ils ont planté 2 ha de Gamay non-greffé en 1992 qui elles aussi, sont miraculeusement épargnées par le phylloxera jusqu’à aujourd’hui.

La Charmoise, produit aussi des beaux raisins de cépages greffés : Sauvignon blanc, Gamay, Gamay de Bouze et Gamay noir.

Les Marionnet font des vins de plaisir tout en recherchant la plus grande authenticité et la plus grande pureté possible. Les raisins qu’ils cultivent sont cueillis à la main, et particulièrement pour le vin rouge. Fermentation intracellulaire, pour les blancs, les grappes sont égrainées à la main et mises en cuves pour une macération pelliculaire pendant 18 heures, ensuite les raisins sont pressés pour une fermentation naturelle dans ses cuves sans utilisation de levure. Les Marionnet ne travaillent qu’en cuves inox et prennent des risques pour aller chercher le goût du fruit et rien que cela. Ils laissent agir le raisin.

Le domaine produit 12 étiquettes: cinq rouges, six blancs et un rosé. Jean-Sébastien avait choisi de nous en présenter sept. Dans les blancs nous avons dégusté :

vins blanvcs de marionet

Le Domaine de la Charmoise 2011 Touraine AOP fait de Sauvignon dont les vignes ont 40 ans. Fermentation intracellulaire en milieu naturel, sans soufre. Belle couleur jaune. Au nez un éventail d’arômes de fleurs mais surtout de fruits tropicaux : mangue, goyave, agrumes aussi. Un vin très élégant, long en bouche. Prochainement au Québec, 16,45$.

Le Vinifera 2011, Domaine de la Charmoise Touraine a.c., fait de Sauvignon non greffé et des cépages de Gamay, de Chenin, de Romorantin et de Malbec. Des vignes de 12 ans d’âge.

Un vin tout en finesse, gras, savoureux. Arômes d’ananas, de citron, de pamplemousse, mais aussi des fleurs d’églantine et d’acacia. En bouche une belle fraicheur et à la fois beaucoup de maturité. 23,95 $ en importation privée.

La Pucelle de Romorantin 2011. Domaine de la Charmoise. Vin français, Un vin de longue garde : vingt ans et plus. Un vin d’une grande finesse, fruité, avec beaucoup de fraîcheur. Un vin tout en élégance et d’une belle longueur en bouche. Prochainement au Québec, 29,95 $.

Le Provignage 2011 Domaine de la Charmoise. Vin français, Romorantin de très vieilles vignes. Un vin avec beaucoup d’arômes où s’expriment les parfums de poire, de coing, de fleurs blanches, de miel et de noisettes. Ample en bouche où la minéralité exprime la pureté du terroir composé de silex et de graves. Beaucoup de fraicheur et d’élégance. Il faut le boire à une température de 8 à 10°. C’est un vin produit en petites quantités. Prochainement au Québec 69.00$.

Dans les rouges nous avons dégusté :

Le Domaine de la Charmoise 2011. Touraine A.O.P. Gamay, Belle robe rubis foncé. Très parfumé, complexe, fruits rouges, fraise, prune, un peu de tabac,. Rond en bouche, assez minéral beaucoup d’élégance, Approvisionnement continu. SAQ.16,45 $

Le Vinifera 2010 Domaine de la Charmoise. Touraine a.c. Gamay non greffé. Il n’existe aucun autre Gamay non greffé dans le monde. Une explosion d’arômes de fruits : fraise, mûre, céréales. Un vin plein de légèreté, de complexité, d’onctuosité et de rondeur. Importation privée, 23,95 $.

Première Vendange 2011 Domaine de la Charmoise. Gamay, Vigne classique, fermentation sans soufre. Vin qui livre des arômes complexes : cuir, fruits noirs : cerises noires, mûres, cassis. Une grande finesse en bouche et un bel équilibre. Prochainement au Québec 23,95 $.

margueriteetlouis

De gauche à droite: Jean Sébastien Marionnet, Marguerite Aghaby, et Louis Boisclair, Président de l'agence de vins LBV International

Pour les vins d’importation privée, il faut contacter Marguerite Aghaby : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les vins des Marionnet, en blanc comme en rouge, sont tous charmants, ils se boivent aussi bien en apéritif qu’avec un bon repas.

Roger Huet
Chroniqueur et animateur de radio
Président du Club des Joyeux
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

jeudi, 07 juin 2012 06:20

Les Seigneurs de la Toscane

Le nom de Ruffino évoque le plus grand vignoble de la Toscane.

C’est le mythique Chianti qui a conquis le monde et qui a accompagné les Années folles aux États-Unis, jusqu’à la prohibition. Pendant la prohibition le Chianti Ruffino était vendu dans les pharmacies comme un remède contre le stress, et après la prohibition il a littéralement conquis les États-Unis et a déferlé sur le Canada et le Québec. Qui n’a pas apprécié un bon Ruffino Chianti dans les repas de famille et dans les grandes occasions?

Après presque 40 ans de règne de la famille Ruffino, le grand vignoble est passée aux mains des Folonari, une autre grande famille du Nord de l’Italie impliquée elle aussi dans la production et le commerce du vin dans plusieurs régions de la péninsule.

adolfo folonari sr

J’ai eu la chance de rencontrer Adolfo Folonari, héritier et directeur du Domaine Ruffino, de passage à Montréal qui a bien voulu répondre à mes questions.

RH. – Votre famille est impliquée dans le vin depuis le Dix-huitième siècle. Comment est-elle venue à s’identifier au domaine de Ruffino, Monsieur Folonari?
AF. – Ruffino s’est retrouvé sans héritier et avec des problèmes d’argent, ce qui a amené ma famille en 1913 à acheter le domaine dont le savoir-faire et les vins étaient reconnus partout. Figurez-vous que Ruffino a été le premier vin italien à recevoir une médaille d’or à Bordeaux en 1905.

RH. – Dès 1930 la Maison Ruffino était la plus importante de la Toscane et avec les domaines Folonari que vous conserviez alors vous étiez également la plus grande maison vinicole familiale de l’Italie. Est-ce que la Deuxième guerre mondiale a affecté les affaires de la maison Ruffino.
AF. – Certainement, le village de Pontassieve fut rasé et nos celliers détruits. Nous avons dû reconstruire notre domaine et après la guerre nous avons acheté d’autres domaines dans le Chianti Classico, mais aussi à Brunello di Montalcino, à Montepulciano, à Orvieto, au Frioul et dans la Vénétie. Dans les Années soixante nous exportions déjà dans plus de cent pays.

RH. – Est-ce que c’est alors que vous vous êtes départis du domaine Folonari?
AF. – Conscients de l’importance de Ruffino, et de son potentiel nous avons vendu le domaine Folonari dans les années 70 pour nous consacrer entièrement aux terroirs de Ruffino.

RH. – Qu’est-ce qui a fait que les vins de Ruffino aient acquis une telle notoriété?
AF. – Une série de facteurs ont joué en faveur de Ruffino. Tout d’abord le fait d’avoir des vignobles sur les meilleurs terroirs de la Toscane, à une certaine altitude, ensuite d’employer des techniques de culture et de vinification sans compromis. Ruffino a réussi à faire des vins qui étaient capables de plaire aux palais les plus exigeants comme à ceux des néophytes. Entendons-nous nos vins sont excellents, et à la fois accessibles à tous les goûts.

RH. – Vous êtes né en 1959 et vous êtes la troisième génération de Folonari sur les terres de Ruffino. Avez-vous passé votre enfance dans les vignes?
AF. – Oui j’ai passé mon enfance dans le vignoble et j’ai joué dans les vignes et dans le chai. C’est là que j’ai appris à aimer la vigne et le vin, avec mon père qui travaillait si fort pour faire le meilleur vin.

RH. – Vous avez reçu une excellente formation en économie, qui vous permet aujourd’hui de gérer ce grand domaine.
AF. – Ma famille ne me m’obligeait pas à faire des grandes études, mais je ressentais que l’importance de notre domaine demandait des qualités que je ne pouvais acquérir que dans une bonne école. C’est pourquoi j’ai décroché un diplôme d’économie et des affaires de l’Université de Parme. J’ai aussi obtenu une formation et un entrainement très poussés avec le groupe d’œnologues de Ruffino.

RH. – En quelle année avez-vous rejoint l’entreprise familiale?
AF. – Officiellement en 1990, mais je n’ai jamais cessé de travailler pour Ruffino, en vérité.

RH. – On dit que vous travaillez pour l’avenir. Est-ce que les vins que vous produisez aujourd’hui sont différents de ceux que produisaient votre père et votre grand-père?
AF. – Pour nos Chianti Ruffino, nous devons avant tout conserver la qualité héritée du passé. Il y a certes quelques techniques de pointe qui nous permettent de faire de petites améliorations, mais le plus important c’est de maintenir cette perfection héritée de la tradition. Nous sommes soucieux de maintenir la Maison Ruffino comme la référence de marque pour les vins italiens.

RH. – Vous produisez des vins blancs dans l’Orvieto, dans le Frioul et la Vénétie, mais en faites-vous aussi dans le Chianti?
AF. – Nous en faisons un peu, des blancs et des rosés mais c’est pour la consommation locale. Autrement en Toscane, nous nous consacrons aux rouges. Nous produisons environ vingt-cinq vins.

RH. – Si le Chianti DOCG Ruffino est un vin qui a cent cinquante ans d’existence et auquel vous êtes particulièrement attachés, votre Riserva Ducale est un emblème.

AF. – L’histoire remonte au tout début de la Maison Ruffino, en 1877. Les frères Ruffino décident de créer une sélection spéciale, un Chianti Stravecchio pour les occasions spéciales, avec les meilleurs cépages de la région. La réputation de ce vin remarquable parvient aux oreilles du Duc d’Aoste, grand connaisseur et grand amateur, qui se déplace pour venir le goûter. Conquis par lui, Ruffino devient fournisseur officiel du Duc et de la famille royale italienne et à partir de 1927, l’étiquette porte la dénomination de Riserva Ducale. En 1966 il est reconnu comme Riserva Ducale Chianti Classico et à partir de 1984 il adopte les normes de production Riserva DOCG.

ruffino sr

RH. – Vous produisez maintenant le nec plus ultra des Riserva Ducale, qui est le Riserva Ducale Oro
AF. – Le Riserva Ducale était une réaction normale de la part d’un producteur de grands vins, pour se surpasser. Le Riserva Ducale Oro est un autre processus semblable. C’est le fruit d’une sélection encore plus minutieuse des meilleurs raisins Sangiovese et des contrôles de qualité encore plus poussés. Le Riserva Ducale Oro n’est produit naturellement que lors des millésimes exceptionnels. Il contient au minimum 80% de Sangiovese, du Cabernet Sauvignon et du Merlot. Ce sont des vins de très longue garde et pendant ce siècle nous avons eu la chance d’avoir quatre Riserva Ducale Oro, en 2001, 2004, 2006 et 2007.

RH. – Vous avez aussi un Super toscan, le Modus, qui est digne de mention.
AF. – Dans les années 90, nous avons lancé un super toscan, plus adaptée au goût des jeunes, que nous avons appelée Modus qui en latin veut dire méthode ou chemin. C’est la voie de Ruffino pour exprimer la Toscane avec un assemblage de trois cépages. Le Sangiovese à 50%, le Cabernet Sauvignon à 25% et de Merlot à 25% également. Le premier apporte l’élégance, avec des arômes de cerise et de baies rouges, le deuxième la structure et le troisième la finesse avec des notes délicates de menthe et de baies rouges.

RH. – L’étiquette est magnifique. Elle représente une étoile à huit pointes sur fond bleu.
AF. – Elle symbolise la vigne, la vie, le soleil, le sol, les fruits, le temps, le vin et la méthode de culture.

RH. – Est-ce que le goût des consommateurs a changé dans les dernières années?
AF. – Le style de vie a changé dans les dernières années en Italie. Les consommateurs sont devenus plus exigeants. Ils aiment les vins plus concentrés et moins acides, plus complexes également. La consommation de vin a par contre, beaucoup baissé en Italie. Avant le vin faisait partie de l’alimentation. On parlait d’une consommation de 120 litres par personne et par an, aujourd’hui on ne parle que de 50 litres par personne et par an.

RH. – Que représente le marché du Québec et du Canada pour votre maison?

AF. – C’est certainement un des marchés externes les plus importants pour nous, un marché, avec d’autres, qui nous permet de voir l’avenir avec optimisme.

picture1montemasso estate

RH. – En plus du vin, on connait votre amour pour l’histoire et particulièrement pour celle de la Toscane. Avec votre père vous restaurez un château du Onzième siècle sur la colline de Montemasso.
AF. – Nous avons parachevé la restauration du château du Onzième siècle à Montemasso. Cela nous a pris dix ans et des moyens importants, mais c’est de toute beauté. Mon père y habite dans une tour d’ailleurs, et nous recevons nos représentants et nos clients de marque dans l’autre aile du château qui est doté naturellement de toutes les commodités.

RH. – Vous avez la réputation d’être un homme de goût et aussi un gourmet. Le bonheur de vivre ne dure souvent qu’un instant mais son souvenir demeure. Comment définiriez-vous cet instant d’éternité.
AF. – Certainement assis sur la terrasse, au crépuscule, avec un steak florentin grésillant sur le gril, ma femme Yasmine tournant et retournant une salade à l’huile d’olive extra-vierge Ruffino et une bouteille de Ruffino Riserva Ducale, Gold Label 1985, n’attendant qu’à être dégustée.

Nous nous sommes quittés sur cette joyeuse note gourmande, pour nous retrouver plus tard pour une mémorable dégustation verticale des meilleurs Ruffino Riserva Ducale Chianti Classico DOCG.

Vins Ruffino disponibles au Québec

Orvieto Classico (format 750 ml)
Code SAQ 31062
Produit régulier

Prix 13,50 $
Orvieto Classico (format 1,5 L)
Code SAQ 10969991
Produit de spécialité
Prix 23,90 $

Libaio Chardonnay
Code SAQ 211441
Produit régulier
Prix 14,95 $

Chianti (format 750 ml)
Code SAQ 1743
Produit régulier
Prix 15,95 $

Chianti (format 375 ml)
Code SAQ 4069
Produit régulier
Prix 9,95 $

Chianti (format 1,5 L)
Code SAQ 10832572
Produit de spécialité
Prix 30,50 $

Il Ducale
Code SAQ 11133204
Produit régulier
Prix 18,95 $

Ducale Riserva
Code SAQ 45195
Produit régulier
Prix 24,95 $

Riserva Ducale Oro
Code SAQ 11517380
Produit régulier
Prix 46,25 $

Modus
Code SAQ 11442664
Produit de spécialité
Prix 29,60 $

Lodola Nuova
Code SAQ 10254055
Produit de spécialité
Prix 24,95 $

Fonte al Sole
Code SAQ 458356
SAQ Dépôt seulement
Prix 14,15 $

Les liens :
Ruffino Chianti :
Robert Ghezzo, ambassadeur de la marque Ruffino : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Représentés au Québec par Vincor Canada.
Robert Farèse, Directeur du développement : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Doris Dallaire, Directrice des Comptes majeurs : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Louise Tousignant, Coordonnatrice fournisseurs Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ROGER HUET
Chroniqueur vins
Animateur de l’émission Littérature et gourmandise
Président du Club des Joyeux

lundi, 04 juin 2012 19:09

Minichroniques gourmandes # 3

Roger Huet nous entretien sur le monde de l'édition, sur les confitures,et sur les vins...

ÉDITION

Vient de paraître un livre de gourmandise qui se détache de la multitude des livres de cuisine. Le titre : DU MARCHÉ À LA TABLE. Il propose une explication sur chaque légume. Prenons l’exemple du radis. On nous explique qu’il y a de nombreuses sortes de radis, ensuite qu’est-ce qu’il faut regarder lorsqu’on achète des radis, comment les choisir. Il y a encore des conseils sur la façon de les nettoyer et de les préparer, avec des trucs pour les rendre plus croquants. Mais ensuite, et c’est très intéressant, les auteurs nous donnent des recettes.

Une salade de radis pastèque vinaigrette et avocat, une salade de radis fenouil et persil et des sandwichs à la truite fumée, au radis et au fromage bleu. Donc des recettes faciles à faire, santé, délicieuses, accompagnées de photos magnifiques.

DU MARCHÉ À LA TABLE de Tasha de Serio, et Jodi Liano et les photographies de Maren Caruso, éditions Parfum d’encre. On le trouve dans toutes les librairies, son prix 29,95$.

CONFITURES

L’artisanat des produits de bouche est au Québec une activité très diversifiée. Certains produits sont des véritables perles, pour leur bon goût. C’est le cas des tartinades et des gelées biologiques et équitables de Simon Turcotte qui depuis 10 ans travaille dans la localité de Ste-Marcelline-de-Kildare, en Lanaudière. J’en ai sélectionné six pour vous. Tout d’abord une Fine gelée de rose et de framboise sauvage, un délice qui vous caresse doucement la bouche, à prendre avec des croissants ou des baggels et du fromage à la chèvre. Je vous suggère aussi la Tartinade fine : poire, vanille et pamplemousse, un autre délice, à prendre avec des croissants, du yogourt nature ou des fromages blancs.

Il y a également deux tartinades pour fromage, la première qui est faite de fraise et 5 épices chinoises à prendre avec du fromage frais ou à pâte crémeuse. La deuxième faite de baies noires poivrées et réglisse qui accompagne très bien le fromage gruyère et de chèvre.

Il y a aussi des tartinades et confitures pour cuisiner. La compote de canneberges, orange et poivre de Séchuan pour le canard, les saucisses douces et la terrine de gibier, // La confiture de pommette et basilic frais avec des rôties, des grillades, des terrines et du fromage, un dé-li-ce! Son site : www.confiturier.ca.

VIN

J’ai dégusté un vin espagnol de la Rioja. C’est le Viña Bujanda 2008 . Robe rouge pourpre aux contours bleutés. En faisant tourner le verre on a des larmes onctueuses qui coulent lentement. Des arômes de bleuet et de mûre, un deuxième nez de clou de girofle, de cannelle, de tabac blond. En bouche une approche ample, la maturation en fût de chêne lui confère un goût légèrement vanillé qui se marie si bien avec les fruits et les épices qu’on a perçus au nez et qu’on retrouve en bouche. Des tanins assez soyeux, une bonne structure et une longueur très sympathique. Un vin qui accompagne très bien les viandes blanches mais aussi l’agneau, les poissons en sauce, les cailles et les fromages à pâte dure comme le Manchego, le Comté ou le Gruyère de grotte. Vous le trouvez à la SAQ. Son prix : 15.00 $ Code SAQ 11557509 Voici également le lien de son agent au Québec : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ROGER HUET
Chroniqueur vins
Animateur de l’émission Littérature et gourmandise
Président du Club des Joyeux

Du 10 mai au 10 juin se tient la tournée rosée, de la roulotte Falbala organisée par le Tourisme Cantons de l’est pour la promotion des délices de la région avec le vin rosé à l’honneur.

photdegroupe

La roulotte Falbala

Nous avons rencontré en matinée Nicolas Simard de Kava Tours et Danie Béliveau, relationniste de Tourisme Cantons de l’est qui nous ont fait un bel accueil chez Dora.

Avec un petit groupe, nous sommes parties pour une journée enivrante – sans jeu de mots!

cafe de village

Crédit Photo: Michel Desforges

Nous avons fait un arrêt au Cafetier de Sutton, dont le café, qu’ils torréfient eux-mêmes, est excellent. Ils sont au 9 Principale Nord à Sutton, Tel. (450) 538-7333.

Nous sommes allées après à l’atelier gourmand Dompierre Ludique, où François Dompierre et sa femme: nous ont accueillies dans leur cuisine où nous avons participé à l’élaboration de quatre recettes simples et savoureuses! L’ambiance était conviviale, les proprios très sympathiques. On sent en eux les amateurs de bonne bouffe et de produits frais. Pour réserver : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

On nous a dirigé ensuite vers le vignoble et cidrerie de Val Caudalies, à Dunham où nous avons été accueillis par Guillaume Leroux, auteur du livre «Cidres du Québec» et copropriétaire passionnée de ce beau domaine. On nous attendait avec une collation. Au milieu d’un paysage bucolique, les tartelettes au sirop d’érable étaient carrément hallucinantes. Sous un ciel sans nuage, la vue du vignoble et de ses environs était incomparable. Guillaume nous a servi généreusement son vin rosé qui est magnifique, fruité, frais, avec juste ce qu’il faut d’acidité pour être rafraichissant. Nous avons aussi goûté à son vin blanc qui a fait la réputation de sa maison, dire qu’il est bon ! Mais les cidres aussi sont incomparables. Son cidre de glace est un pur bonheur. .

Nous nous sommes arrêtées plus tard au vignoble de la Bauge où il y a des oiseaux exotiques et des flamboyants. Simon Naud était fier de nous faire découvrir sa station de dégustation poly-sensorielle, la seule au Québec. Il venait tout juste d’y placer le dernier clou à la décoration. Le principe d’une dégustation poly-sensorielle est de permettre aux amateurs de vins de gouter des produits du vignoble en éveillant leurs cinq sens par le biais de tests. On a discuté de la musique qui convenait au vin qu’on dégustait, on a choisit, à travers plusieurs tissus, celui dont la texture correspondait à celle du vin… Le but de l’exercice était nous faire découvrir les subtilités de leur vin rosé.

La terrasse surélevée au centre du vignoble est intéressante et nous a permis de sentir la vigne. Avec Simon on n’est jamais au bout de nos surprises. Il nous a fait prendre le tracteur pour nous rendre au bistrot du vignoble où nous avons fait un accord de cinq vins avec du fromage, de la gelée de fruits, une larme de litchi sur une biscotte, un pâté de sanglier. Nous avons terminé avec une compote de fruits pour accompagner le vin de glace. Ces dégustations et la volonté de partage de Simon Naud nous ont permis de finir en beauté notre tournée de vins rosés. .

L’été s’en vient, les vacances, et les jours chauds et beaux invitent à la promenade. Vous pourriez faire une sortie de rêve dans les Cantons de l’est, en famille ou avec des amis. Sur le site officiel de Tourisme des Cantons de l’est, vous trouverez une foule d’informations utiles..

Le Printemps rosé… vignobles en fête, printemps en tête ce n’était qu’un des projets de ce bureau de Tourisme des Cantons de l’est. Ils ont des Forfaits disponibles pour tout l’été !

Si vous voulez relaxer et laisser votre voiture à la maison, Kava Tours se spécialise dans les routes des vins.

Nous vous suggérons aussi de lire l’intéressant article du 22 mai des « Copines en cavale » .

Bonnes vacances et à votre santé !

Vanessa Huet et Gabrielle Elliott
Chroniqueuses gourmandes

jeudi, 31 mai 2012 08:41

Le Hambar, tendance et plaisir!

Nous avons passé une soirée très agréable au Hambar. Nous sommes arrivées vers 19h, c'était déjà plus que bondé.

Ils ont deux celliers; le principal qui est le seul qu'on voit, en vitre et en bois est placé très haut et a une capacité de 1200 bouteilles.

Une partie de mur est remplie de conserves maison, ce qui lui donne un look rétro, très sympathique. Les conserves sont à vendre et il y a un comptoir à sandwichs pour emporter.

Les jambons suspendus à l'entrée rappellent les bars à tapas de Madrid.

La décoration du Hambar n'a rien à voir avec celle de son prédécesseur, le Vauvert qui était très sombre. Ici, c'est du bois, blanc, vitré, lumineux. Un look chic, urbain, pas snob, où on se sent à l'aise autant dans le bar, que dans les deux autres sections et bientôt il y aura la terrasse.

Le jour de l’ouverture des jolies serveuses servaient du prosciutto et du champagne, parfois des morceaux de parmesan, ou des petits cubes de parmesan avec de la crème, c’était très bon. Aujourd’hui la foule est toujours très dynamique, et c’est ce que le Hambar inspire, contrairement à d'autres endroits chics où l'on parle à mi-voix pour ne pas déranger.

Pour croiser des célébrités, le Hambar est la place à Montréal.

HAMBAR
355 rue McGill
Montréal, Québec
(514) 879-1234

Vanessa Huet et Gabrielle Elliott
Chroniqueuses gourmandes

lundi, 21 mai 2012 23:11

Les merveilleux vins du Jura

Il n’y a pas si longtemps les vins du Jura étaient pratiquement inconnus au Québec.

C’est Vincent Lafortune qui avec ses Salons thématiques a commencé à les faire découvrir.

Comme chaque année, maintenant, les producteurs sont revenus nous proposer leurs produits et nous présenter leurs nouveaux vins. J’ai été charmé par les vins de la Fruiterie Vinicole d’Arbois, commercialisés grâce aux efforts de Moniek van der Eijick et sa maison Vignerons-den-france. Leur Vin Jaune Arbois AOC est exceptionnel Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

Le Champ d’étoiles de Fabrice Closset et Valérie Gaziaux-Closset a changé de nom et s’appelle maintenant Champ Divin. Leurs vins sont toujours délicieux. Ils font maintenant un Crémant du Jura, Cuvée Chanson, Zéro dosage tout à fait charmant. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Domaine de St Pierre continue avec sa production de vins fins. Ils nous a permis de déguster leur très charmant chardonnay LES BRÛLÉES. Fabrice Dodane le Maître de Chai devient associé du Vignoble. Félicitations. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. www.saint-pierre-jura.com

tissot

Jacques Tissot est reconnu comme un des grands du Jura. J’ai goûté à son Macvin du Jura, une merveille! Son représentant est Benoît Lecavallier de l’agence Bénédictus. Une mistelle à retenir. www.domaine-jacques-tissot.fr/ Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.;

Anne Laure Petit du domaine Désiré Petit Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. m’a envoyé une bien charmante note ou entre autres choses elle écrit : «Qu'est ce que nous étions tristes jeudi quand nous avons quitté le Québec pour l'Ontario ! Personne n'avait envie de quitter notre terre d'accueil ! on s'y sent bien !!! votre amour de nos vins, votre chaleureux enthousiasme, enfin tout ce qui nous donne envie une fois ici de revenir au plus vite vous revoir !»

C’est vrai qu’on les aime.

Revenez-nous vite chers frères du Jura! À partir de septembre je vais pouvoir vous donner une grande visibilité.

Roger Huet
Animateur de radio et chroniqueur gourmand
Président du Club des Joyeux