lundi 6 juillet 2020
La promise

La promise

La promise voit pour la première fois l’homme avec lequel elle doit se marier. Elle doit passer sa vie avec cet homme qu’elle ne connaît pas. La probabilité qu’elle soit heureuse est aussi grande que celle où elle ne le sera pas. Ses parents ont convenu avec la famille de cet homme que c’était un bon parti, un bon accord.

Dans un registre quelque peu semblable, mais plus éloigné de ces tristes mariages forcés, il y a le mariage qu’on voit dans des menus de bien des restaurants, concernant l’accord entre certains mets et alcools. Certes, il y a des accords qui transpirent le bonheur des deux tourtereaux alimentaires, mais d’autres semblent être des mariages arrangés, car il y avait un peu trop de certaines bouteilles en inventaire, qu’il fallait écouler… alors on est allé chercher une promise pour faire l’affaire. Et quand on la met sur le menu, c’est comme lorsque les parents ont décidé que la fille doit aimer le parti choisi pour elle.

Et la plupart du public pense : « Ahhh… s’ils ont mis ces deux-là ensemble, alors ça doit être un match parfait! »

Cong-Bon Huynh
Mon Facebook
Mon Linkedin
#seulaubaravecunebière

À propos de l' auteur

Il a été chef exécutif, chef corporatif, et maintenant chef enseignant. Mais il préfère se présenter tout simplement comme un cuisinier. Car pour lui, c'est le vrai titre pour quelqu'un qui vit avec la passion de la cuisine, dans son sens le plus large qui allie l'action de se nourrir avec les dimensions culturelles et sociologiques. Maîtrisant la cuisine occidentale aussi bien que la cuisine orientale, il est depuis les 15 dernières années, enseignant dans différentes grandes écoles hôtelières à Montréal, s'occupant minutieusement de la relève pour la cuisine au Québec. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs