samedi 4 juillet 2020
Le Cherry Blossom

Le Cherry Blossom

Jeune, j’avais peut-être 5 ou 6 ans, on économisait laborieusement les cennes pour enfin pouvoir se payer un beau Cherry Blossom. Tout content, après l’avoir payé au dépanneur du coin, on sortait sur le trottoir et on ouvrait le Cherry Blossom tant convoité. Première bouchée, on mordait doucement dans le chocolat, de peur de croquer dans la cerise et lui faire mal... On penchait la tête comme pour suivre le chemin du sirop qui dégoulinait sur nos doigts. Puis tout à coup, la cerise tombait sur le trottoir et roulait sur l'asphalte de la rue... Je crois bien que c'était l’une des plus grosses déceptions de la courte vie qu'on avait jusque là.

Bien des années plus tard, on payait au même monsieur du dépanneur notre caisse de 12 de Molson Dry après une dure journée de labeur. Et il faisait parfois tellement chaud, après plusieurs jours de canicule, qu’on avait hâte de revenir chez soi pour déboucher quelques bières rafraichissantes. Mais en sortant du dépanneur, tout à coup on met le pied sur quelque chose de glissant et on se retrouve les quatre fers en l'air. La caisse de 12 vole dans les airs et atterrit sur le ciment du trottoir et fait un gros « splouche-et-pow ». La broue jaillit de partout. On n'arrive pas à compter les éclats de verre tellement ils sont nombreux. De la caisse de 12, il ne reste que 2 bières d'intactes. Les 10 autres sont complètement cassées, laissant par le fait même une grande flaque sur le trottoir. Pour un amateur de bière, c'est LA déception des déceptions.

Un petit garçon qui se tenait juste à quelques pas de là pleurait de plus belle. Il sanglota: « Le monsieur là là, il a marché sur la cerise de mon Cherry Blossom que je viens d'échapper par terre... Ouinnnnn! » 

Cong-Bon Huynh
Mon Facebook
Mon Linkedin
#seulaubaravecunebière

À propos de l' auteur

Il a été chef exécutif, chef corporatif, et maintenant chef enseignant. Mais il préfère se présenter tout simplement comme un cuisinier. Car pour lui, c'est le vrai titre pour quelqu'un qui vit avec la passion de la cuisine, dans son sens le plus large qui allie l'action de se nourrir avec les dimensions culturelles et sociologiques. Maîtrisant la cuisine occidentale aussi bien que la cuisine orientale, il est depuis les 15 dernières années, enseignant dans différentes grandes écoles hôtelières à Montréal, s'occupant minutieusement de la relève pour la cuisine au Québec. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs