mardi 9 août 2022

Le magicien

J’ai été agréablement surpris en ouvrant une invitation de Sylvie Cardin, directrice des communications à La Céleste Levure pour rencontrer François Lurton à une dégustation de vins au Toquet.

francoislurton

François Lurton est une vedette dans le monde vinicole, il a de grands vignobles en France, en Espagne, au Portugal, en Argentine et au Chili. Il ne produit que des bons vins. Son père est lui-même un viticulteur renommé de Bordeaux, André Lurton, propriétaire entre autres du Château Bonnet, de La Louvière et de Dauzac. On dit qu’il aurait possédé autrefois le Château Margaux.

Né dans un vignoble, François, tout jeune a participé aux travaux de la vigne. En 1988 riche de son expérience il se lance en affaires comme consultant de grandes sociétés productrices et distributrices de vins. Il fonde un peu plus tard une maison de production avec son frère Jacques. Leur entreprise prospère et en 2007 François rachète la part de Jacques qui part développer des projets en Australie. La compagnie prend le nom de Domaines François Lurton.

«Il est possible de faire du bon vin, partout où pousse la vigne dans des conditions normales», affirme François Lurton. Il sélectionne soigneusement les terrains, plante des vignes adaptées à chaque terroir. Ses vins sont vieillis et mis en bouteille dans chaque pays, certains sont envoyés à son immense entrepôt de Bordeaux pour consolidation.

Voilà ce que je savais de lui au moment où j’ai traversé les portes du Toqué. Dans la salle réservée j’ai rencontré Sylvie Cardin et Jacques Lessard de La Céleste Levure qui représentent les vins français, chiliens et portugais des Domaines François Lurton. Il y avait aussi Sylvain Brizard des Vins et Spiritueux Diamond Estates qui en représente les vins d’Argentine et Marguerite Aghaby de L.B.V. International qui s’occupe du portefeuille des vins d’Espagne, plusieurs journalistes étaient là, ainsi qu’un jeune homme dans la trentaine que je pensais être un des œnologues de Lurton. Je me suis penché vers ma voisine et je lui ai dit ma déception pour l’absence de Monsieur Lurton. Elle m’a signalé le jeune homme et m’a dit «c’est lui». Comme l’entreprise a pris vingt ans à prendre la taille qu’elle a, je me suis dit qu’à moins d’avoir commencé à l’âge de quinze ans, il ne pouvait être que le fils de François. Le jeune homme prit la parole et avec verbe et passion nous a décrit sa vie, son entreprise, ses vignobles. Il possède 450 hectares, et avec des fermages il en gère 700. Rigoureux dans ses méthodes, il s’impose de goûter personnellement aux baies de chaque vignoble avant les vendanges; ce qui l’oblige a se déplacer sur cinq pays, mais qui lui permet également de choisir la vinification à donner à chaque vin, en fonction du raisin que la vigne à produit dans l’année. Il produit ainsi 70 vins, avec des arômes qui interprètent le terroir. Il nous a invité à déguster ses vins, en commençant par les blancs.

Le sommelier nous a servi Les Fumées Blanches 2009, vin du Languedoc sans indication géographique, fait de l’assemblage d’une dizaine de Sauvignons de la région de Gers. Belle robe jaune tirant vers le vert. Arômes de fruits et de fleurs qui vous explosent gentiment dans la bouche. Beaucoup de fraîcheur et des saveurs d’agrumes qui se fondent avec élégance (SAQ 13,85) Un cadeau à ce prix! Monsieur Lurton pense que le Languedoc est la prochaine Bourgogne pour les blancs.

On nous a servi un deuxième vin, le Pinot Gris, Valle de Uco 2010, un vin de la région de Mendoza, Argentine. Lorsque François Lurton a acheté le terrain, c’était un désert. Il a voulu planter des Pinots Blancs et par erreur ils ont planté des Pinots Gris, qui sont devenus à la mode. En 2010 il a fait un vin 100% Pinot Gris. Belle robe jaune aux reflets d’émeraude, Complexe et plein de finesse. La minéralité se fond avec le fruité, de façon harmonieuse. Disponible (SAQ $14,95).

Le sommelier nous a versé le Gran Lurton, corte Friulano 2009, élevé en barrique de chêne français. Pour protéger le raisin de la grêle ils placent des filets au-dessus du vignoble. Robe pâle, des arômes charmants de fleur d’oranger et d’acacia, de pommes vertes et d’agrumes. Beaucoup d’harmonie, long en bouche. Disponible (SAQ $22,90)..

On apporta un vin d’Espagne de la région de Rueda. Le vin de Rueda est toujours blanc. C’est une région dont les vins aujourd’hui ont une énorme demande. L’Hermanos Lurton, de Rueda. 85% Verdejo, 10% Sauvignon et 5% Viura a une robe claire; très rond, très doux, arômes de pêche et d’abricot, une touche minérale. Un vin de plaisir d’une grande élégance. Disponible en importation privée.

Les sommeliers retirèrent les verres de blanc et apportèrent le premier rouge, le Malbec Reserva 2008, un vin de la région de Mendoza (Argentine). Belle robe rouge sombre. Vin puissant aux arômes de figue. En bouche, structuré, robuste, complexe, mais à la fois rond. Il glisse dans votre gorge comme du velours. (SAQ 16.95).

Le Sommelier nous versa le Gran Lurton Cabernet Sauvignon, de Mendoza. Un vin fait à 85% de Cabernet Sauvignon et à 15% Malbec. Les raisins sont récoltés à la main, un premier tri manuel sur table vibrante et les baies sont passées sur tribaie, une machine qui fait une sélection par densité. On fait deux macérations, la première pré-fermentaire à 8o C, pendant 5 jours, ensuite une fermentation dans des cuves en ciment, suivie d’une deuxième macération avec des remontages réguliers. Le vin est élevé dans des barriques de chêne français et américain, dont la moitié sont de premier vin. Le résultat c’est un vin rouge rubis, aux arômes de violette, rond en bouche, boisé, herbacé, astringent, minéral et superbement bon! (SAQ $22.95).

Toujours d’Argentine, le sommelier nous a versé le Piedra Negra Malbec millésime 2006. Ce vin exige toute la maîtrise de François Lurton sur la vigne. Il effectue une taille courte à la fin de l’hiver. Il procède en été à des vendanges partielles en vert, pour favoriser la maturation et la concentration des raisins qu’il laisse sur la vigne. La date des vendanges est décidée par analyse gustative vers la fin de l’été. Il laisse macérer pendant 7 semaines, avant de soumettre le moût à une fermentation malolactique en barrique, et d’élever ensuite ce vin dans les mêmes barriques pendant trois mois. Il complète la vinification dans des barriques de chêne français de 225 litres, dont 50% sont neuves et 50% de premier vin. Le vin ainsi obtenu a une robe rouge foncé. Un nez puissant et riche en arômes de fruits rouges, de pain d’épices et de cacao. En bouche, il est ample; on retrouve le fruité des arômes, des tanins ronds et bien fondus qui tapissent votre langue. Une longue finale. Un vin élégant du début à la fin (SAQ $ 34.75).

Le sommelier nous a servi un vin du Chili de la Vallée de Colchagua appelé Hacienda Araucano Reserva, millésime 2008, 100% Carmènere, le cépage de spécialité chilienne. Vendanges manuelles, fermentation en cuves inox avec des levures choisies, pressurage en ne gardant que les premières presses pour éviter d’avoir des tanins acerbes. La moitié est élevée en barriques de chêne français pour arrondir encore les tanins. Le vin a une belle robe rouge sang. Beau bouquet de fruits rouges mais aussi de tabac, de cardamone. Ample en bouche, boisé, des tanins ronds. (SAQ $ 14.95)

On a rempli nos verres de Hacienda Araucano Reserva 2009, 100% Pinot Noir. François Lurton nous a dit combien il aimait les Pinots Noirs du Nouveau Monde, tellement plus ronds que ceux de France.

Le Hacienda Araucano est un vin étonnant et complexe. Il n’est pas très minéral, mais il a un bouquet agréable, fleuri, une belle rondeur et il est long en bouche. Un vin de gourmet (Disponible en importation privée).

Le sommelier annonça qu’il allait nous servir un vin espagnol. J’ai ressenti un joyeux frisson. Le vin rouge en Italie, en France et dans le Nouveau Monde c’est un vin tranquille, en Espagne c’est un vin joyeux, un vin de fête. C’est le vin que tu bois dans de tout petits verres en dégustant des tapas, lorsque tu fais la tournée des bars avec des amis, après le travail. C’est un vin que tu bois dans une « bota» (petite outre), quand tu assistes à une «corrida» en criant «Olé» au son des pasodobles, c’est encore le vin que tu bois sec, avant de te lancer devant la meute de toros à Pampelune pour les «Sanfermines». Si elle te rattrape tu es encorné alors tu cours à en perdre haleine et lorsque tu es à bout de souffle, tu te hisses à un balcon bas et tu vois passer la meute beuglante à quelques centimètres au-dessous de toi, et tu as une montée d’adrénaline incroyable.

L’Heredero Lurton Tempranillo 2008 c’est cela. Un vin rouge foncé, tannique, riche en saveurs, assez alcoolisé. Sur la région de Toro d’où il provient, François Lurton s’est associé à Michel Rolland qui a permis à tellement de vins d’évoluer et de s’épanouir. (SAQ $ 14.95) .

Monsieur Lurton nous annonça que nous allions terminer la dégustation avec des vins du Portugal.

Au Portugal il y a 323 variétés de raisin qui se retrouvent souvent mélangées dans un même terroir. On nous versa un Barco Negro Douro 2008, un multi cépage de vignes pré-phylloxériques. Robe rouge, presque noire. Arômes de caramel, de cerise bien mûre, de clou de girofle. Frais en bouche, festif, un bon degré d’alcool. (SAQ $ 14.90) .

Pour finir, nous avons dégusté le Quinta do Malho 2007. Un vin multi-cépages. Après récolte, les raisins sont foulés dans le «lagar», à l’ancienne. Robe rouge noir. Arômes de caramel, d’épices, de tabac, de chocolat, de fruits rouges des bois. En bouche beaucoup de fraîcheur, des tanins ronds, une belle et longue finale. Un vin de gourmet. (Disponible en importation privée).

On changea nos verres, on nous servit le repas. Des grisini enrobés de prosciutto en entrée, suivis de pieuvre et salade. Ensuite moelle de bœuf, champignons, parmesan et croutons, puis carpaccio de bœuf, morilles, asperges et fromage et finalement un bon dessert : crème à la rose, sorbet à la fraise et fraises des bois. Nous avons accompagné le repas des vins de Domaines François Lurton.

Au café, je posai la question qui me brûlait depuis le début : l’âge de François Lurton. J’ai 52 ans, dit-il. Je lui demandai quel était son secret pour en paraître 35. Il me répondit qu’il tenait cela de famille et que son père à 84 ans en paraissait vingt de moins et dirigeait personnellement ses vignobles.

J’avais un oncle, un peu original qui s’adonnait un peu à l’alchimie. Il croyait fermement à l’existence de la «Fontaine de Jouvence» et faisait des travaux mystérieux pour obtenir la pierre philosophale, celle qui transforme le plomb en or. Il nous a quittés sans avoir jamais percé ces deux mystères.

J’avais devant moi, au Toquet, un homme qui avait bu dans la Fontaine de Jouvence et qui transformait le raisin en or!

Roger Huet
Chroniqueur
Président du Club des Joyeux
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Voici les adresses des Domaines François Lurton et de ces agents au Québec :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
La Céleste Levure. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Vins et Spiritueux Diamond Estates. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
LBV. International Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À propos de l' auteur

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs