dimanche 29 janvier 2023
Le Salon du livre

Le Salon du livre

Je ne me souviens plus exactement du conte, mais ce dont je me souviens c'est qu'il s'agit d'un conte qui commence comme celui de Cendrillon. Est-ce cela sort du merveilleux imaginaire de Grimm, de Perrault ou de la comtesse de Ségur, je ne sais pas. Alors dans ce conte, il y a une belle jeune fille de famille modeste qui voulait assister au fameux bal d'un prince qui voulait trouver l'âme sœur. Arriva comme de raison une bonne fée généreuse qui transforma les souris en carrosse pour aller au château où se déroule le bal, qui changea des objets banals en une belle robe longue et de magnifiques souliers de bal. La belle jeune fille a finalement pu aller au bal, seulement elle devait rentrer à minuit, sinon la carrosse redeviendrait citrouille, etc. Vous devinez sûrement le portrait.

La soirée se passa tellement bien que la jeune fille a oublié de regarder l'heure. Alors à minuit moins une, elle a dû courir pour revenir chez elle, sinon c'était la cata. Et en descendant les marches du palais, elle a échappé un de ses souliers. C'est à partir d'ici que l'histoire diffère de celle de Cendrillon. Le prince a retrouvé le soulier abandonné et désespéré, il a ordonné à tous les cordonniers du pays de produire un soulier pour matcher le soulier qu'il a trouvé, parce que selon cette histoire, il fallait avoir la paire de souliers complète, matchée parfaitement, pour qu'il puisse alors retrouver sa bien-aimée. Mais comme de raison, c'était une paire de souliers magiques provenant de la fée, donc aucun cordonnier n'arrivait à faire un soulier digne pour matcher l'autre soulier. Donc, les cordonniers du pays devaient faire des milliers et des milliers de souliers jusqu'à la fin des temps, mais hélas, ça ne matcherait jamais l'autre soulier magique (j'ai comme un doute, en entendant ce conte, qu'il fut inventé par une agence de marketing ou de pub pour embellir l'histoire d'Adidas, de Clarks ou de Merrell).

Je suis présentement au Salon du livre de Montréal. En zieutant les livres de recettes et j'ai eu tout à coup l'inspiration pour continuer le conte de la belle jeune fille au soulier immatchable.

... Donc, la belle jeune fille, arrivée chez elle, à cause de tous ses efforts pour rentrer à temps chez elle selon les directives de la fée, tomba malade d'épuisement. Alitée, et amoureuse du prince, elle perdit l'appétit pour manger. La fée, bien au courant que le prince avait ordonné à tous les cordonniers du pays de fabriquer des milliers de souliers, regretta bien sa décision d'avoir fixé le deadline à minuit. Elle aurait pu dire minuit et quart et sa protégée ne serait pas tombée d'épuisement. Mais maintenant le mal était fait; comment faire pour sauver la belle jeune fille qui avait perdu son appétit et donc ne pouvait revenir au pays du prince pour enfiler la paire de souliers promise?

Alors la fée a ordonné à tous les cuisiniers et aux food-lovers de l'univers d'inventer des recettes qui seraient publiées en livres de recettes, en espérant qu'un beau jour il y aurait une recette qui pourrait ramener l'appétit de la belle jeune fille. C'est ainsi que dans les salons du livre, année après année, tous les Ricardo et cie de ce monde ont fabriqué des recettes, des recettes et des recettes, jusqu'à la fin des temps.

C'est pourquoi l'humanité dispose maintenant d'un nombre incalculable de livres de recettes que l'homme n'arrive jamais à toutes les faire dans sa cuisine. Et Ricardo et cie continuent encore à produire des livres, année après année, comme les cordonniers continuent à fabriquer le soulier manquant pour matcher la paire de souliers magiques. 

Cong-Bon Huynh
Mon Facebook
Mon Linkedin
#seulaubaravecunebière

À propos de l' auteur

Il a été chef exécutif, chef corporatif, et maintenant chef enseignant. Mais il préfère se présenter tout simplement comme un cuisinier. Car pour lui, c'est le vrai titre pour quelqu'un qui vit avec la passion de la cuisine, dans son sens le plus large qui allie l'action de se nourrir avec les dimensions culturelles et sociologiques. Maîtrisant la cuisine occidentale aussi bien que la cuisine orientale, il est depuis les 15 dernières années, enseignant dans différentes grandes écoles hôtelières à Montréal, s'occupant minutieusement de la relève pour la cuisine au Québec. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs