lundi 17 juin 2019
La poêle antiadhésive

La poêle antiadhésive

C'était quand je faisais cuire mon œuf miroir.

J'utilisais pour cela toujours une poêle antiadhésive. La mienne, elle est âgée depuis quelques années déjà. Le manche noirci par le temps, la forme quelque peu qu'on n'appelle plus cela un cercle parfait. Ce matin-là, comme d'habitude j'ai mis une noix de beurre et j'ai cassé mon œuf dans la poêle. Puis sans crier gare, mon œuf s'est collé au fond de la poêle, ce qui est impensable pour une poêle antiadhésive.

L'impatience jaillit en dedans de moi et comme un kangourou qui s'apprête à bondir, un gros sacre sortait de ma bouche. Un juron contre ma poêle antiadhésive, qui est supposément antiadhésive, mais qui ne fait pas sa job comme il faut et est adhésive ce matin-là et a gâché mon œuf miroir.

Cependant une autre petite voix résonne dans ma tête. La poêle antiadhésive que j'ai, elle n'est plus jeune-jeune et elle m'a rendu de bonnes années de service bien loyales, en plus d'être toujours assidue, travaillante sans rouspéter quoi que ce soit des conditions du travail exigeant que j'ai demandé. Et aujourd'hui, pour la première fois qu'elle laisse coller mon œuf miroir, je n'ai pas pensé à ce que ma poêle antiadhésive avait fait pour moi des milliers de fois à me donner une cuisson parfaite, et je focusse seulement sur la seule fois où elle a échoué, pour sacrer contre elle.

Je me sens un peu honteux et mon esprit se vagabonde dans un autre monde. Un autre monde où il y a moi qui bossais fort pour mon employeur toute ma vie, où j'acceptais toutes les conditions qu'imposaient mes tâches et fonctions. Je m'efforçais à livrer le mieux que je puisse faire ce qu'on attend de moi et souvent plus que ce qu'on me demande quand l'occasion me le permet. Des années durant. Puis un jour, c'est certain avec le temps, l'âge, l'usure, mon esprit n'est plus aussi vif, mes mains ne sont plus précises, il arrive que je commette une erreur dans mon travail. À quoi je vais faire face ? Des blâmes rapides sur la gâchette de mon employeur qui remet en question mon moi, en questionnant si je suis capable de faire la job. Ou bien, avec plus de réfléchis, une compréhension de la part de mon patron sur la situation.

Puis je reviens sur mon moment présent, devant ma cuisinière, en train de faire cuire mon œuf miroir. Je ne sacre plus, je coupe une autre noix de beurre supplémentaire et j'en ajoute dans ma poêle. Pour l'aider, pour donner un coup de main à ma vieille poêle antiadhésive de faire son travail comme il faut. Elle est vieille, ma poêle, alors je vais travailler ensemble avec elle pour la soutenir, pour la remercier de m'avoir donné sa vie pour que je réussisse toujours mes œufs miroir.

Et je me promets que dorénavant je ne vais jamais sacrer contre ma vieille poêle antiadhésive qui n'est plus antiadhésive.

Cong-Bon Huynh
Mon Facebook
Mon Linkedin
#seulaubaravecunebière

À propos de l' auteur

Il a été chef exécutif, chef corporatif, et maintenant chef enseignant. Mais il préfère se présenter tout simplement comme un cuisinier. Car pour lui, c'est le vrai titre pour quelqu'un qui vit avec la passion de la cuisine, dans son sens le plus large qui allie l'action de se nourrir avec les dimensions culturelles et sociologiques. Maîtrisant la cuisine occidentale aussi bien que la cuisine orientale, il est depuis les 15 dernières années, enseignant dans différentes grandes écoles hôtelières à Montréal, s'occupant minutieusement de la relève pour la cuisine au Québec. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs