lundi 10 août 2020
Un épisode de l'émission «La Voix»

Un épisode de l'émission «La Voix»

«Wouwroarhummm», effet sonore de l'ouverture de l'émission «La Voix» avec le célèbre logo La Voix en super gros plan.

Les 3 fauteuils des 3 juges sont retournés, dos à la scène.

L'artiste pousse le grand portail et marche vers la scène. Il monte les quelques marches et se dirige devant les juges.

Gros plan sur les visages des juges, travelling des 3 juges, qui attendent impatiemment la performance du candidat.

La caméra cadre sur le juge 1, moitié de l'écran. L'autre moitié de l'écran, c'est la silhouette au loin de l'artiste qui se prépare en arrière-plan, s'apprêtant à commencer.

Le juge 2 fait des mouvements avec son corps au rythme des premières notes de musique de l'orchestre.

Le juge 3 ferme ses yeux, comme pour se concentrer au max, prêt à l’écouter.

La caméra ,avec le mouvement de grue, fait un travelling avant et là, on découvre l'artiste, qui est en fait un cuisinier devant un chaudron d'huile bien chaude posé sur une plaque à induction, venant de tremper une crevette étirée dans le mélange tempura et d'un geste théâtral la dépose dans l'huile chaude, précisément à 160,5 degrés Celsius.

On découvre alors ici c'est une version «cuisine» de l'émission La Voix, qui s'appelle La Voix culinaire, où des cuisiniers doivent cuisiner, et que les juges doivent écouter à l'aveugle juste les sons de cuisson du cuisinier et l'attirer dans son équipe d'aspirants-chefs.

Le son de la crevette tempura rencontrant l'huile chaude fait pshittttt, avec une justesse de température en parfaite harmonie avec la froideur du mélange de farine tout usage, de fécule de maïs, de poudre à pâte et d’eau pétillante Pellegrino.

Et juste à ce merveilleux son «pshittttt», les 3 juges - Juge Vira, juge Maprise et juge Boulet, appuient tous sur leur bouton-poussoir et se retournent tous les trois instantanément. La lumière «Je te veux» apparaît devant le fauteuil de chacun... Décidément, on n’a jamais vu ça dans l'émission, où avec juste le premier son (note) de la nourriture, fait tourner les 3 juges en même temps aussi rapidement.

Juge Maprise, en pâmoison devant le candidat: «Qui es-tu? Ton attaque de cuisson d'une crevette tempura est tellement au diapason! Viens dans mon équipe, on va accomplir des choses grandioses!»

La caméra coupe vers une vue de la famille du candidat en coulisse, juste à côté de la scène. On voit la maman du candidat qui n'en peut plus, qui sautille et qui crie : «C'est mon fils, c'est mon fils!», tout en essuyant une larme avec un mouchoir rose (en concept avec la thématique crevette de l'exécution de son fils cuisinier).

Juge Vira contre-attaque: «Quand ton huile de cuisson a répondu à ta crevette tempura, il y a quelque chose d'éraillé, mais le timbre du registre sonne un univers qui me fait vibrer avec des notes pour un voyage interstellaire. Viens dans mon équipe, je vais m'occuper de toi!»

Juge Boulet lance sa surenchère: «Ta crevette... ta crevette n'est plus une crevette. Quand tu l'as plongée dans ton huile, c'est comme un homard de 3 lbs, c'est comme entendre Ginette Reno devant moi, assis dans mon siège de coach; ça fait partie des plus grands moments de ma vie. Tu es le plus grand soprano de la crevette. Je suis submergé!»

La foule est en délire devant les réactions des juges... Et tout à coup, l'animateur Charles Mafortune arrive: «On va savoir dans quelle équipe notre candidat va aller, tout de suite après cette pause publicitaire... »

Bon voilà... Après 4 mois de silence à cause de la pandémie, les bars sont rouverts, alors me voilà dans un bar pour prendre une bière. Sauf qu'il n’y a personne dans le bar présentement, je me suis imaginé cette émission de «La voix pour cuisinier»...  Et aussi me voilà de retour... pour de prochaines réflexions sur la vie, assis seul au bar avec ma bière.

Cong-Bon Huynh
Mon Facebook
Mon Linkedin
#seulaubaravecunebière

À propos de l' auteur

Il a été chef exécutif, chef corporatif, et maintenant chef enseignant. Mais il préfère se présenter tout simplement comme un cuisinier. Car pour lui, c'est le vrai titre pour quelqu'un qui vit avec la passion de la cuisine, dans son sens le plus large qui allie l'action de se nourrir avec les dimensions culturelles et sociologiques. Maîtrisant la cuisine occidentale aussi bien que la cuisine orientale, il est depuis les 15 dernières années, enseignant dans différentes grandes écoles hôtelières à Montréal, s'occupant minutieusement de la relève pour la cuisine au Québec. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs