mercredi 15 juillet 2020
Roger Huet, la passion de l'excellence, auteur, chroniqueur gastronomique et vinicole, a laissé son empreinte dans l'industrie vinicole au Québec

Roger Huet, la passion de l'excellence, auteur, chroniqueur gastronomique et vinicole, a laissé son empreinte dans l'industrie vinicole au Québec

Roger Huet a été une figure de proue du succès du site SamyRabbat.com. La première fois que je l’ai rencontré, c’était dans le cadre de la remise du Mérite Agricole de France à Michel Bush, ex-directeur de la restauration de l’hôtel Reine Elizabeth. Lorsque je me suis présenté à lui, il m’a regardé avec son regard perçant, mais aussi rassurant, et je me disais, pendant que l’on se présentait, mais qui est ce gentleman que je vois pour la première fois de ma vie, et semble très à l’aise parmi les invités du Tout-Montréal de la gastronomie?

samy roger 4

Évidemment, on s’est échangé nos cartes d’affaires et je l’ai ajouté d’office à la liste de diffusion de ma lettre d’information, et quelle ne fût pas ma surprise de le revoir dans une activité vinicole, une semaine plus tard. Il me répondit : « Monsieur Rabbat, je suis présent car vous m’avez invité! » Mais oui, où avais-je la tête, car les professionnels abonnés à mon infolettre sont automatiquement invités aux activités vinicoles!

Nous avons eu la chance d’échanger un peu plus et il me proposa de m’envoyer une chronique sur les vins. Proposition que j’ai acceptée, sans me douter que notre destin était lié à jamais. Le soir venu, vers minuit, je reçus sa chronique. Ma première réaction a été de m’exclamer : « Il est complètement fou ce Roger, avec une chronique de plus de 3000 mots, alors qu’une chronique standard de qualité est entre 600 et 1000 mots ». Il fallait en effet un Fou sympathique pour en reconnaître un autre!

Je l’appelai sur-le-champ pour lui mentionner que 3000 mots pour une chronique, c’était insensé. Sans se désarmer il m’a suggéré que l’on pourrait peut-être la publier en deux fois.

samy roger 3

Roger maniait la plume, comme Cyrano de Bergerac maniait les vers, avec brio. À cette époque, je n’avais pas d’assistante et je faisais tout le travail sur le site, mis à part les codes sources… J’ai dû enregistrer plus de 5000 chroniques, avant que la dynamique Annie Tremblay ne rentre dans ma vie professionnelle, par l’entremise, justement, de Roger Huet.

Roger est un bourreau de travail. Cela tombait bien, car nous avons carburé pendant dix ans au même rythme infernal. Son truc pour me taquiner, et cela fonctionnait, était de m’envoyer sa lonnnnnggggue chronique de deux, trois ou cinq mille mots accompagnée d’une dizaine de photos, vers minuit, en me demandant de la mettre en ligne avant 8h le lendemain du matin, tout en me disant qu’il n’était pas pressé. Évidemment, sa chronique était en ligne le lendemain matin avant l’heure demandée.

Chaque chronique de Roger était un chef d’œuvre de recherche. Il prenait lui-même chaque photo et passait des heures avec Photoshop pour la rendre attrayante. Plusieurs de ses chroniques sont devenues des références, tant auprès des étudiants en sommellerie des écoles hôtelières du Québec que des amateurs de vins avertis et des professionnels. 

Autant Roger est un journaliste aguerri, autant c’est un gastronome-gourmand qui cuisine à merveille chaque jour, pour lui-même et pour sa garde rapprochée. Il adore la crème glacée et les douceurs. C’est surtout un sacré bon vivant!

samy roger 2

Dans les salons de vins, les séminaires, les dégustations thématiques, bizarrement il ne prenait jamais de note, il se concentrait et mémorisait chaque arôme, chaque détail, par je ne sais quel miracle. Ses chroniques ont toujours été hyperdocumentées et détaillées, car son sens de l’honneur fait qu’il aurait préféré ne rien écrire que de produire un document bâclé.

Roger a une facilité pour entrer en contact avec ses interlocuteurs et gagner la confiance des producteurs de vins, ce qui lui donnait accès à des scoops et de nombreuses invitations personnelles.

samy roger 7

Roger a parcouru le monde, pour son propre plaisir et parfois pour parfaire ses connaissances dans le domaine vinicole. Avec plus de 1000 chroniques vinicoles et gastronomiques à son actif, il a jugé bon de se retirer après avoir fait le tour du jardin. Il n’aurait jamais pu accomplir ce qu’il a fait durant ces 10 dernières années s’il n’avait pas été à la retraite, tellement cette profession est exigeante, tant sur le plan financier que mental et physique.

Cela va bientôt faire une année exactement que Roger Huet nous a quittés (il est loin d’être mort!), ayant cessé de travailler dans le domaine vinicole le 4 juillet 2019 afin de se consacrer à ses autres passions : la sculpture sur bois et l’écriture sur les arts visuels. Vous pouvez le retrouver sur le site LaMetropole.com.

Ses chroniques vinicoles sont toujours disponibles sur le site SamyRabbat.com.

Voici un extrait de son parcours:

«Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête.

Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Les grands bonheurs, dit-il, sont exceptionnels, mais dans le quotidien nous pouvons semer et récolter de petits bonheurs qui vont embellir notre vie. Il suffit de s’arrêter un moment et d’ouvrir les yeux pour les voir, un peu partout, parfois à demi-cachés sous le feuillage.

Pour lui le vin est un véritable outil de joie, qu’il faut savourer lentement et avec modération. Associé à des mets le vin devient sublime, tout particulièrement lorsqu’il est partagé avec une femme aimée, dans une famille en harmonie ou avec des gens charmants.

Communicateur et producteur d’émissions de radio; dans ses chroniques Roger Huet ne dissèque jamais le vin comme un sommelier. Il parle de lui comme un ami, comme un poète, et nous fait vivre l’esprit de fête qui, nous assure-t-il, bien qu’éphémère, n’est pas moins intense.»

Source : SamyRabbat.com

P.-S. Voici sa dernière chronique, qui vous en dira encore plus long sur sa carrière de chroniqueur vinicole : À minuit le carrosse devient citrouille.

Nous nous sommes laissés sans amertume!

samy roger 1

J’avais, et j’ai encore la chance de l’avoir comme ami et voisin, car nous sommes à 7 km l’un de l’autre. Que de petits voyages nous avons fait ensemble, et dont je garde d’excellents souvenirs.

Merci Roger Huet pour ces belles années de grande collaboration et continue à nous épater avec tes multiples talents.

samy roger 5Roget et moi au Grand Prix, le 7 juin 2013

Samy Rabbat
Éditeur
Déclencheur d’opportunités

À propos de l' auteur

Je suis un «réseauteur dans l’âme» et je suis en charge du développement des affaires dans les réseaux de l'agroalimentaire, des alcools et de l'hospitalité (HRI-HORECA). Mes objectifs sont de vivre en très bonne santé financière, en équilibre et en harmonie.

Commentaires des lecteurs