mercredi 30 novembre 2022
Autre belle surprise : Ktima Pavlidis

Autre belle surprise : Ktima Pavlidis

Il y a un an, je participais à une dégustation des vins de plusieurs régions de Grèce dont AOP Côtes de Meliton (IGP Sithonie), iles de Paros, de Crête et Santorini. J’avais été charmé par tous ces vins.

Une autre fois, en août 2022, j’ai eu le privilège de déguster d’autres vins grecs. Cette fois-ci de l’IGP Drama, région de la Macédoine. Il ne faut surtout pas confondre la région avec le pays qui se trouve plus au nord. Le mont Olympe, la montagne des dieux de la mythologie grecque se trouve à près de 300 km au sud-ouest.

La région est caractérisée par un microclimat idéal pour les cépages tant internationaux qu’autochtones qui ont produit des vins qui ont remporté de nombreuses distinctions.

La zone Indication géographique protégée (IGP) Drama fut reconnue en 1995 et, au fil de ces vingt dernières années, elle a fait de celle-ci une des régions viticoles les plus importantes de Grèce.

On avait 4 vins à déguster. Tous provenant de la maison Ktima Pavlidis.

Petite histoire

Les tout premiers vins grecs ont été datés de 6 500 ans, leur élaboration correspondant aux besoins d'une famille ou d'une petite communauté. Par contre, les premières traces de viticulture et de vinification en Géorgie remontent à 8 000 ans avec la production de vins en kvevri (grande jarre de vin). Ces deux pays sont très éloignés, la Géorgie étant à l’extrémité est de la mer Noire alors que la Grèce est à l’ouest de la Turquie. On peut aller de la Géorgie à la Grèce en traversant la mer Noire, le Bosphore, la mer de Marmara et la mer Égée. 

Drama

Située juste à l’ouest de Thrace, les vins de Macédoine orientale sont particulièrement représentatifs du renouveau connu dans le vin grec. Les cépages qu’on y retrouve sont : Assyrtico, Roditis, Malagousia, Muscat d’Alexandrie, Robola, Xinomavro, Chardonnay, Sauvignon blanc, Sémillon, Trebbiano, Viognier, Agiorgitico, Limnioi, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon, Merlot, Nebbiolo, Refoso, Syrah, Tempranillo. Donc des cépages autochtones et internationaux provenant de la France, de l’Italie et de l’Espagne. La région abrite aussi l’appellation Naoussa, fameuse pour ses rouges faits avec du Xinomavro qui rappelle le Nebbiolo d’Italie. Plusieurs experts ont longtemps cru que les deux cépages étaient cousins.

Bistrot grec Philinos

Ce restaurant nous accueillait et nous offrait ses plats grecs.

En entrée, trois tartinades, taramosalata, (œufs de carpe), copanisti (piments forts et fromage feta) et melitzanosalata (aubergine)

Suivait kolokithia tiganita (aubergine en friture)

Ensuite, kalamarakia tiganita (calmars frits) et oktapodaki (pieuvre grillée sur julienne d’oignon et poivron rouges)

Et surtout, les païdakia arnissia (côtelettes d’agneau grillées) et kotopoulo (filets de poulet grillés).

Tous ces plats étaient très bons.

On nous a aussi offert de la danse typique de la Grèce.

Ktima Pavlidis

Cette maison comprend 2 vignobles soit: Kokkinogia et Perichora. Les chais sont tout près de Kokkinogia à 19 kilomètres de la ville de Drama. Ces 2 vignobles totalisent 65 hectares.

Le développement a commencé en 1998 donc est relativement jeune.

Cette maison nous offrait 4 vins, deux blancs et deux rouges.

Les blancs étaient : Thema, un assemblage de 50% d’Assyrtico et 50% de Sauvignon. L’Assyrtico est un cépage grec blanc originaire de l'île de Santorin. L'Assyrtiko est largement planté dans le sol aride riche en cendres volcaniques de Santorin et d'autres îles de la mer Égée, comme Páros. On le trouve également dans d'autres régions dispersées de la Grèce comme la Chalcidique. L'Assyrtiko est également cultivé dans la vallée de Clare, en Australie-Méridionale, et à l'abbaye de New Clairvaux en Californie du Nord depuis 2011.

A Santorin, il existe de nombreuses vieilles plantations de vignes (plus de 70 ans) d'Assyrtiko, dont beaucoup sont non greffées. Ces plantations ont montré une résistance au phylloxéra. En tant que seule vigne européenne connue pour être résistante à la brûlure du vin, il est envisagé que la source réelle de cette résistance puisse provenir de la cendre volcanique dans laquelle poussent les vignes, et non de la vigne elle-même.

L’Assyrtico est un cépage qui retient l’admiration de connaisseurs tels que Jancis Robinson. Ici, on nous le présente en assemblage avec le Sauvignon blanc ce qui le rend plus rond et, pour moi, plus équilibré. Ce vin est mon coup de cœur de la soirée et, à 21,95$ à la SAQ, un rapport qualité prix vraiment excellent.

Le second blanc, un autre Assyrtico est le Emphasis. C’est le seul cépage dans ce vin ce qui en fait un vin plus frais. Mais il a tout de même ses goûts de citron et de la minéralité.

Suivirent les deux vins rouges.

D’abord l’Emphasis Tempranillo. On retrouvait les effluves du Tempranillo mais en plus discret qu’en Espagne. Je verrais bien ce vin avec des plats pas trop épicés de l’Inde.

Ensuite, le Thema assemblage de Syrah (40%) et Agiorgitiko (60%) vieillis pendant 1 an dans des barils nouveaux à 70%. Puis entre 8 et 10 mois en bouteille. Avec un taux d’alcool de 15% c’est un vin assez puissant. Il ne faut pas confondre l’Agiorgitiko et d’origine relative au bassin viticole corinthien, avec l’Agioritiko , autre appellation d’origine relative cette fois au mont Athos en Chalcidique (Macédoine). L’Agiorgitiko est un cépage facilement comparable au Merlot. Il est parfois surnommé « Saint-Georges ».

PhotoTexte

Conclusion

De ces 4 vins, mon coup de cœur fut pour le Thema Assyrtico et Sauvignon. On est chanceux de le trouver à la SAQ à un prix plus que raisonnable ce qui en fait un excellent rapport qualité/prix.

Les vins grecs sont loin de la retsina d’autrefois bien qu’on puisse encore en trouver. Ce sont des vins bien faits, des vins de repas qui peuvent être de garde.

Le Thema Assyrtico et Sauvignon sera bientôt disponible à la SAQ.

La SAQ nous en présente 87 à partir de 11,20$ jusqu’à 69,25$.

À propos de l' auteur

On n'est jamais si bien servis que par soi-même.

Alors je suis né d’un père et d’une mère qui sont restés mariés jusqu’à la mort. Moi je me suis marié 3 fois.  J’ai étudié et  obtenu un BAC qui m’a permis d’être bon à tout et propre à rien. Allez comprendre.

Ensuite des études en statistiques et en informatique. J’ai complété ces dernières et me suis lancé, au grand dam de mon père, à fond dans cette science qui, en 1970 était totalement inconnue. En même temps, j’ai fondé mon premier club gastronomique, les Chevaliers de la table ronde, un nom qui nous avait été suggéré par la très aimé et respectée Françoise Kayler. Lire la suite...