jeudi 13 juin 2024

Le Tour Canada 2010 des vins de France

La SOPEXA a organisé une présentation circulaire d’une brochette de producteurs de vins français qui venaient nous présenter leurs vins à Montréal, pour s’en aller ensuite à Toronto et en Colombie Britanique. À Montréal, l’événement avait lieu à la Maison du Gouverneur.

tour canada 2010 montreal low rez 02

De la région de Côtes du Rhône il y avait le Domaine de l’Obrieu, un domaine familial d’une trentaine d’hectares qui vinifie depuis 1964. J’ai testé trois de leurs vins : le Domaine de l’Obrieu Cuvée Tradition, Côtes du Rhône Villages Visan 2007, le Domaine de l’Obrieu Cuvée Les Antonins Côtes du Rhône Villages Visan 2007 et le Domaine de l’Obrieu, Cuvée spéciale numérotée, Côtes du Rhône Villages Visan 2008, trois vins délicieux et complexes, faits de Grenache et de Syrah. Ronds, fruités, avec de la fraîcheur, tous les trois excellents!

Dans la Vallée du Rhône il y a un petit vignoble de 17 hectares, sur les flancs du Mont Ventoux qui porte le nom charmant de Domaine des Anges. Les propriétaires actuels : Gay McGuinness et Ciaran Rooney, son deux œnologues irlandais qui ont fait leurs premiers vins en Afrique du Sud, avant de s’installer en France. J’ai goûté leur Domaine des Anges AOC Ventoux 2009 et leur Domaine des Anges Archange Cuvée Spéciale AOC Ventoux 2006, deux vins délicieux.

J’ai aussi visité la table du Domaine Gérard Tremblay qui n’a aucun lien avec le Maire de Montréal. Les propriétaires possèdent un domaine de 30 hectares à Chablis. Ils produisent quatre AOC d’appellation Chablis. J’ai d’abord goûté à leur Chablis 1er Cru, Fourchaume 2008, un vin ciselé, équilibré, complexe, avec une bonne minéralité, beaucoup de finesse et d’élégance. J’ai ensuite dégusté le Grand Cru, Vaudésir 2008, très belle robe or vert, ample en bouche, avec un goût de miel, qui se marie merveilleusement avec les arômes d’agrumes, et de pomme verte. La minéralité se fait plus discrète et se termine par une longue finale gourmande et élégante.

La dégustation dans des petites salles ont une dynamique particulière. On s’arrête à une table, mais s’il y a trop de monde on se promet de revenir et on se laisse entraîner par le flux, c’est ainsi que j’ai dépassé la table du vignoble bordelais de Joël Bonneau pour m’arrêter à la QV inc, une agence montréalaise dont le mandat est de faire connaître un groupe de petits vignerons qui font de la culture organique et du développement durable. J’y ai goûté deux vins blancs du domaine Boesch, le AOC Alsace Pinot noir 2008 et le AOC Alsace Riesling tradition 2008, deux vins très agréables, fruités, le Riesling plus minéral et avec beaucoup de fraîcheur.

Au premier étage de la Maison du Gouverneur je me suis trouvé tout juste après l’escalier devant la table des bouchées du traiteur Olive-Orange où régnaient des crevettes d’une taille gigantesque, à côté de côtes de mouton d’une tendreté parfaite, sans parler des bouchées de foie gras et de bien d’autres choses. J’y ai rencontré un groupe de gens charmants qui reposaient leurs papilles, des fines fourchettes comme mon ami Claude Simoneau, qui bavardait avec la Conférencière Marguerite Houle, qui est de retour à Montréal. Il y avait aussi la délicieuse Sylvie Colombier, toujours si spirituelle et avec des projets gustatifs plein la tête. Mon élève de français, Kehinde Costa, est arrivée peu après, à mon invitation, pour découvrir des vins exceptionnels.

J’ai repris mon tour de découverte avec les Champagnes Dosnon et Lepage dont le vignoble est situé au sud de la Champagne. Ils font des champagnes de terroir, élevés dans des barils de chêne de plus de cinq ans. Ils ont une gamme de champagnes mono-cépage très intéressante. J’ai goûté au Champagne Dosnon & Lepage Récolte Noire, 100% Pinot noir, et au Champagne Dosnon & Lepage Récolte brute, 70% Pinot noir et 30% Chardonnay extra-brut. Deux vins ronds, complexes, pleins de fraicheur, tout en finesse, élégants du début à la fin. J’espère qu’ils seront bientôt disponibles au Canada.

Je me suis arrêté à la table du Château de l’Orangerie, qui appartient à la famille Icard depuis la Révolution française. Ils possèdent 110 hectares dans le Sud-est de Bordeaux, ce qui est considérable. Ils produisent des vins avec huit appellations différentes. J’ai goûté à L’Orangerie AOC Bordeaux 2008, 40% Cabernet Sauvignon, 40% Merlot et 20% Cabernet franc. Un vin puissant et complexe, fruité et élégant. J’ai ensuite goûté le Grand Classique du Château de l’Orangerie, AOC Premières Côtes de Bordeaux 2007 : 70% Merlot, et 30% Cabernet Sauvignon. Belle teinte rubis, boisé, épicé, fruits rouges, tabac, des tanins généreux et une belle longueur en finale. J’ai terminé avec La Grande Cuvée Classique de l’Orangerie, AOC Premières Caves de Bordeaux 2006 : 80% Merlot et 20% Cabernet Sauvignon. Un vin complexe, très fleuri, épicé également, avec des arômes de vanille. Très harmonieux.

J’ai traversé la salle pour goûter aux Champagnes de Castelnau qui appartiennent depuis 2003 à la Coopérative Régionale des Vins de Champagne qui ont 730 membres, un vignoble de 533 000 hectares et qui produisent 144 crus, dont certaines marques exceptionnelles comme les Champagnes De Castelnau où les méthodes de production les plus modernes s’adaptent à la tradition artisanale. J’ai goûté le Champagne De Castelnau Blanc des Noirs, le Champagne De Castelnau Blanc des Blancs 1999, et le Champagne De Castealnau Brut Millésimé 2000. Tous trois peuvent satisfaire les palais les plus exigeants. Je suis convaincu que si la CRVC souhaite conquérir le marché québécois, elle a la capacité financière pour répondre à toutes les exigences de l’SAQ. Elle doit se trouver un bon agent.

Je me suis arrêté à la table de Cyladis, qui est une agence internationale qui commercialise de très bons produits français, partout dans le monde. Ils choisissent particulièrement les AOC où les méthodes de fabrication sont en agriculture raisonnée, respectueuses de la nature et de la vigne. J’ai goûté à La Cuvée du Baron Charles Graves de Vayres 2006, excellent!

Un peu plus loin il y avait la table du Château Haut Chatain, une propriété de 28 hectares dans une des meilleures régions de Bordeaux : Saint-Émilion, Pomerol et Fronsac. Ils avaient dix vins exceptionnels à nous proposer. J’ai demandé à goûter au Vignobles Rivière Junquas Château Lacoste Chatain Montagne St Émilion 2005, une pure merveille.

Je suis passé à la table du Domaine de la Prégentière qui est situé au cœur de la Provence. J’y ai dégusté un excellent rosé : Le Château de la Prégentière Coteaux Varois en Provence 2009, qui est pressé par gravité. C’est un vin plein de fraicheur comme on les aime au Québec.

roger et paul chebille

De gauche à droite: Roger Huet et Paul Chebille

Je me suis arrêté à la table des Caves Languedoc Roussillon. Ils avaient 18 vins à nous proposer. Paul Chebille, le Directeur marketing m’a parlé avec passion, des Caves Languedoc Roussillon, qui rassemblent plusieurs producteurs importants. Il m’a servi un Château Camplong AOC Corbières 2009 fait de Carignan, 60%, de Syrah 30% et de Grenache 10%. Belle robe rubis, un nez riche : complexe, boisé, épicé, fruité, très élégant. J’ai goûté ensuite au Château Fabre-Gasparets Corbières-Boutenac 2006, 45% Carignan, 25% Grenache, 30% Syrah. La famille Fabre travaille ce vignoble depuis 1771, bien avant la Révolution Française. Leur savoir-faire s’exprime dans ce vin. Belle robe rouge, un bouquet qui s’ouvre comme un feu d’artifice. En bouche d’une complexité et d’une rare élégance, des tanins ronds, bien fondus, qui épousent vos papilles et qui se livrent à vous avec beaucoup de finesse.

J’allais quitter lorsque Marguerite Aghaby de l’agence LBV international, m’a fait remarquer que Caves Languedoc Roussillon a déjà deux vins de disponibles à l’SAQ : le Saint-Saturnin le Clocher 2009, fleuron des vins du Languedoc et le Luc Saint-Roche 2009, dont le terroir se trouve sur les Terrasses du Larzac, un des meilleurs sites du Languedoc.

Ce très beau Salon nous a permis de découvrir des vins de qualité que nous espérons seront bientôt disponibles au Québec.

Roger Huet
Chroniqueur et animateur de radio à l’émission Littérature et Gourmandise, 91,3 FM
Président du Club des Joyeux

À propos de l' auteur

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...