lundi 23 novembre 2020

La Fête des vins de Bergerac, un événement gastronomique à Montréal.

Je me suis rendu à une grande dégustation de vins de Bergerac et à leur mariage avec des mets du Périgord qui avait lieu au Restaurant Apollo. Le Chef Giovanni Apollo, vient de publier un Livre de Recettes interdites, et… aphrodisiaques! Le restaurant et le Bistro Apollo sont face à face sur le boulevard Saint-Laurent au Sud de la Petite Italie. Un quartier en pleine mutation qui est en train de devenir un des endroits branchés de Montréal. 

Nous avons été accueillis de la manière la plus charmante par Cynthia Joyal et Catherine Asselin de Sopexa Canada, qui nous ont présenté les directeurs de domaines et directeurs export, Arnaud Isnard qui produit les vins Château Masburel et Lionel Osmin du Château Tour des Gendres. 

Bergerac est situé dans l’arrière pays bordelais, en Aquitaine. Il jouit d’un climat semi-continental, donc plus sec et froid en hiver, et plus chaud en été que la région de Bordeaux. Il est aussi moins soumis à l’influence de la mer. Le terroir se divise en six zones : Bergerac, Monbazillac, Montravel, Pécharmant, Rosette et Saussignac. 

la fete des vins de bergerac1Photographe/Pigiste curieux: David Nathan
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.davidnathan.ca
Cell: 514-577-0878

Le Bergerac, est traversé d’Est en Ouest par la Dordogne, et est arrosé par bon nombre de ses affluents. La superficie du vignoble bergeracois en production, est de 12 800 hectares.

On y trouve 5 sortes de vins et 13 AOC.
Les vins rosés : Bergerac rosé
Les vins rouges : Bergerac rouge, Côtes de Bergerac rouge, Pécharmant et Montravel rouge.
Les vins blancs secs : Bergerac blanc sec, Montravel
Les blancs moelleux : Côtes de Bergerac blanc, Côtes de Montravel, Haut-Montravel et Rosette.
Et finalement les blancs liquoreux : Monbazzilac, Saussignac, et Haut-Montravel. 

Je me suis arrêté à la table du Château Masburel où Monsieur Isnard m’a proposé trois vins : tout d’abord le Le Château Masburel 2006, appellation Montravel, fait à 90 % de Sauvignon et à 10% de Sémillon. Vin blanc sec à la robe or pâle qui présente un nez où domine la prune, on y distingue des notes florales et des nuances d’anis. Bouche ronde évoluant sur des notes complexes de fruits exotiques. Très longue persistance aromatique. Taux d’alcool 15 º. Il peut se conserver jusqu’à 7 ans, s’accorde bien avec des fruits de mer aux épices douces, le soufflé au fromage et les fromages à pâtes cuites.

On m’a proposé ensuite un Château Masburel 2003 rouge, appellation Côtes de Bergerac, 70% merlot et 30 % cabernet sauvignon. Un vin qui a 13º d’alcool. Robe foncée, arômes de cerises et de pruneaux confits, nuances boisées, fruit ample. La bouche présente des tanins mûrs qui fondent littéralement sur le palais et éclatent en mille muances aromatiques de fleurs et de griottes, résultat d’un grand savoir-faire et d’une micro-oxygénation savamment dosée et contrôlée. Un vin qui a une espérance de garde de 15 ans. Il accompagne délicieusement les viandes rôties. 

J’ai goûté finalement le Consul Rosé 2008, appellation Bergerac, fait à 80% de Cabernet Sauvignon et à 20% de Merlot. 13 º d’alcool. Belle robe œil de perdrix, nez complexe de groseille et grenadine, avec des notes de cassis et de fraise confite. Vin assez sec, à boire jeune, deux ans de garde maximum, s’accordant joliment avec des grillades, du fromage de chèvre, de la charcuterie et pourquoi pas dans une journée d’été à servir frais pour accompagner un bon barbecue. 

Je suis passé ensuite à la table du Château Tour des Gendres, où Monsieur Osmin m’a servi tout d’abord le Cuvée des Conti 2008, appellation Bergerac Sec. Vin blanc fait à 80% de Sémillon, et à 20% de Muscadelle.
Élevé sur lies pendant 8 à 11 mois, soumis à la micro-oxygénation, au bâtonnage et à la macro-oxygénation des lies, il montre une robe or limpide. Des arômes de fruits et de miel ; une belle fraîcheur. Un vin assez fruité et rond en bouche, excellent avec des viandes blanches, et surtout avec la pintade et le faisan. 

On m’a proposé ensuite un La Truffière 2005 appellation Bergerac, 80% Merlot – 20% Malbec. Belle couleur rouge, arômes de griottes, et de tabac, rond en bouche, tanins fermes encore mais qui s’adouciront avec le temps. 
Un vin intéressant qui peut accompagner toutes sortes de viandes et tout particulièrement le gigot d’agneau. 

Le troisième vin proposé par M. Osmin c’était La Gloire de mon Père 2006. appellation Côtes de Bergerac, 50% Cabernet-Sauvignon et 50% Cabernet. Robe grenat foncé, vraiment extraordinaire. Nez de fruits rouges et de fruits des bois, fraise sauvage, mûre, cassis, légèrement boisé. Bouche riche et boisée. Tanins concentrés et veloutés. On recommande de mettre en carafe avant de servir. Parfait avec des viandes saignantes et aussi avec le sanglier et le gros gibier.

La presse gourmande était là en force. On se saluait, on échangeait quelques impressions, les femmes journalistes, de plus en plus nombreuses, montrent une connaissance des vins et un goût très sûr, qui ne cède en rien à celui de nos confrères masculins. Le Maître d’hôtel nous a invités à passer à table. La dégustation nous avait mis en appétit. Nous attendions avec intérêt ce qui allait nous être servi et les mariages de vins que le chef Giovanni allait nous proposer. Une tâche ô combien délicate lorsqu’on accueille la presse gourmande ! Nous avons déjà vu, ailleurs, un chef très réputé échouer lamentablement en nous servant une salade acide avec un Xeres sec. 

la fete des vins de bergerac2Maria Cassini, par le photographe/pigiste curieux: David Nathan
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.davidnathan.ca
Cell: 514-577-0878

Giovanni Apollo nous propose en amuse-bouche un petit caviar d’escargot, texture de miel de châtaigne avec un Château Les Tours des Verdots 2005, appellation Côtes de Bergerac moelleux. Chapeau ! Ce vin a juste ce qu’il faut de moelleux, avec des arômes légèrement confits, un côté fruité assez mûr et frais en bouche. Il est excellent en apéritif avec une bouchée comme celle qu’on vient de nous présenter. De plus le service est excellent et le sourire de Maria Cassini à faire pécher un ermite. 

Le chef nous envoie en entrée, un baba en foie gras, guimauve de pommes vertes aux agrumes, dentelles de noisettes croquantes, accompagné au choix d’un Monsieur Cyrano Bergerac sec 2008 Appellation Bergerac qui a un côté fleur blanche, très parfumé, très aromatique, fraicheur et belle présence en bouche, et d’un Château Calabre 2008, appellation Montravel blanc avec une présence minérale, fraicheur et un côté aromatique d’agrumes, avec un soupçon de pamplemousse. Deux vins qui créent une surprise et qui se marient très bien avec le foie gras de l’assiette, qui est assurément le meilleur de Montréal. 

En plat principal on nous a servi un Magret de canard Mulard cuit en hydro-synthèse, légèrement épicé, air de fruits rouges, cassoulet de courges rôties, avec trois vins : Un Château Haut-Perthus Bergerac 2006, 60% Cabernet franc, et 40% Merlot, robe rouge rubis, arômes de baies rouges, et de petits fruits et prune en bouche avec un soupçon de tabac, un vin fin. 

Un Château Grinou, Réserve Bergerac 2007, 100% Merlot, belle robe rubis. Arômes de pain grillé, souple, harmonieux, très agréable en bouche. 

Et finalement un Château Monestier la Tour, Cuvée de Navarre Bergerac 2007, 65% Merlot; 10% Cabernet sauvignon; 15% Cabernet franc; 10% Cot. Assemblage réussi, robe intense. Bonne structure, arômes de prune et d'épices sur fond boisé. Fruits noirs et mûrs. Vin très agréable en fin de bouche.

Au service du fromage le Chef nous sert une tartine de brie au lait cru, avec compote de cerises à la mangue, avec encore deux vins, le Château Tour des Gendres, cuvée des Conti, Bergerac sec 2008 que j’ai déjà décrit à la dégustation, et un Château Masburel Côtes de Bergerac 2003 pour lequel j’ai félicité M. Isnard et que j’ai également décrit plus haut. 

Comme dessert le Chef Apollo nous a préparé un crémeux au miel, fraîcheur de nectarines et abricots secs, crumble d’orge qui nous a été proposé avec deux vins moelleux : le Château Ladesvignes Monbazillac 2006 blanc, fait à 100% de Sémillon, qui a une structure riche et grasse, donc rond en bouche mais plein de finesse. Et le Château Septy, Monbazillac 2003 fait de Sémillon et de Sauvignon, belle couleur, arômes délicats de pêche et d’écorce d’orange confite. Opulent en bouche mais une telle harmonie qu’il tapisse vos papilles avec élégance.

Félicitations au Chef Giovanni Apollo pour un mariage vins-mets très réussi!

Comme un banquet dégustation nous donne la possibilité d’échanger, les deux producteurs nous ont dit leur passion à faire leur vin; nous leur avons posé des questions sur les techniques de micro-oxygénation qui ont justement débuté dans région de Bergerac et qui s’emploient maintenant partout dans le monde. Ils nous ont expliqué que la micro-oxygénation a changé la carte des vins, apportant une structure et une maturation plus rapide, ainsi qu’une maximisation des arômes fleuris. Néanmoins que cette technique n’est pas une panacée car employée seule elle risque d’amener les vins à une maturation très rapide qui peut raccourcir la vie des vins. Pour faire un grand vin il faut donc être rigoureux sur l’ensemble des conditions de production et ne faire intervenir la micro-oxygénation que dans des étapes ponctuelles, par exemple sur le moût ou sur la lie afin d’obtenir un produit supérieur. 

J’ai eu la chance d’avoir pour voisine de table, au café, la dynamique, élégante et belle Cynthia Joyal, a qui j’ai demandé comment elle était arrivée au monde des vins. Et elle m’a raconté son parcours depuis ses études en communication, en passant par le tourisme pour échouer dans le monde des vins qui la passionne. 

Ma conclusion sur les vins de Bergerac ? Ce sont des grands vins, qui dans leur variété, peuvent combler tous nos besoins, de l’apéritif au dessert. Ils méritent, sans aucun doute, de figurer sur nos tables et de s’épanouir dans nos caves !

Roger Huet
Chroniqueur
Président du Club des Joyeux
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À propos de l' auteur

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs