lundi 24 juin 2024
L’Escapade gourmande de la Fondation Gérard-Delage: quelle belle soirée!

L’Escapade gourmande de la Fondation Gérard-Delage: quelle belle soirée!

Le 8 mai 2024, j’ai eu la chance de participer à la 23e édition de l’Escapade gourmande (ancienne Soirée des Patrons) de la Fondation Gérard-Delage. C’est une levée de fonds pour remettre des bourses de stages de perfectionnement et d’études supérieures aux étudiants et aux jeunes professionnels du domaine de la restauration, du tourisme et de l’hôtellerie.

Cette soirée est un rallye gastronomique dans 5 restaurants où nous nous rendons en limousine.

J’avais le privilège d’être avec le commandant Piché, 4 employés de la SAQ et 2 autres amis. Comme je le dit toujours, le plaisir d’un repas, c’est 50% ce qu’on mange et ce qu’on boit et 50% avec qui on le fait. On avait le 100%.

En attente du départ, des bouchées du Ritz (que dire de plus) accompagnées d’un mousseux (L’Orpailleur Brut) qui nous était offert par la SAQ.

Le premier restaurant était Le Polisson, un restaurant dirigé de main de maître par Pauline Brasset, qui nous a offert un tartare de saumon nappé de sauce épicée et de crème fraîche au wasabi, servi avec chips de crevette et accompagné du Karl May, un riesling allemand de 2021 avec une belle minéralité pour soutenir le tartare. Quelle belle combinaison.

Suivait la pieuvre grillée du Stanley. Elle était servie avec un chimichuri (une sauce froide provenant d’Argentine et d’Uruguay, mais retrouvée aussi au Mexique et dans d’autres pays d’Amérique latine), de l’huile épicée, de la poudre d’olives et une salade de cresson. Cette pieuvre était d’une chair ferme, mais tendre, et pas du tout caoutchoutée. On nous servait un Fazi Battaglia, un vin du cépage verdicchio nous venant d’Italie. Il y a 20 ans, ce cépage produisait de petits vins de table, mais aujourd’hui, les Italiens ont diminué le rendement de la vigne, ce qui nous donne un vin beaucoup plus condensé et aromatique. C’était excellent.

Ensuite, pour le plat principal, le « 701 » nous a offert un confit de canard accompagné d’un Croze Hermitage les Maysonniers 2021 de M. Chapoutier. J’étais un peu craintif de cette harmonisation, mais c’était une crainte injustifiée parce que cette syrah complémentait merveilleusement le confit. Un mariage vraiment réussi.

Le fromage était servi au Restaurant h3 (Hôtel Humaniti Montréal). C’était un fondant au fromage, craquelin aux herbes, chutney de cèpes et rayon de miel. Un plat très réussi, avec un ensemble de 2 fromages dont la puissance permettait au Tawny 20 ans de Cabral de présenter tout son charme en accompagnant ce plat. Quel beau cadeau que ce vin. Par contre, le service laissait un peu à désirer.

Et, finalement, au Cartier Arms, un gâteau au fromage accompagné d’un vin de glace ontarien, le Iniskillin 2019. Personnellement, je préfère nos vins de glace du Québec, où le froid plus intense augmente l’acidité, ce qui équilibre mieux le vin.

En tout, une soirée haute en couleur et en saveurs. Merci à la Fondation et aux restaurateurs qui l’appuient.

À propos de l' auteur

On n'est jamais si bien servis que par soi-même.

Alors je suis né d’un père et d’une mère qui sont restés mariés jusqu’à la mort. Moi je me suis marié 3 fois.  J’ai étudié et  obtenu un BAC qui m’a permis d’être bon à tout et propre à rien. Allez comprendre.

Ensuite des études en statistiques et en informatique. J’ai complété ces dernières et me suis lancé, au grand dam de mon père, à fond dans cette science qui, en 1970 était totalement inconnue. En même temps, j’ai fondé mon premier club gastronomique, les Chevaliers de la table ronde, un nom qui nous avait été suggéré par la très aimé et respectée Françoise Kayler. Lire la suite...