lundi 20 mai 2024
Roger Huet

Roger Huet

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...

Le restaurant Portus Calle, de la rue Saint-Laurent est noté aujourd’hui tant par les chroniqueurs gastronomiques que par les gourmets montréalais, comme le meilleur restaurant portugais en ville.

photo helena loureiro

La chef propriétaire Héléna Loureiro

J’ai rencontré la chef propriétaire Héléna Loureiro, et je lui ai demandé son secret pour avoir réussi à placer son restaurant au sommet de la gastronomie montréalaise en seulement huit ans. «Il n’y a pas de mystère m’a-t-elle répondu, notre cuisine est une cuisine portugaise moderne, avec les produits les plus frais; nous travaillons nos plats avec du sel, du poivre, de la bonne huile d’olive et un soupçon épices. Nous voulons que le goût de nos produits frais ressorte dans nos mets. Nous soignons la présentation de chacun de nos plats, qui sont une joie pour les yeux, mais nous sommes encore plus minutieux sur le goût. Il faut que chaque produit livre le maximum de sa saveur».

Nous avons évoqué les vins et elle m’a répondu : «Je suis aussi une amatrice de vins et nous proposons un mariage de vins qui soit au service de nos mets et non le contraire. Alors manger devient une véritable fête! »

Cet été, Héléna est allée au Portugal et a été invitée à visiter un vignoble. La surprise est qu’on lui a proposé de faire un vin exclusivement pour elle, à son goût. Elle a donc participé directement à l’assemblage, avec des vins issus des vignes autochtones et elle est revenue avec 4000 bouteilles de blanc et de rouge, étiquetées Porto Calle. Le vin a connu un vif succès et en quelques mois elle est déjà à court de blanc.

Héléna Loureiro vient d’une famille de femmes chefs de Serra de Santo Antonio, près de Fatima. Sa grand-mère, sa tante, sa mère, on eu des restaurants et depuis très jeune elle a elle-même appris les secrets de la bonne cuisine. De 1983 à 1986, elle a étudié à l’Institut d’hôtellerie de Lisbonne et a travaillé pour plusieurs restaurants de la capitale portugaise.

Elle est arrivée à Montréal en 1988 et a complété sa formation à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec, dont elle est diplômée. Elle a acquis une solide expérience dans divers restaurants et le 7 mars 2003 elle a ouvert son propre restaurant haut de gamme, le Portus Calle.

photo johanne vigneault

CHEF INVITÉE
Johanne Vigneault- Chef propriétaire de la Table des Roy
îles de la Madeleine

photo margarida cabaos

CHEF INVITÉE
Margarida Cabaço-Chef propriétaire du restaurant Sao Rosas dans la région de l'Alentejo au Portugal

Cette année pour le Festival Montréal en Lumière Le Portus Calle offre trois menus :

Le premier menu concocté par Héléna Loureiro elle-même :

Le Portugal à votre table.

Pieuvre grille
Purée de pois chiche à l’encre de seiche et émulsion au citron confit

Duo de morue
Gâteau de pomme de terre douce et légumes

Porc et palourdes
Filet de porc et coriandre fraiche

Assiette de fromages et confiture de tomate

Assortiment de desserts

Prix : 60 $ par personne sans les vins ou 85 $ avec accords de vins.

Le deuxième menu sera servi le jeudi 24 février. C’est une création de la chef invitée Johanne Vigneault, qui est la propriétaire du Restaurant la Table des Roy aux Iles de la Madeleine,

Mise en bouche
Veau
Carpaccio du jeune bœuf de l’île, mini pousses bio et Tomme des Demoiselles

Princesses
Dégustation de pétoncles cultivés en lagune

Homard
Fine bisque épicée, ravioli de homard et Écume de mer
Crevette grillée sur maïs et chorizo

Morue
En deux tons :
Fraîche, poêlée à l’huile d’olive extra vierge
Salée, à l’oignon caramélisé, polenta crémeuse au Pied-de-vent

Ris de veau
En fin ragoût avec pétoncles, homard, champignons et cippolini

Gourmandises
Tatin au caramel d’eau de mer et infusion de thym, crème fraîche de l’habitant
Sorbet à l’Églantier et au Chouchen de Pomméloi

Prix : 75 $ par personne sans les vins, 125 $ accords vins

Le troisième menu qui sera proposé le Lundi 21 et le 22 février. C’est une création de Margarida Cabaços, chef portugaise invitée, propriétaire du restaurant São Rosas

Sur la table
Olives marinées
Pâté de foie de volaille
Beurre de chouriço

Mise en bouche
Chouriço croustillant
Brouillade d’œufs et asperges sauvages sautées à l’huile d’olive et à l’ail

Morue
Panade de morue
émulsion de coriandre fraîche et œuf de caille poché

Bar
Pavé de bar Méditerranéen
« Migas » de pomme de terre et choux fleur, palourdes et ses arômes frais

Agneau
Jarret d’agneau de Charlevoix, en croûte de romarin des montagnes
« esparregado » aux épinards et tomates cerises confites

Fromage
Affiné de l’Alentejo
Marmelade de coing et fruits secs

Friandises et gourmandises
Pouding à l’eau D’ESTREMOZ et clémentine en sirop

Prix : 75 $ par personne sans les vins et 125 $ avec accords des vins.

Voici une excellente occasion d’oublier notre froid hiver et de passer un moment agréable.

L’adresse du restaurant est : PORTUS CALLE
4281 Boul. St-Laurent
Montréal QC H2 W1Z4

Pour réservations : 514.849-2070
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.portuscalle.ca

Roger Huet
Chroniqueur et animateur de radio.

Le restaurant Julien, de la rue Union, est un des hauts lieux de la gastronomie montréalaise. C’est l’endroit où les membres de différentes associations gastronomiques et d’amateurs de vins aiment se réunir parce qu’on y mange bien et ils ont une cave à vins très bien fournie. Le cadre est convivial, le service impeccable.

Pour le festival Montréal en Lumière, ils ont décidé de frapper fort avec un menu dégustation de truffes, de l’entrée au dessert, le 17, 18 et 19 février. La chef invitée, puisque c’est l’année des Chefs femmes, est Gaëlle Benoiste-Pilloire de la région de Margaux, en Bordeaux.

En collaboration avec le chef Carl Bourgon et sous l’impulsion enthousiaste de son président Claude Foussard, voici le menu dégustation qu’ils ont concocté pour le Festival Montréal en lumière :

claude foussard

Claude Foussard, propriétaire du restaurant Julien et du bar Philipp's Lounge

catherine larente

Catherine Larente, préposée au service de table

MENU EN 6 SERVICES

LA TRUFFE DU PERIGORD DANS TOUS SES ETATS

Pain de campagne au beurre salé et truffe fraîche
Petite marmite à l’œuf de caille et huile de truffe

***

Velouté de haricots blancs à la truffe noire

***

Carpaccio de pétoncle à l’huile de truffe noire

***
Suprêmes de caille rôtis, condimentés à la truffe,
Jus Périgueux, pomme truffée à la fourchette

***

St-Honoré truffé

***

Tarte Tatin

***

Truffes au chocolat noir

***

Café, thé ou tisane

PRIX: 100$ sans vin ou 125$, incluant 4 verres de vin.

Si vous aimez la truffe ou si vous ne connaissez pas la truffe, je vous recommande de ne pas manquer cette occasion gastronomique unique. Lorsqu’on pense que le prix des truffes fraîches sur le marché est de 1600 dollars le kilo, ce menu est une aubaine, et de la truffe il y en a.

Pour réserver :
Restaurant Julien
1191, rue Union,
Tel. (514) 871-8819

Roger Huet
Chroniqueur et animateur de radio

Le festival Montréal en Lumière qui aura lieu du 17 au 27 février prochain, va nous apporter une foule de surprises gastronomiques. Je suis allé hier à la présentation du menu qui sera offert pendant le festival au restaurant Zawedeh dont le nom libanais signifie baluchon. Anciennement surtout dans les campagnes, lorsque les hommes partaient travailler, leurs femmes leur remettaient un balluchon avec la nourriture de la journée.

Le Zawedeh est un restaurant charmant qui se trouve à l’angle des rues Sherbrooke et Peel. Si vous aimez la fine cuisine moyen-orientale vous serez comblé. Vous allez déguster un miracle de simplicité, de saveur, de légèreté, avec un soupçon d’épices caressantes et jamais agressantes. Des produits frais, des légumes, des fruits, des légumineuses, des noix, des graines, des produits laitiers. L’huile d’olive est d’une qualité exceptionnelle et vous est proposée dès l’entrée. Je vous conseille de prendre un verre d’arak, qui est une sorte de pastis libanais, très parfumé, en apéritif et avec les salades, qui sont toutes délicieuses. Vous prendrez un verre de bon vin Libanais avec les grillades et les viandes.

Le restaurant est très beau, et le service, ah !!merveilleux! Nous nous sommes sentis comme des princes parce que les Libanais sont les gens les plus sympathiques du Moyen-Orient et lorsque vous êtes chez-eux, la loi de l’hospitalité fait qu’on doit vous faire sentir comme un frère bien aimé.

Ce n’est pas impossible que le directeur de l’hôtel Ville-Marie dont fait partie le restaurant, vienne vous dire un petit bonjour. Il a beaucoup d’esprit et connaît plein de bons mots pour vous détendre. Il s’appelle Rafik Zikry.

cheftonykhoury

Le chef Tony Khoury est né au village Katara au centre du Liban. Il a travaillé comme chef dans les meilleurs restaurants de Beyrouth, il va vous initier à l’hédonisme des Mille et une nuits et pendant le temps d’un repas, vous allez oublier complètement notre rude hiver et la neige.

Voici le menu dégustation pour le Festival Montréal en lumière :

Menu

Du 17 au 27 Février 2011- à partir de 17h30 Minimum pour 2)

Fattouche
Salade de crudités aux essences de sumac, citron, huile d’olive et
croûtons de pain pita
Taboulé
Salade de persil, tomates, semoule et oignons
Hummus
Purée de pois chiche à la crème de sésame et au jus de citron
Baba-ghanouj
Caviar d’aubergines rôties à la crème de sésame et au jus de citron
Feuilles de vigne
Feuilles de vigne farcies au riz, tomates, persil, oignons et citron
Muhamara
Mélange de noix broyés avec piment rouge
Okra
Légumes méditerranéens avec sauce tomates et épices
Kibbé Nayé
Filet mignon haché avec Burgul, oignons et menthe
Tagen
Filet de sole grillé avec sauce au sésame, oignons et noix de Grenoble
Assortiment d’hors d’œuvre chauds
Une sélection de 2 samboussek, 2 feuilletés au fromage
Soujouk
Saucisses aux sept épices avec tomates, oignons et citron
* * * * * * * * * * * * * * * *
Sélection de Grillades
Sélection de Kafta (boeuf et agneau) et Shish Taouk (poulet)

* * * * * * * * * * * * * *

Katayef
Mini-crêpes farcies au fromage frais

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Café régulier, Thé
42$ par personne (sans alcool)
(plus taxes et service)

59$ par personne incluant 2 verres d’Arak ou 2 verres de vin Libanais (plus taxes
Pour réserver appelez au (514) 288 4141

Roger Huet
Chroniqueur et animateur de radio.

mardi, 08 février 2011 19:08

Le Brunello de Montalcino de Silvio Nardi

Vers 1870 un vigneron du nom de Ferruccio Biondi-Santi se met à planter du Brunello dans ses vignobles de Montalcino, dans l’arrière région de Sienne, en Toscane. Le Brunello est un clone de Sangiovese, mais le vigneron choisit en plus le Brunello Grosso, qui produit des grappes avec de gros grains à la peau épaisse car il a constaté que ce cépage résiste mieux au phylloxera, le fléau qui ravage alors le vignoble toscan.

casale del bosco montalcino

LE BRUNELLO DE MONTALCINO DE SILVIO NARDI

L’ambition de Ferruccio c’est de faire du vin, un bon vin. Dix ans plus tard il a mis au point le Brunello de Montalcino, qu’il laisse vieillir en cuves de chêne pendant plus de quatre ans et qu’il laisse encore vieillir quelque temps en bouteille. Le résultat est un excellent vin rouge qui a une étonnante longévité. Le Brunello 1888 est le premier grand millésime de sa catégorie; avec lui le Brunello de Montalcino rentre dans l’histoire.

casale del bosco villa

Ferruccio a fait des émules. En 1950, Silvio Nardi s’installe dans le Montalcino et fonde une Tenute, c'est-à-dire un domaine.

Quatre ans plus tard il crée avec d’autres producteurs passionnés le Consortium de Brunello de Montalcino.

J’ai rencontré à Montréal Ida Achilli, directrice à l’exportation de Tenute Silvio Nardi et nous avons eu un échange des plus intéressants.

RH. – Parlez-nous du domaine Silvio Nardi,
I.A. – Actuellement c’est une propriété de 80 hectares située dans la région de Montalcino, qui est divisée en deux parcelles, une avec une orientation Nord-ouest et une autre avec une orientation Sud-est. Les terroirs sont différents : des schistes argileux d’un côté et des marnes calcaires de l’autre. Le climat est aussi différent, avec une variation de température de cinq degrés entre une propriété et l’autre, et l’orientation face au soleil est aussi importante, ce qui fait qu’avec le même cépage nous pouvons exploiter des différentes caractéristiques dans le vin.

RH. – Quel type de raisin cultivez-vous actuellement?
I.A. – Le cépage principal est le Sangiovese, le type de Sangiovese que l’on trouve à Montalcino c’est le Grosso qui veut dire gros. Les raisins sont plus épais, mais le rendement est inférieur par rapport à d’autres Sangiovese, donc la qualité de ce cépage Montalcino est très grande. La réglementation est très stricte et pour atteindre une si grande qualité on ne peut avoir qu’une grappe par plante.

RH. – Qui dirige actuellement la propriété?
I.A. – Silvio Nardi a eu huit enfants. En 1985 s’incorpora a l’entreprise Emilia Nardi, la fille la plus jeune de Silvio, qui le remplace à la direction en 1990. C’est une passionnée de Brunello.

RH. – J’ai cru comprendre que la direction s’efforce de faire cohabiter tradition avec modernité mais dans un esprit familial.
I.A. – Emilia Nardi avec ses frères continue la route tracée par son père. Elle veut que la production respecte la tradition, tout en investissant dans la recherche scientifique. Nous avons des plans à long terme. Nous avons étudié la propriété des sols mais aussi les clones de Sangiovese Grosso, et nous aurons bientôt un clone Nardi de Sangiovese Grosso adapté à la spécificité de nos sols.

RH. – Cela mène loin. Avoir un clone spécialement pour votre terroir, c’est vraiment extraordinaire!
I.A. – C’est un projet très important. La philosophie d’Émilia Nardi c’est qu’elle veut que ses vins expriment l’arôme de chacun de ses terroirs de Montalcino. Les cépages sont cultivés séparément pour essayer de respecter le plus possible l’essence de chaque parcelle.

RH. – Une grande partie du travail de la terre vous la faites manuellement.
I.A. – En effet nous avons 40 personnes qui travaillent à plein temps et pratiquement à l’année longue. Elles connaissent très bien nos vignes. Les vendanges sont toujours manuelles car le Sangiovese est un cépage très délicat.

RH. – Combien de vins et combien de bouteilles produisez-vous?
I.A. – Nous produisons cinq vins principaux et 280 000 bouteilles par an. Le Sangiovese est le cépage principal mais nous avons aussi un peu de Merlot, un peu de Petit Verdot et un peu de Syrah pour une autre appellation de Montalcino qui s’appelle Sant’Antimo qui nous permet d’assembler ces variétés internationales.

Idda Achilli nous avait apporté trois bouteilles à déguster. Nous avons commencé par un Rosso de Montalcino, millésime 2008 qui a été un bon millésime pour Montalcino. C’est un vin qui passe six mois dans des barriques françaises.

RH. – La robe a une très belle couleur rubis, pas très intense mais très vive.
I.A. – Les arômes de fruits, rouges, de cerises, avec un soupçon d’épices, de vanille, un peu de tabac et de violette, c’est la caractéristique principale de ce vin.

RH. – En bouche il y a beaucoup de fraicheur, un bel équilibre et une belle structure.

Nous avons ensuite dégusté le Brunello di Montalcino, millésime 2004, qui a été exceptionnel pour Montalcino. Maturation de 12 mois en barrique de chêne français, suivie de douze mois en barrique de chêne d’Eslabone, et ensuite six mois en bouteille avant commercialisation. Ce vin a une magnifique étiquette brun et or.

RH. – La robe est un peu plus foncée. Elle est d’un rubis intense avec des reflets grenats.
I.A. – Un nez très riche, intense même, avec des arômes de fruits mûrs de prune, de myrtille, d’épices, de sous-bois, un peu de cacao.

RH. – En bouche, il est également complexe et frais mais encore plus élégant, avec des tanins un peu plus présents et une très longue finale.
I.A. – C’est un vin de garde, et dans ce millésime surtout il peut se garder quinze ans et plus.

La troisième bouteille que nous avons dégustée c’est un autre Brunello, le Manachiara qui veut dire matin clair. Il porte le nom du vignoble de sept hectares, qui est celui qui a les plantes les plus anciennes puisqu’elles ont plus de cinquante ans. Maturation de 12 mois en barrique de chêne français, suivie de douze mois en barrique de chêne d’Eslabone, et un an d’affinage en bouteille avant commercialisation.

RH. – Un vin très parfumé, très intense, des notes florales, d’épices très présentes, de café, de cacao, des fruits exotiques. Et en bouche quelle élégance, quel équilibre, complexe, très profond.
I.A. – Au Québec le Brunello et le Manachiara sont disponibles à l’SAQ, le Brunello Rosso est en importation privée.

Ida Achilli a pris congé en invitant les amateurs québécois à lui rendre visite à Montalcino.

Voici les liens de la maison Silvio Nardi et de ses représentants à Montréal, ainsi que la liste de leurs vins disponibles au Québec

Madame Ida Achilli
Export Division
TENUTE SILVIO NARDI
Piazza della Stazione 1
06016 Selci Lama PG
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.tenutenardi.com

Représentants à Montréal.
Maddalena Ferrara
Directrice, des opérations
FOCUS CELLARS INC.
8980, boul. Langelier
Montréal, Québec
H1P 3E6
Tél. (514) 256-6778
Fax.(514) 256-6798
E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.focuscellars.net

LES VINS DE SILVIO NARDI
Les produit Brunello di Montalcino et Manachiara Brunello sont sur le marché SAQ :

Roger Huet
Chroniqueur et animateur radio,
Président du Club des Joyeux

mardi, 01 février 2011 15:40

Chanson Père et Fils, des vins de terroir

J’ai rencontré Sophie Baldo, directrice à l’exportation de la célèbre maison de vins Chanson Père et fils, qui était de passage à Montréal.

R.H. - Chanson Père et fils est une vieille maison de la Bourgogne qui a été fondée en 1750.
S.B. – En effet c’est sous Louis XV que Simon Verry fonde une maison de vins de Bourgogne qu'il abrite dans le site historique du bastion de l'Oratoire, ancienne tour de défense de la ville de Beaune. Ce n’est qu’un siècle plus tard que la famille Chanson s’allie à la famille Verry. La famille Chanson possédait déjà un grand domaine sur Beaune, Pernand-Vergelesses et Savigny les Beaune, cette alliance lui a donné une dimension et un élan nouveaux. Après avoir surmonté la grave crise du phylloxera, la maison prend son nom actuel de Chanson Père & Fils et continue à agrandir son vignoble.

R.H. - En 1999 vous avez intégré le Groupe de Champagne Bollinger
S.B. – Tout à fait, nous avons été achetés en 1999 par la Maison de Champagne Bollinger et l’entreprise à fait un grand changement dans le but d’améliorer la qualité des vins et de faire ressortir le terroir.

R.H. - Votre vignoble se compose d’une dizaine de propriétés dans les meilleurs terroirs de la Bourgogne, parfois très petits, une à deux hectares, mais dans l’ensemble pour la Bourgogne c’est une propriété impressionnante autant par la qualité des sols que par l’exposition des vignes et par les AOC dans lesquels elle s’étend.
S.B. – Le domaine Chanson a 45 hectares, lorsqu’on sait que la taille moyenne d’un domaine en Bourgogne est de 4 hectares, la taille de Chanson Père et fils est importante. Surtout que les terroirs sont tous en Premier Cru et en Grand Cru sur les terroirs de Santenay, Beaune, Savigny les Beaune, Pernand Vergelesses, Chassagne-Montrachet, Puligny Montrachet et Corton. Le raisin que nous produisons en propre correspond à peu près au quart du raisin que nous employons pour produire 900 000 bouteilles. Le reste du raisin nous l’achetons à des vignerons soigneusement sélectionnés.

R.H. - Quels sont les principaux cépages que vous cultivez?
S.B. – En Bourgogne c’est simple on ne cultive plus que deux cépages le Pinot Noir et le Chardonnay. Dans certaines régions il y a encore du Gamay et dans le Beaujolais l’Aligoté avec lequel on fait le Bourgogne Aligoté.

R.H. - Vous nous avez apporté trois bouteilles, trois Pinots noirs.
S.B. – J’ai apporté notre Givry 2007, notre Pernand-Vergelesses 2006 et notre Beaune-Bastion 2005. Nous allons commencer la dégustation par le Givry 2007. Givry qui est un de nos plus célèbres villages au cœur de la Côte chalonnaise au sud de la Bourgogne.

R.H. – La robe est relativement claire.
S.B. – Chez Chanson nous pratiquons une macération longue qui nous permet d’avoir une belle couleur rubis, mais le Pinot Noir n’est pas un cépage qui donne des vins très foncés.

R.H. - Le nez : Des arômes intenses de groseille et de framboise, avec un soupçon d’épices et surtout de poivre.
S.B. - En bouche c’est un vin équilibré, avec une belle concentration, une acidité présente mais bien fondue, une belle longueur, généreuse et fraîche

R.H. - Quelle est la deuxième bouteille?
S.B. – Nous allons déguster le Pernand-Vergelesses 2006. Les Vergelesses 1er Cru. Appellation Bourgogne Côte de Beaune. Élevé en fût de chêne pendant 14 mois. Chanson est le plus grand producteur de la région avec un terroir de 5,5 hectares.

R.H. – La robe est toujours d’un rubis magnifique, un peu plus foncé. Des arômes intenses de mûre, de réglisse et de vanille.
S.B. – Le terroir pierreux en surface et argileux en profondeur, lui confère une complexité et une minéralité très marquée. C’est un vin bien structuré, les arômes de fruits sont bien intégrés au boisé, les tanins sont veloutés, il a une belle longueur.

R.H. - La troisième bouteille que nous allons déguster est donc le Beaune Bastion Premier Cru 2005.
S.B. – Beaune-Bastion n’est pas une appellation, c’est le nom que nous donnons chez Chanson à nos Premiers crus issus de jeunes vignes de diverses parcelles. Le nom de Bastion lui vient de notre vieille cave qui se trouve dans les remparts de Bastion. C’est un vin vieilli en fût de chêne, qui est typique de la Côte de Beaune

R.H. – Belle robe avec beaucoup de jeunesse.
S.B. – C’est un vin simple, délicat, soyeux, avec beaucoup de fraîcheur. Il est rond, souple, féminin. Le terroir prend ici toute son ampleur.

R.H. – On constate qu’en faisant ressortir le terroir, vous réussissez à produire des vins ciselés.
S.B. – Voilà une définition qui me plaît car elle traduit vraiment la spécificité de nos vins.

R.H. – Merci Sophie Baldo, de nous avoir permis de déguster les vins extraordinaires de la Maison Chanson et Fils. J’espère que vous viendrez nous voir souvent au Québec.
S.B. – Je vous le promets.

Voici les coordonnées de Sophie Baldo et d’Authentic vins et spiritueux, les représentants de Chanson Père et Fils au Québec.

Sophie Baldo
Export Manager
Domaine Chanson Père et Fils
10, rue Paul Chanson
21 200 Beaune.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Esther de la Durantaye
Authentic Vins et Spiritueux
3000, boulevard René-Lévesque bureau 350
Ile des Sœurs, Québec H3E 1T9
Télé : 514-356-5222
Téléc. : 514-356-5274
Cell: 514-386-3398
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vins de Chanson Père et Fils disponibles au Québec

SPÉCIALITÉ – en succursale SAQ
11094559 Beaune Bastion 1er Cru 2005 $51.50
11154312 Gevrey-Chambertin 1er cru Lavaut St-Jacques 2006 $102.25 WS: 91
966176 Givry 2007 $23.90
10865112 Le Bourgogne Pinot Noir 2007 18.55
10865235 Pernand-Vergelesses 1er Cru Les Vergelesses 2006 $44.25 à venir
11338824 Savigny-Lès-Beaune La Dominode 2006 $37.50

SIGNATURE
11219024 Beaune Bressandes 1er Cru 2005 $68.00 WS: 93
11214047 Beaune Teurons 1er Cru 2005 $52.75

IMPORTATION PRIVÉE – disponible
11352263 Beaune Clos des Mouches 1er Cru 502601 2007 BLANC $94.25
11397576 Viré Clessé 2008 $22.35
11352280 Beaune Clos des Fèves 1er Cru Monopole 2006 ROUGE $77.00

IMPORTATION PRIVÉE – à venir – arrivage prévu en mars
11468645 Beaune Clos des Mouches 1er Cru 2008 BLANC $96.75
11468602 Meursault 2009 $52.75
11468611 Meursault 375ml 2009 $28.00
11468581 Montagny 1er Cru 2009 $29.15
11468557 Viré Clessé 2009 $23.40
11468565 Viré Clessé 375ml 2009 $13.15
11468653 Beaune Clos des Fèves 1er Cru Monopole 2007 $79.25
11468637 Gevrey Chambertin 2008 $55.75
11468573 Le Bourgogne Pinot Noir 375ml 2008 $12.00
11468590 Moulin à vent 2009 $24.15
11468629 Nuits St-Georges 2007 $55.75

J’ai rencontré le Comte Sébastiano Capponi à Montréal. Les Caponi sont des vignerons depuis vingt générations, depuis 1534 exactement lorsqu’ils achètent le Château Villa Calcinaia dans ce qu’on appellera plus tard le Chianti. Pourtant à l’origine ils ne sont pas des propriétaires terriens. Des documents attestent qu’en 1215 les Capponi sont dans le commerce de la soie à Florence. La soie les enrichit et ils deviennent des banquiers d’Europe. Ils ont des comptoirs à Londres, à Lisbonne, à Barcelone, à Ostende. À la fin du Moyen-âge leur influence est comparable à celle des Medici et des Pitti.

sebastiano caponi

Le Comte Sébastiano Capponi

Le Palazzo Capponi se trouve sur Via dei Bardi et fut construit entre 1411 et 1423 par Niccolo da Uzzano, en face de la Galerie de l’Uffizi. Il contient une des plus riches collections privées d’art et a servi d’inspiration au roman Hannibal de Thomas Harris, et de cadre pour le film qui en a été tiré, où Hannibal joue de rôle du Curateur de la Bibliothèque Capponi.

Les Médicis et les Pitti ont disparu depuis longtemps de Florence, mais lesCapponi habitent toujours leur Palais pendant les mois d’hiver, tandis qu’ils vivent à Villa Calcinaia pendant l’été.

palazzo caponi

Le Palazzo Caponi

Le Comte Sébastiano raconte avec humour comment les Capponii, commerçants et financiers ont perdu leurs anciennes vertus en devenant propriétaires terriens. Son frère Niccolò qui est un historien militaire, spécialiste du Moyen-âge et de la Renaissance, vient de publier « An Unlikely Prince» la biographie de Niccolò Machiavel d’un point de vue original, dans le contexte historique et social de l’époque.

Villa Calcinaia est une énorme propriété de 200 Ha avec 30 Ha de vignobles qui produit des vins recherchés, tels leur Chianti Classico DOCG, leur Chianti Classico Reserve vintage DOCG, ainsi qu’un vin 100% Merlot appelé Casarsa qui est un bijou. Ils produisent aussi un très bon Vinsanto DOCG, une Grappa distillée à partir de Chianti, sans compter leur excellente production d’huile d’olive.

J’exprimai mon étonnement que dans les terres du Sangiovese on cultive le Merlot. Le Comte Sebastiano me répondit en riant que c’était parce depuis cinq générations les Capponi étaient devenus des intellectuels. Étant lui le premier à revenir à la gestion de la terre. Or dans les années soixante il y a eu une grande inondation dans la région de Grève où se trouvent leurs vignobles et il a fallu replanter sept hectares de vignes. Ils ont commandé et cru replanter du Sangiovese, mais ils se sont aperçus que ce n’était pas du Sangiovese et comme on ne savait pas quel cépage ils avaient planté, leurs vignerons leur ont dit que c’était de la Malvasia Nera (Malvoisie noire). Finalement au début des années 90, il a fait venir un ampélologue qui a déterminé clairement que ce n’était pas de la Mavasia Nera mais du Merlot. Depuis 1997 il a donc décidé de faire un vin 100% Merlot qui est excellent.

Pour le vigneron Sebastiano Capponi le vin doit être bu à table, en accompagnement de la nourriture. Il est donc indispensable que le vin ait du goût. Tous les vins de Villa Calcinaia sont issus de vieilles vignes plantées entre 1960 et 1985. Avec les vieilles vignes la production est réduite et concentrée.

Nous avons dégusté le Villa Calcinaia Chianti Classico 2006, une année classique et jusqu’à date la meilleure du siècle en cours. 90% Sangiovese et 10% Canaiolo. Le Canaiolo lui confère une couleur rouge rubis intense, et un peu de rondeur. Arômes de violettes et de fruits rouges; beaucoup de longueur et d’élégance en bouche, se mariant facilement avec des mets de pâtes et de viande. C’est un vin qui a un temps de garde de vingt ans minimum.

Nous avons ensuite dégusté le Villa Calcinaia Chianti Reserva 2005. Une année difficile pour les producteurs de vignes neuves mais excellente pour ceux qui ayant de vieilles vignes avaient une production concentrée pouvaient attendre plus longtemps avant la récolte. C’est un vin qui a plus de tanins que le Chianti Classico, un goût prononcé de violette, un vin complexe, avec une belle concentration de fruits rouges, une belle structure, et en même temps élégant et long en bouche. Son temps de garde est de quinze ans. C’est un vin qui demande de la viande.

Nous avons fini la dégustation par le Villa Calcinaia Casarsa 2004, 100% Merlot, médaillé d’argent au Challenge international du Vin. Un vin riche en fruits rouges et en épices, surtout clou de girofle; de belle couleur rubis foncé, beaucoup de fraîcheur et plus élégant que puissant.

L’Italie est fascinante lorsque son histoire se mélange intimement au quotidien.

Roger Huet
Chroniqueur et animateur
Président du Club des Joyeux.

Liens :

Comte Sébastiano Capponi
Villa Cancinaia (Chianti) Italie
Voir le site!
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Représentant au Québec: Michael Soly
Les Sélections Soly-Leblanc inc.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Voir le site
(514) 912-0960

J’ai rencontré Alain Brumont, propriétaire des Châteaux Montus et Bouscassé dont les vins se classent depuis vingt-cinq ans parmi les trois ou quatre meilleurs au monde.

Alain Brumont est le roi du Madiran, cette mythique région qui se trouve dans le Sud-ouest de la France entre Bordeaux et les Pyrénées et qu’on appelle quelquefois le Pays de Cocagne. Le climat est idéal pour la vigne, chaud le jour et froid la nuit. Le Sud-Ouest compte aujourd’hui 42 appellations (AOC). Alain Brumont possède la presque totalité des terroirs du Madiran.

ch bouscassnew

C’est le vigneron en France qui va toujours à contre-courant de toutes les tendances. Il ne suit que son instinct qui s’est avéré génial. En 1980 le vignoble du Sud-ouest est en plein marasme, Alain Brumont achète le Château Montus et tout ce qui est à vendre, à des prix de misère «car personne n’en veut de ces terroirs avec des galets plus gros que la tête, et qui ont des pentes de plus de 40 degrés», dit-il. Il replante du Tannat, qui a été vénéré au 18e siècle mais auquel deux siècles plus tard, personne n’y croit, à cause de sa rusticité et de son rendement trop élevé qui donne des jus trop dilués et pleins d’astringence et d’amertume.

Quatre ans plus tard, pourtant, grâce au Tannat, il est reconnu premier vinificateur de France et sept ans plus tard il est reconnu Premier Winemaker mondial. Le secret de son succès est sa grande rigueur. Interdiction d’acidifier, interdiction de coller.

Dans les blancs également, Alain Brumont aime ce qui semble difficile. Il fait le pari du Petit Courbu, pour les vins secs et du Petit Manseng pour les moelleux, cépages blancs méconnus de l'appellation Pacherenc du Vic Bilh. Son Château Bouscassé blanc et son Château Montus blanc sec étonnent par leur concentration, leur volume en bouche et leur finesse comparable aux grands Hermitage blancs. Ces vins secs qui n’ont aucune trace de sucre se marient délicieusement avec le foie gras.

Nous avons dégusté le Château Bouscassé rouge 2006, 35% de Tannat, 25% de Cabernet Sauvignon et 25% de Cabernet franc. Le Tannat lui confère une couleur rouge vif qui au bout de vingt ans ne vire pas à l’orangé, car les molécules demeurent vivantes. Encore une fois, le Tannat et le Cabernet Sauvignon étant des cépages fortement structurés, personne n’aurait eu l’idée de les marier, ce que fit pourtant Alain Brumont produisant un vin très vite classé parmi les meilleurs au monde. Des arômes discrets de mûres, une belle acidité, beaucoup de longueur.

montus pacherenc

Nous avons dégusté ensuite le Château Montus 2006, 80% de Tannat et 20% de Cabernet Sauvignon, un vin si parfait que les connaisseurs l’ont appelé le Pétrus du Sud-ouest. Un vin élégant de couleur ferme qui a beaucoup de profondeur et qui se trouve à l’opposé des vins confiturés.

Château Bouscassé, Château Montus, deux vins merveilleux qui sont en vente à l’SAQ.

Alain Brumont possède une table pour 50 personnes en Gascogne. Deux cents Québécois y sont reçus chaque année. Si vous passez dans le coin, faites un petit détour, cela lui fera plaisir.

Roger Huet
Chroniquer et animateur de radio
Président du Club des Joyeux.

Voici leurs liens :

VIGNOBLES BRUMONT
32400 Maumusson Laguian
Téléphone : 05 62 69 74 67
Fax : 05 62 69 70 46
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Voir le site!

Représentante au Québec
Lyne Beauregard
LCC
1751, rue Richardson suite 4119
Montréal QC H3K 1G6
Tel. 514 985-0647

lundi, 03 janvier 2011 23:28

Les vins délicieux de la maison Hugel

J’ai rencontré à Montréal Étienne Hugel dont la famille possède 25 hectares de vignes dans la commune de Riquewihr, en Alsace.

La vigne a été implantée en Alsace à l’époque de l’Empire romain et a connu un grand essor pendant tout le Moyen-âge. Sa position géographie l’a liée au Saint-Empire Romain-Germanique, à la France, à l’Allemagne et de nouveau à la France. Elle a profité de sa formidable position sur le Rhin pendant les périodes de paix, et a subit les effets de nombreuses guerres.

Les Hugel sont une lignée de vignerons alsaciens depuis la fin du Moyen-âge. Hans Ulrich Hugel s'est installé à Riquewihr après la Guerre de Trente ans et a reçu le statut de Bourgeois de la ville en 1639. Il prendra assez vite la tête de la puissante Corporation des Vignerons.

Le Dix-neuvième siècle a été crucial pour le vignoble alsacien. Les armées napoléoniennes l’ont ravagé au début du siècle et les armées prussiennes et les maladies cryptogamiques l’ont à nouveau ravagé à la fin de ce même siècle. En 1902 Frédéric Émile Hugel a décidé de quitter l'ancienne propriété familiale pour s'installer au centre de Riquewihr et rebâtir son vignoble. La Première Guerre Mondiale est venue anéantir ses efforts, mais en 1918 il a pris la tête d’un groupe de vignerons et a décidé de sauver le vignoble alsacien. Jusqu’à la fin de sa vie, il consacrera tous ses efforts à replanter les grands cépages alsaciens, à produire des grands vins nobles et à promouvoir le vin d’Alsace. L’emblématique étiquette jaune des Hugel est en vigueur depuis 1921.

Les Hugel affirment que "Le vin est déjà dans le raisin". Ils en ont fait la règle d’or de leur entreprise. Ils prennent tellement soin de leurs vignes qu’ils n’emploient jamais d’engrais chimiques, et font les vendanges à la main.

L’Alsace d’aujourd’hui qui est une région qui combine le meilleur des deux mondes. Il y a la bouteille du Rhin, connue comme la flute du Rhin. Il y a des cépages alémaniques mais les vins qui y sont produits sont des vins à la française.

L’Alsace possède le climat le plus sec de France, elle est très loin de la mer mais jouit d’un microclimat parce qu’elle est protégée par la barrière montagneuse des Vosges. Avec sa position géographique du nord, elle a les terroirs et le climat qui la rendent apte à produire des vins blancs secs aromatiques. Dans les vins d’Alsace et particulièrement dans ceux de la maison Hugel, il n’y a pas d’usage de bois, ni de produits ajoutés, ce qui fait que le goût du vin est vraiment le goût du raisin.

Lorsque les vins d’Alsace sont faits de mono cépages : Riesling, Gewurztraminer, etc. ils portent le nom du raisin, lorsqu’ils sont des assemblages on leur donne le nom de Gentil. Gentil est une vieille tradition car anciennement les vins d’Alsace étaient des assemblages.

J’ai été invité à déguster le Gentil Hugel 2009, qui est fait de Riesling, de Gewurztraminer et de Pinot gris. On y retrouve la finesse, l’élégance et la minéralité du Riesling, le côté épicé du Gewurztraminer et le côté riche, puissant du pinot gris. C’est un vin qui reste sec, qui se marie très bien avec les fruits de mer, les crustacés, les homards et même avec la cuisine un peu épicée. Il faut le boire bien frais, à environ 8 degrés. C’est aussi un vin qu’on boit avec plaisir en apéritif.

riesling hugel 2008 tradition

Nous avons dégusté ensuite le Riesling Hugel 2008. Le Riesling alsacien est aussi un vin sec, différent de certains Rieslings allemands qui sont plus sucrés.

Belle robe jeune aux reflets verts. Des parfums de tilleul, d’aubépine, et de citron vert. En bouche, à la fois vif et frais, léger et désaltérant. Il se marie bien avec les fruits de mer, les crustacés, les poissons crus ou marinés, et la cuisine asiatique. A boire à 8°.

Nous avons fini la dégustation par le Gewurztraminer Hugel 2009 qui a un caractère exubérant. Robe jeune aux nuances vert clair, brillante et limpide, jambage souple et onctueux.

L'expression aromatique est jeune, fraîche et tendre, très expressive, florale : roses, aubépine, acacia. Elle est aussi fruitée et exotique, litchi, ananas fruit de la passion, avec des subtiles nuances de cardamome et de safran.

Au palais, l'attaque est souple, tendre, caressante, charnue. Une finale propre à un vin sec, avec beaucoup de sève.

C’est un vin de gastronomie, qui se marie à merveille avec la cuisine orientale, avec des fromages à pâtes persillées, avec des plats de viandes blanches et des terrines de gibier. Un vin qu’on doit servir frais, à 8°

Tous les vins de la Maison Hugel sont disponibles à la SAQ.
La Maison Hugel a un site internet : www.hugel.fr, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..
Représentés au Québec par: Marguerite Aghaby,
LBV International, Cell (514) 451-5105

lundi, 20 février 2017 06:50

Une délicieuse rencontre bordelaise

Luc Provencher nous a présenté la directrice export de Ginestet, Lisa Bousquet, avec qui nous avons dégusté quelques vins choisis.

La Maison Ginestet est une des plus importantes maisons de négoce à Bordeaux. Elle a été fondée en 1897 par Fernand Ginestet, qui a été un des fondateurs du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux. Aujourd’hui c’est la propriété du Groupe TAILLAN, un des chefs de file dans la production et la distribution de vin en France.

La Maison Ginestet demeure un acteur majeur de "La Place de Bordeaux" avec 90 employés, des clients dans 70 pays et un chiffre d’affaires de 115 000 000 d’Euros. Elle propose un large éventail de services pour satisfaire autant les producteurs que les importateurs, les distributeurs et les détaillants. Environ 50% de son chiffre d’affaires se réalise par la vente de plus de 500 "Grands Crus" dans différents millésimes. En même temps, Ginestet vend des vins de petits châteaux qui appartiennent au groupe ou qui sont produits en partenariat. Elle est finalement créatrice des marques: Mascaron, Ginestet et Marquis de Chasse.

Parmi les vins dégustés en compagnie de Mme Bousquet, j’ai particulièrement aimé le Château La Branne, Appellation Médoc Cru Bourgeois 2014.

Voici l’histoire de ce domaine: En 1986, Philippe Videau reprend une petite exploitation de 2 ha au cœur du Médoc, dans la commune viticole de Bégadan, entre l’Estuaire de la Gironde et l’Océan Atlantique. À force de travail et de persévérance, il parvient à acheter d’autres terres et agrandit son domaine à 25 hectares, dont 22 de vignes. En 1999, il décide de vinifier son vin au domaine. Depuis le millésime 2008, le Château La Branne est classé Cru Bourgeois à chaque année.

Le domaine a trois types de sols: un sablo-graveleux qui apporte la finesse et la rondeur, un argilo-graveleux qui apporte de la complexité aromatique et un argilo-calcaire qui donne la structure et les tanins au vin.

Le Château La Branne travaille la vigne en agriculture raisonnée et cultive du Merlot 54%, du Cabernet Sauvignon 44% et du Petit Verdot 2%. Ce dernier n’est utilisé que pour certains millésimes. La vinification est faite dans la tradition médocaine, avec des températures de vinification contrôlées et régulées. Ce procédé permet d’obtenir un vin à la fois fruité, souple, gras et de garde.

Afin de révéler tout le caractère et la typicité du vin par une extraction douce des tanins, une macération post-fermentaire est réalisée durant 3 semaines. Le "Château La Branne" vieillira en fûts de chêne durant 12 mois. Pour un mariage harmonieux entre le boisé et le fruité, 30% des barriques sont renouvelées à chaque année, elles apportent des notes subtiles de vanille.

roger chateaulabranne2014

Le Château La Branne 2014 Médoc, Cru Bourgeois, est un assemblage 56% Merlot, 44% Cabernet Sauvignon. Il titre 13 degrés d’alcool. Robe rouge foncé, avec un léger reflet bleu. Des arômes subtils de framboise et de fraise, de champignons, de réglisse, de vanille, d’épices douces et de moka.

Rond en bouche, avec des tanins charnus, beaucoup de finesse, une grande complexité aromatique, une bonne acidité qui apporte de la fraîcheur. Un vin gourmand avec une très longue finale.

Il accompagnera délicieusement une côte de veau, des côtelettes d’agneau, des cailles. Le producteur le recommande avec une côte de bœuf grillée au sarment de vigne; il fera aussi merveille avec une assiette de fromages. Ce vin gagne à être aéré pendant une heure. Je suggère de le servir à 16 degrés Celsius. Il peut être conservé en cave au-delà de 10 ans.

Le Château La Branne Médoc Cru Bourgeois est disponible à la SAQ dans le millésime 2012, code 11975532. Prix 22,75$. Le millésime 2014 sera disponible au mois de mars.

Liens :

Château La Branne

Fabienne et Philippe Videau

Représentés au Québec par Charton Hobbs, Québec 

Luc Provencher, Directeur Division Vins Fins / Communications
Tél. : 514 353 8955, poste 358
Portable : 514 799 0524 
3000, boulevard René-Lévesque, Suite 400, Île-des-Sœurs, Verdun (Québec) H3E 1T9

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

lundi, 03 janvier 2011 23:28

Les vins délicieux de la maison Hugel

J’ai rencontré à Montréal Étienne Hugel dont la famille possède 25 hectares de vignes dans la commune de Riquewihr, en Alsace.

La vigne a été implantée en Alsace à l’époque de l’Empire romain et a connu un grand essor pendant tout le Moyen-âge. Sa position géographie l’a liée au Saint-Empire Romain-Germanique, à la France, à l’Allemagne et de nouveau à la France. Elle a profité de sa formidable position sur le Rhin pendant les périodes de paix, et a subit les effets de nombreuses guerres.

Les Hugel sont une lignée de vignerons alsaciens depuis la fin du Moyen-âge. Hans Ulrich Hugel s'est installé à Riquewihr après la Guerre de Trente ans et a reçu le statut de Bourgeois de la ville en 1639. Il prendra assez vite la tête de la puissante Corporation des Vignerons.

Le Dix-neuvième siècle a été crucial pour le vignoble alsacien. Les armées napoléoniennes l’ont ravagé au début du siècle et les armées prussiennes et les maladies cryptogamiques l’ont à nouveau ravagé à la fin de ce même siècle. En 1902 Frédéric Émile Hugel a décidé de quitter l'ancienne propriété familiale pour s'installer au centre de Riquewihr et rebâtir son vignoble. La Première Guerre Mondiale est venue anéantir ses efforts, mais en 1918 il a pris la tête d’un groupe de vignerons et a décidé de sauver le vignoble alsacien. Jusqu’à la fin de sa vie, il consacrera tous ses efforts à replanter les grands cépages alsaciens, à produire des grands vins nobles et à promouvoir le vin d’Alsace. L’emblématique étiquette jaune des Hugel est en vigueur depuis 1921.

Les Hugel affirment que "Le vin est déjà dans le raisin". Ils en ont fait la règle d’or de leur entreprise. Ils prennent tellement soin de leurs vignes qu’ils n’emploient jamais d’engrais chimiques, et font les vendanges à la main.

L’Alsace d’aujourd’hui qui est une région qui combine le meilleur des deux mondes. Il y a la bouteille du Rhin, connue comme la flute du Rhin. Il y a des cépages alémaniques mais les vins qui y sont produits sont des vins à la française.

L’Alsace possède le climat le plus sec de France, elle est très loin de la mer mais jouit d’un microclimat parce qu’elle est protégée par la barrière montagneuse des Vosges. Avec sa position géographique du nord, elle a les terroirs et le climat qui la rendent apte à produire des vins blancs secs aromatiques. Dans les vins d’Alsace et particulièrement dans ceux de la maison Hugel, il n’y a pas d’usage de bois, ni de produits ajoutés, ce qui fait que le goût du vin est vraiment le goût du raisin.

Lorsque les vins d’Alsace sont faits de mono cépages : Riesling, Gewurztraminer, etc. ils portent le nom du raisin, lorsqu’ils sont des assemblages on leur donne le nom de Gentil. Gentil est une vieille tradition car anciennement les vins d’Alsace étaient des assemblages.

J’ai été invité à déguster le Gentil Hugel 2009, qui est fait de Riesling, de Gewurztraminer et de Pinot gris. On y retrouve la finesse, l’élégance et la minéralité du Riesling, le côté épicé du Gewurztraminer et le côté riche, puissant du pinot gris. C’est un vin qui reste sec, qui se marie très bien avec les fruits de mer, les crustacés, les homards et même avec la cuisine un peu épicée. Il faut le boire bien frais, à environ 8 degrés. C’est aussi un vin qu’on boit avec plaisir en apéritif.

riesling hugel 2008 tradition

Nous avons dégusté ensuite le Riesling Hugel 2008. Le Riesling alsacien est aussi un vin sec, différent de certains Rieslings allemands qui sont plus sucrés.

Belle robe jeune aux reflets verts. Des parfums de tilleul, d’aubépine, et de citron vert. En bouche, à la fois vif et frais, léger et désaltérant. Il se marie bien avec les fruits de mer, les crustacés, les poissons crus ou marinés, et la cuisine asiatique. A boire à 8°.

Nous avons fini la dégustation par le Gewurztraminer Hugel 2009 qui a un caractère exubérant. Robe jeune aux nuances vert clair, brillante et limpide, jambage souple et onctueux.

L'expression aromatique est jeune, fraîche et tendre, très expressive, florale : roses, aubépine, acacia. Elle est aussi fruitée et exotique, litchi, ananas fruit de la passion, avec des subtiles nuances de cardamome et de safran.

Au palais, l'attaque est souple, tendre, caressante, charnue. Une finale propre à un vin sec, avec beaucoup de sève.

C’est un vin de gastronomie, qui se marie à merveille avec la cuisine orientale, avec des fromages à pâtes persillées, avec des plats de viandes blanches et des terrines de gibier. Un vin qu’on doit servir frais, à 8°

Tous les vins de la Maison Hugel sont disponibles à la SAQ.
La Maison Hugel a un site internet : www.hugel.fr, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..
Représentés au Québec par: Marguerite Aghaby,
LBV International, Cell (514)451-5105