mardi 23 octobre 2018
SIAL- Alambika, la Référence Cocktail‎ du Québec

SIAL- Alambika, la Référence Cocktail‎ du Québec

Dans le cadre de notre partenariat média avec le SIAL, j'ai eu le privilège d'avoir en entrevue par courriel Jean-Sébastien Michel, qui est propriétaire de la boutique Alambika et Distribution Jesemi.

ALAMBIKA est un nom évocateur sur le mot Alambique, et cette entreprise s'est fait remarquer lors de ses participations aux concours d’Invasion Cocktail et Made with Love.

samy alambika kiosque

Jean-Sébastien, quel est ton parcours professionnel avant d'ouvrir ALAMBIKA?

Cela peut paraître inhabituel, mais, initialement, je n’ai pas un parcours dans le milieu des bars ou de l’hospitalité. Mon intérêt pour les alcools a longtemps été théorique: mon cheminement scolaire m’a amené à la maîtrise et me suis spécialisé dans les relations qu’entretiennent les sociétés avec l’alcool; les lois, préférences, prohibitions, rituels, dépendances, entreprises, etc. Cela m’a toujours fasciné, mais n’avait pas réellement envie de rester dans le secteur académique. J’ai donc travaillé puis gravis les échelons dans une boutique assez classique d’accessoires de vins et spiritueux, laquelle a malheureusement fermé depuis.

Comment as-tu fait pour trouver du financement pour te lancer en affaires?

En fait, initialement, je devais acheter des parts dans ladite boutique aujourd’hui disparue. Les propriétaires et moi avions toutefois des visions différentes de ce que serait l’avenir pour cette industrie. J’ai donc fait mon petit bonhomme de chemin de mon côté. Ça a commencé par de la vente par catalogue à partir de mon 4 ½, puis un site Web à l’été 2012 et quelques mois plus tard la boutique de l’avenue Van Horne. Mon financement est venu en partie des concours et programmes pour l'entrepreneuriat (Jeune Promoteur, Soutien aux Travailleurs autonomes et la bourse Créavenir de Desjardins), d’économies et du support familial. Ma mère et mon beau-père ont cru en moi et m’ont avancé les fonds qui ont permis le démarrage. Depuis, la Banque de Développement du Canada est très impliquée dans le support de notre croissance.

Comment as-tu fait pour dénicher tes produits «Fabriqués au Québec?»

Lorsque nous avons débuté, il n’y avait aucun produit québécois, voire canadien, disponible pour le cocktail. Nous importions donc surtout d’artisans new-yorkais. Comme nous étions les seuls à avoir pris l’angle cocktail dans la province et croyions dans le potentiel, nous nous sommes tout de suite structurés en parallèle comme une maison de distribution spécialisée : Jesemi Distribution. Cette compagnie sœur à Alambika a été essentielle dans nos relations avec les artisans d’ici.

Quand les sirops et bitters québécois ont commencé à émerger, nous avons mis le holà sur les importations afin de les supporter. Comme il n’existait pas de compagnie de distribution pancanadienne à taille humaine et spécialisée dans les produits autour de l’alcool, ce volet a été un outil pour donner voix et fédérer les artisans cocktail. Nous nous sommes fait un devoir de les conseiller, les payer rubis sur l’ongle et leur offrir accès à non seulement une boutique spécialisée, mais à un réseau de distribution à travers le Canada.

En parallèle du volet ingrédients à cocktail, un exutoire créatif a été de réaliser des coproductions avec des artisans québécois du bois, du métal, du verre et du tissu. Au cours des cinq dernières années, une pièce à la fois et avec près d’une dizaine d’artisans québécois, nous avons créé la gamme “Alambika Artisans”. Il s’agit de produits à valeur ajoutée, de qualité professionnelle avec une touche de design.

SIAL Alambika mixing glass

Par exemple, le Verre à Mélanger Montréal, pour brasser des cocktails, est en pyrex de laboratoire et résiste aux chocs thermiques. Nous avons fait un Lewis Bag (sac en toile utilisé pour casser la glace à coup de masse) en kevlar de gilet pare-balle.

SIAL Alambika mixing glass montreal

Notre dernière création en partenariat avec Leila Chouikh, une talentueuse designer industrielle, et coulée dans une petite aluminerie d’Oka, est un presse-agrume qui résout plusieurs lacunes des modèles classiques. Il a d’ailleurs été choisi par le Musée des beaux-arts de Montréal pour être exposé un an à partir de la fin du mois dans l’exposition sur le design des arts de la table au Québec. Un super chouette honneur!

SIAL Alambika preX 5

Pourquoi avoir choisi cet emplacement devant le Collège Stanislas (duquel j'ai été mis à la porte, d'ailleurs! :) :)

Haha, on a ouvert là pour que tu puisses te réconcilier avec le Collège Stanislas! Plus sérieusement, je connaissais la clientèle d’Outremont et recherchais un endroit facile d’accès (il y a un métro, le métropolitain à proximité et Rosemont / Van Horne traversent la ville) tout en évitant trop d’achalandage de rue. La première année j’étais seul et n’avais pas encore les reins assez solides pour embaucher. Le fait de recevoir des clients au compte-goutte, mais réellement intéressés, me permettait de pouvoir prendre le temps avec eux et jongler avec l’administratif, les commandes internet et les fournisseurs entre les ventes sans brûler d’étapes.

Comptes-tu ouvrir d'autres magasins à travers le Québec où ailleurs?

Comme nous avons également un volet distribution et fournissons des détaillants à travers le pays, nous préférons collaborer avec les enseignes indépendantes qui ont elles-mêmes développé une relation avec leur clientèle locale. Au Québec, la majorité sont à proximité d’une SAQ et deviennent le complément naturel de leur secteur pour acheter tout le nécessaire pour passer une soirée festive. Nous avons toutefois des bureaux, un showroom et entrepôt dans le Mile Ex, face à la SAQ restauration Saint-Zotique. C’est de cet endroit que nous fournissons les bars, restaurants ainsi que les autres boutiques et épiceries.

samy alambika boutique

Je profite toutefois de l’occasion pour t’offrir une primeur. La boutique amirale de l’avenue Van Horne déménagera pendant l’été. Puisque l’entreprise a grandement évolué en cinq ans, nous avons décidé de lui offrir de nouveaux espaces. Si tout se passe comme prévu, nous irons dans des locaux six fois plus grands sur le boulevard Saint-Laurent, dans la Petite-Italie, au cours de la belle saison. Il s’agit d’un local avec de nombreux atouts d’époque que nous nous affairons présentement à restaurer. Cette nouvelle version offrira de nouveaux services au public et sera en mesure d’accompagner l’évolution du cocktail à Montréal. Ce “magasin de jouet” amélioré aura une plus grande surface de dégustation, une aire de couteaux japonais beaucoup plus vaste et nous sommes en train de développer des nouveautés qui sortiront lors de la réouverture. 

Comment te démarques-tu devant tes collègues tels que Vin & Passion, Vinum et cie?

La beauté de Montréal est que nous sommes dans une ville réellement dynamique sur le plan de l’offre en breuvages et gastronomie. Je crois sincèrement que l'on complète bien le tableau. Tu sais, quand j’ai débuté, je tenais à offrir une alternative pour les plus jeunes générations. Un endroit plus relax, où tu peux te sentir à l’aise et sans jugement de valeur, qui que tu sois, ton âge ou ton budget. J’ai ressenti une joie incroyable un jour de septembre 2013: il y avait un jeune bartender avec des “manches” de tatous, une mère de famille échevelée qui rentrait à reculons avec sa poussette et deux amies d’environs 85 ans qui magasinaient des verres en acrylique parce que l’une d’elles tremblait trop pour se sentir en confortable avec du verre. Tous, avaient l’air à leur place, personne n’était de trop et n’ont-ils passé un bon moment. Et moi aussi.

Un modèle d’affaires basé sur l’inclusion, c’est ce qui nous représente. D’ailleurs, nos amis de chez Vinum et Vin & Passion sont parmi les meilleurs clients du volet distribution et ils sont d’excellents partenaires pour aider à mettre en valeur les créations québécoises.

Je crois que si la SAQ continue de faire de la place aux produits locaux, et que les microbrasseries, distilleries, cidreries et vignobles poursuivent sur leur lancée, les acteurs complémentaires en accessoires et ingrédients non alcoolisés tels que nous vont pouvoir continuer à se renouveler et amener des pierres à l’édifice pour élever le niveau général. Nous avons tous un rôle et c’est un sentiment de faire avancer les choses qui motive non seulement moi, mais la gang de passionnés qui travaille chez Alambika - Jesemi.

Merci pour cette entrevue, ma foi, assez personnelle. Bien hâte de vous revoir au SIAL!

Parions que Jean-Sébastien Michel ne fait que commencer à faire parler de lui et qu'il deviendra autant un allié qu'un concurrent avec les promoteurs de cocktails au Québec.

Samy Rabbat

Alambika
1515, avenue Van Horne
Outremont (Québec) H2V 1L4
Téléphone: 514 400-9212

À propos de l' auteur

Je suis un «réseauteur dans l’âme» et je suis en charge du développement des affaires dans les réseaux de l'agroalimentaire, des alcools et de l'hospitalité (HRI-HORECA). Mes objectifs sont de vivre en très bonne santé financière, en équilibre et en harmonie.

Commentaires des lecteurs