jeudi 6 octobre 2022
Rencontre entre enseignants en hôtellerie & restauration dans une merveilleuse chocolaterie

Rencontre entre enseignants en hôtellerie & restauration dans une merveilleuse chocolaterie

Je prenais paisiblement une marche dans le Vieux Sainte-Rose, puis j'ai vu la chocolaterie Mam'zelle Joséphine. Dans la vitrine, de superbes délices en chocolat sont exposés, et je ne pouvais pas ne pas entrer pour voir...

Juste en passant la porte, je suis accueilli chaleureusement par un beau « Allo Cong-Bon... » de la part de la propriétaire. C'est donc là, la fameuse nouvelle chocolaterie dont tout le monde parlait depuis quelque temps, de la chef-chocolatière bien connue Isabelle Sauriol, et aussi enseignante en pâtisserie à l'École hôtelière et d'administration de Laval. On était bien contents, Isabelle et moi, de se recroiser. Puis en même temps, il y avait aussi le chef Georges Blécourt (anciennement de l'école hôtelière Jacques Rousseau et maintenant professeur à l'UQAM) qui passait par là pour faire son plein de mignardises de la semaine.

Alors tous les trois, on a pris le temps de jaser comme 3 vieux amis, comme 3 enseignants d'expérience de 3 écoles hôtelières différentes. On a jasé comme de jeunes enseignants fringants qui voulaient changer le monde, on a parlé de nos anciens élèves qui nous ont rendus fiers parce qu'ils ont bien réussi dans leur carrière après leur formation. On a jasé aussi d'autres élèves pour lesquels on voulait en faire plus, mais la vie a fait que ce n'était pas possible.

Dans ma tête, des paroles d'une chanson d'Alice Dona résonnent : «J’ai voulu changer le monde. Mais le monde m’a changé. Quand on m’a lâchée j’étais faucon. Je suis colombe et tout devient plus léger...».

Je suis certain qu'Isabelle ou Georges, ou moi, on était tous des faucons dans notre profession d'enseignant, voulant à tout prix la réussite de tous nos élèves. Mais à la longue, on ne peut réussir dans notre totalité. Alors je crois qu'Isabelle s'est transformée en colombe avec sa merveilleuse boutique de chocolats. Et moi, peut-être un jour, je vais suivre l'exemple d'Isabelle d'avoir à moi un bistro de ramen avec des nouilles tirées à la main, quelque part dans une petite rue calme et paisible de la banlieue.

Cong-Bon Huynh
Mon Facebook
Mon Linkedin
#seulaubaravecunebière

À propos de l' auteur

Il a été chef exécutif, chef corporatif, et maintenant chef enseignant. Mais il préfère se présenter tout simplement comme un cuisinier. Car pour lui, c'est le vrai titre pour quelqu'un qui vit avec la passion de la cuisine, dans son sens le plus large qui allie l'action de se nourrir avec les dimensions culturelles et sociologiques. Maîtrisant la cuisine occidentale aussi bien que la cuisine orientale, il est depuis les 15 dernières années, enseignant dans différentes grandes écoles hôtelières à Montréal, s'occupant minutieusement de la relève pour la cuisine au Québec. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs