samedi 28 novembre 2020
La veste de chef

La veste de chef

Il y a des aliments qui n’ont pas besoin d’avoir leur aspect d’origine pour qu’on les apprécie. Par exemple la vanille, on sent son parfum, mais tout le monde ne sais pas à qui ressemble la gousse de vanille et comment on la fend pour récupérer toutes les graines qui sont porteuses de son parfum.

La vanille est certainement l’illustration parfaite du dicton « L'habit ne fait pas le moine ». On distingue et on sait que c’est de la vanille, même si cette dernière prend l’habit d’une génoise ou d’une crème glacée.

Beaucoup de chefs ne sont malheureusement pas « vanille » pour plusieurs personnes. Ceux-là veulent absolument porter l’habit de chef de cuisine et sa toque et se faire appeler « chef » pour être « moine » en cuisine. On en voit plusieurs cas dans des émissions de télé ou des tournages de commerciaux dans des scènes en cuisine où certains personnages portant des habits de chef de cuisine sont trahis par leur façon de tenir maladroitement leur couteau ou simplement la manière de se tenir à leur poste de travail comme un novice, ou pire, sans conviction, ni feu sacré.

L’habit ne fait pas le moine, mais la veste de chef, paraît-il, donne l’aspect d’être plus catholique pour ceux qui aimeraient devenir des évangélistes culinaires.

Cong-Bon Huynh
Mon Facebook
Mon Linkedin
#seulaubaravecunebière

À propos de l' auteur

Il a été chef exécutif, chef corporatif, et maintenant chef enseignant. Mais il préfère se présenter tout simplement comme un cuisinier. Car pour lui, c'est le vrai titre pour quelqu'un qui vit avec la passion de la cuisine, dans son sens le plus large qui allie l'action de se nourrir avec les dimensions culturelles et sociologiques. Maîtrisant la cuisine occidentale aussi bien que la cuisine orientale, il est depuis les 15 dernières années, enseignant dans différentes grandes écoles hôtelières à Montréal, s'occupant minutieusement de la relève pour la cuisine au Québec. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs