dimanche 29 janvier 2023
Le vieux chef-enseignant en cuisine et ses étudiants

Le vieux chef-enseignant en cuisine et ses étudiants

Je recroise des fois des étudiants qui ont étudié par le passé avec moi dans ma classe de cuisine. Beaucoup vivent toujours avec leur passion de la cuisine dans ce merveilleux métier.

Il y en a d’autres qui ont décroché, et qui vivent avec des métiers connexes. J’en ai rencontré un, une fois, qui travaille maintenant chez Sami Fruit, un magasin-grossiste de fruits. Il a voulu m’éviter, peut-être qu’il est gêné de ne pas gagner sa vie avec le métier qu’il a appris avec moi. Je suis allé le voir et je lui ai dit qu’il n’y avait aucune gêne de ne pas pouvoir suivre ce métier exigeant. Des fois on a choisi la cuisine, mais la cuisine ne nous a pas choisi.

Ceux qui sont toujours dans le métier, il y en a qui sont contents de me croiser et sont fiers que je les appelle «chef», car effectivement ils sont des chefs maintenant, dans leurs restaurants. Je leur ai toujours dit que le jour où ils quitteraient ma classe, ils seraient mûrs pour être membres entiers et actifs du monde de la cuisine. Je ne les appelle jamais en public: «Ahhh c’est mon ex-étudiant !», car je considère que le jour où ils ont eu leur diplôme en cuisine, eux et moi, on a le même diplôme, donc théoriquement, on est d'égal à égal. Quelques-uns trouvent que mon raisonnement est débalancé car j’ai plus d’expérience qu’eux. Alors je leur réponds que oui, j’ai plus d’expérience, mais je sais déjà que trop, jusqu’où je peux me rendre dans ma carrière, tandis que vous, vous ne savez pas encore votre limite ou combien loin vous allez vous rendre. Et secrètement, ou des fois ouvertement, je leur souhaite à tous de me dépasser dans leur carrière en cuisine.

Il y en a parfois fois quelques-uns qui ont dit entre eux qu’ils n'avaient rien appris avec moi, car je ne suis juste qu’un chef-enseignant dans une école. Ils préfèrent bien mieux de dire ou inscrire dans leur CV que leur mentor c’est un tel ou une telle chef(fe) renommé(e) d’un restaurant connu.

Mais que ce soit que je suis bien présent dans leur esprit ou pas, que ce soit ceux avec une reconnaissance marquée ou ceux avec une reconnaissance bien légère, ce que vous tous ne pouvez pas m’enlever, c’est que lorsque vous avez eu votre premier baiser avec votre métier, comme le premier baiser amoureux, j’étais là avec vous pour vous guider sur comment tenir un couteau, comment faire votre première julienne, etc. La suite, dans votre histoire d’amour avec la cuisine, c’est à vous de l’aimer beaucoup, passionnément ou aveuglément, ça vous appartient. Mais comme tout bon parent ou de la part de votre vieil enseignant, je vous souhaite à tous le meilleur des bonheurs dans votre histoire d’amour (avec la cuisine).

Cong-Bon Huynh
Mon Facebook
Mon Linkedin
#seulaubaravecunebière

À propos de l' auteur

Il a été chef exécutif, chef corporatif, et maintenant chef enseignant. Mais il préfère se présenter tout simplement comme un cuisinier. Car pour lui, c'est le vrai titre pour quelqu'un qui vit avec la passion de la cuisine, dans son sens le plus large qui allie l'action de se nourrir avec les dimensions culturelles et sociologiques. Maîtrisant la cuisine occidentale aussi bien que la cuisine orientale, il est depuis les 15 dernières années, enseignant dans différentes grandes écoles hôtelières à Montréal, s'occupant minutieusement de la relève pour la cuisine au Québec. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs