vendredi 5 juin 2020
Contes en ces temps du coronavirus - Conte #2: Chantal

Contes en ces temps du coronavirus - Conte #2: Chantal

Chantal conduit son auto, sa vieille Mazda3 pour aller à son IGA, tôt le matin, aussitôt que c'est ouvert, pour éviter le plus de contacts possible avec le monde. Sur son chemin, elle essaie d'éviter le plus possible les nids-de-poule du printemps, car l'amortisseur de son auto est dû pour être changé. Seulement, ces temps-ci, pas trop le moment de faire des choses qui ne sont pas trop essentielles.

Alors elle est obligée d'endurer son amortisseur qui n'amortit plus et à chaque nid-de-poule qu'elle ne peut éviter, ça donne un gros coup, boum! avec sa vieille Mazda et aussi un coup à elle-même, comme lorsqu'on fait un hic! quand on a le hoquet. Chantal est obligée d'endurer son amortisseur parce qu'elle a réalisé quelque chose lorsqu'elle est sortie de chez elle et qu'elle a croisé ses voisines, avant de partir à son IGA.

Elle a réalisé le rôle et l'importance d'un amortisseur, pas juste de son auto, mais l'importance d'un amortisseur avec les relations avec les autres. Bien sûr, en ces temps difficiles du coronavirus, Chantal est anxieuse, inquiète pour elle-même, préoccupée pour ses enfants et ses petits-enfants et de la suite des choses. La vie ne sera plus pareille, après... Plein de choses qui trottent dans sa tête, le jour et même la nuit, faisant en sorte que son sommeil est devenu rare. Chantal trouve aussi que le confinement est difficile. Plein de sources d'angoisses pour elle.

Seulement, lorsque Chantal a vu ses voisines, tel un amortisseur d'auto, elle a amorti le choc émotif que ses angoisses lui causent et elle a répondu ça va bien, que tout va bien aller, que ça va revenir bien vite à la normale. Et à sa réponse bien positive, ses voisines étaient ravies et une belle ambiance joviale s'est établie pendant la brève salutation de Chantal à ses voisines, malgré les 2 mètres d'espace de distanciation.

Chantal a elle-même choisi de tempérer ce qu'elle ressentait pour que son entourage ne voit pas son angoisse et que ses anxiétés ne déteignent pas sur les autres. On n'est souvent pas conscient de l'influence qu'on peut avoir sur les autres, alors dans le cas que oui, pourquoi ne pas semer une influence positive avec du positivisme? Rien ne sert de crier que le confinement est étouffant, même si ça l'est peut-être. Faire de l'amortissement comme un amortisseur d'auto pour éviter que les autres ressentent négativement un soubresaut de nid-de-poule des situations présentes. C'est bien plus salutaire pour garder le moral que de se plaindre, ce qui finirait par alourdir davantage une situation qu'on ne peut que subir.

Soyons chacun comme un amortisseur d'auto pour amortir les choses négatives et désagréables présentement : c'est bon pour les autres et aussi bon pour soi-même!

Cependant, aussitôt que la crise va s'adoucir, Chantal va prendre rendez-vous à son garage pour changer l'amortisseur de son auto, car elle sait vraiment l'importance que joue le rôle d'amortir les choses dans la vie. Surtout quand c'est une période difficile.

Cong-Bon Huynh
Mon Facebook
Mon Linkedin
#seulaubaravecunebière

À propos de l' auteur

Il a été chef exécutif, chef corporatif, et maintenant chef enseignant. Mais il préfère se présenter tout simplement comme un cuisinier. Car pour lui, c'est le vrai titre pour quelqu'un qui vit avec la passion de la cuisine, dans son sens le plus large qui allie l'action de se nourrir avec les dimensions culturelles et sociologiques. Maîtrisant la cuisine occidentale aussi bien que la cuisine orientale, il est depuis les 15 dernières années, enseignant dans différentes grandes écoles hôtelières à Montréal, s'occupant minutieusement de la relève pour la cuisine au Québec. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs