lundi 18 mars 2019
Le cadeau d'anniversaire

Le cadeau d'anniversaire

L’anniversaire approche. Pour cette grande fête qui marque, il a vu ses amis s’acheter de beaux cadeaux. Une belle bague, une gâterie dispendieuse, un beau voyage dans le sud… Il est évident que pour un anniversaire de vie commune, dans un couple, on ne lésine pas sur les moyens. Surtout si le nombre d’années de vie commune est un chiffre qui marque, un chiffre pair ou une année de changement de décennie. Il a beau réfléchir, en mémorisant ce que ses chums de gars ont fait. Il y en a même un qui s’est payé le véhicule dont ils rêvaient, lui et sa blonde… Il a donc pensé, soupesé, évalué. Un gros cadeau qui rencontrera ses attentes, mais surtout dans l’espérance que sa blonde qui va être bien heureuse.

Il est allé voir un bijoutier, un agent de voyage, un concessionnaire d’autos. Les offres sont toutes alléchantes, les unes comme les autres. Après avoir réfléchi plusieurs jours, il prend finalement rendez-vous pour finaliser l’achat de son cadeau de fête d’anniversaire de X années vie commune. Mais à la dernière minute, il a cancellé son rendez-vous pour acheter le cadeau… Il se dit que le cadeau qu’il va donner, il faudrait vraiment qu’il soit digne… plus que n’importe autre chose qui existe.

Le chèque qu’il pensait utiliser pour payer son gros achat, il l’utilisa plutôt comme suit: à la place du nom à qui le chèque est payable, il a écrit le nom de sa conjointe. Et à la ligne de la somme, il a écrit: « Pour toi, pour notre anniversaire, je vais changer une chose; pour toi. Dis-moi ce que tu n’aimes pas de moi, ce que tu aimerais que je change, et je le ferai pour toi, sans condition, sans poser de question ».

Ainsi, comme cadeau d’anniversaire, il a fait à sa blonde un cadeau bien plus personnel et qui exige une volonté exceptionnelle pour le faire, car chacun de nous a ses habitudes de vie bien ancrées, et il se peut fort bien que nos habitudes ne plaisent pas à une vie commune. Mais que l’autre endure sans le dire depuis des années, par crainte, ou pour plusieurs autres raisons, de briser une harmonie bien établie. Et elle endure comme un mal nécessaire.

«Dis-moi ce que tu aimerais que je change». C’est un cadeau qu’il n’a presque pas les moyens de se procurer, mais il a osé le faire. C’est différent d’une grosse dépense pour un voyage ou autre, pour laquelle on a l’argent pour se l’offrir. Mais on ne prend pas toujours les moyens pour dire à l’autre combien on l’aime et qu’on est prêt à tout pour elle, pour son bonheur à elle dans la vie qu’elle vit avec nous. 

Cong-Bon Huynh
Mon Facebook
Mon Linkedin
#seulaubaravecunebière

À propos de l' auteur

Il a été chef exécutif, chef corporatif, et maintenant chef enseignant. Mais il préfère se présenter tout simplement comme un cuisinier. Car pour lui, c'est le vrai titre pour quelqu'un qui vit avec la passion de la cuisine, dans son sens le plus large qui allie l'action de se nourrir avec les dimensions culturelles et sociologiques. Maîtrisant la cuisine occidentale aussi bien que la cuisine orientale, il est depuis les 15 dernières années, enseignant dans différentes grandes écoles hôtelières à Montréal, s'occupant minutieusement de la relève pour la cuisine au Québec. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs