mercredi 12 juin 2024

Conversation autour d’un vin du Jura

J’ai rencontré Nadia Dufour, au Salon des vins du Jura. Elle travaille pour Les Vins Alain Bélanger et nous avons décidé de parler de quelques beaux domaines vinicoles dont elle s’occupe au Québec.

huet nadia dufour


RH. – Comment êtes-vous arrivée au monde du vin Nadia?
ND. – Tout a débuté par mes premiers pas dans les SAQ à l’âge de 19 ans… un seul mot : la fascination de voir ces bouteilles au garde-à-vous provenant du monde entier. Je ne savais où donner la tête... je voulais découvrir, déguster, apprendre et surtout faire le bon choix. Je fuyais les trop belles étiquettes coquettes et les vins de masse…Souvent, j’achetais la moins jolie bouteille car je me disais que le vigneron a sûrement opté davantage sur la qualité du vin que sur son contenant… Malgré un maigre budget de cégépienne, j’adorais dénicher des petites perles et les déguster avec mes amis. Un après-midi de juin, j’ai atterri sur le sol de France et c’est là que ma passion pour le vin s’est confirmée. Ce pays est magnifique par son histoire et ses monuments mais combien varié et vrai dans ses régions vinicoles.
J’ai débuté ma visite par la Champagne que j’ai trouvée grandiose mais mon cœur a été beaucoup plus touché par la Loire. J’y ai rencontré des gens de cœur et de passion, qui sont animés du désir de créer un vin qui représente leur terroir avec une personnalité propre. Par la suite, une carrière s’est offerte à moi dans un tout autre domaine et ce n’est que des années plus tard, que j’ai tout laissé tomber pour suivre mon rêve, ma passion, le vin. De carriériste, je me suis retrouvée caissière-vendeuse à la SAQ. Ça prend une bonne donne d’humilité mais quand, je regarde aujourd’hui le choix que j’avais fait et mon épanouissement professionnel… je me dis que je ne me suis pas trompée. Aujourd’hui, je vis de ma passion et je me sens privilégiée de faire ce que j’aime.

RH. –  Qu’est-ce qui vous intéresse dans ce métier?
ND. –Ce qui me fascine dans le monde du vin c’est la découverte, le partage des connaissances par des rencontres avec les vignerons, les professionnels du vin et les passionnés. J’aime beaucoup cette pensée de Socrate : plus on apprend et on plus on se rend compte qu’on sait si peu. Ce qui nous amène à continuer à apprendre. La sommellerie c’est une science qui regroupe, l’histoire, la géographie, l’horticulture, la gastronomie et les gens… Donc tout naturellement, j’aspire à transmettre mes connaissances en tant que professeure.

RH. – Dans votre portefeuille vous avez des vins qui sont produits de façon artisanale, comme ceux du Domaine André et Mireille Tissot
ND. –  Un magnifique domaine, dirigé par Stéphane Tissot qui est reconnu aujourd'hui comme l'un des plus grands vignerons du Jura. Sa philosophie c’est «Un vin fait avec amour et passion ne peut que créer une émotion». C’est un fervent défenseur des vins qui ont de la personnalité, à l’opposé des vins standardisés ou industriels. Ses cuvées reflètent la diversité du terroir jurassien

RH. – Comment a commencé l’histoire de ce vignoble?
ND. –  Il a été créé par, André et Mireille Tissot en 1962, parents de Stéphane. Aujourd’hui c’est lui qui dirige le domaine, assisté de Bénédicte, son épouse.

RH. – Combien d’hectares de vigne contient la propriété des Tissot?
ND. –Ils possèdent 46 ha de vignes et des terroirs exceptionnels dans le Jura, comme les Bruyères, La Mailloche, Barberon et Curon.

RH. –  Quel type d’agriculture pratiquent-ils?
ND. – Ils sont en biodynamie, avec certification Ecocert et contrôle Demeter pour faire vivre les sols, et avoir des raisins sains. Les vignes sont cultivées sans désherbant, sans engrais chimiques ni produits de synthèse. Pour traiter la vigne ils se limitent au soufre, au cuivre et à des tisanes de plantes. Les vendanges sont manuelles. Ils font un pressurage pneumatique, et la fermentation uniquement avec des levures naturelles. Ce qui leur permet de diminuer le soufre.  Dans certains cas, ils font même des cuvées sans souffre comme le Poulsard Les Bruyères 2005.

RH. – Quels cépages cultivent-ils?
ND. – Dans les rouges principalement le Pinot Noir, le Trousseau, le Poulsard et dans les blancs le Chardonnay et le Savagnin.

RH. – Leur recherche de diversité aromatique semble les amener à produire un grand éventail de vins?
ND. –  La recherche de diversité aromatique les a conduits à produire 36 cuvées différentes, souvent terroir par terroir, un peu comme en Bourgogne en laissant s’exprimer chaque parcelle. C’est un travail d’équipe. Ils ont 15 travailleurs à l'année, plus quelques étudiants qui les aident en été, et 50 vendangeurs en septembre.

RH. –  Vous m’avez apporté une bouteille du Domaine André et Mireille Tissot, c’est Les Bruyères Chardonnay millésime 2011

huet nadia bruyres chardonnay


ND. – Oui, c’est un AOC Arbois 100% Chardonnay, 13% d’alcool. Vinification traditionnelle et élevage en barriques de chêne, pendant 24 mois sur lies. C’est un vin typiquement jurassien.

RH. – Comment est le terroir?
ND. – Les Bruyères est un terroir argileux sur un sous-sol de marnes bleues, exposé plein sud. Sa superficie n’est que de 0.95 ha avec de très vieilles vignes dont certaines ont été plantées en 1938 et les plus récentes en 1973. 

RH. –  Robe jaune paille intense presque dorée. Bouquet très minéral, riche en arômes de fruits, agrumes : pomelo, citron de Capri, pomme mûre,  noisette et amande grillée, brioche, et à la fois des notes de fleurs : acacia, fleur d’oranger et d’épices : cardamone, tilleul. Ample en bouche, nerveux,  sec, plutôt corsé, fruité, minéral à nouveau. Une finale persistante et délicieusement épicée.

Quels mets suggérez de marier avec ce vin?  
ND. –Le classique du Jura : Poulet et champignon en sauce. Aussi, fromage à croûte lavée ou poisson.

RH. –  Je pourrais le prendre aussi en entrée avec du foie gras, également avec des  crustacés, une coquille Saint-Jacques, du homard, bon également avec  des viandes blanches, vous avez raison avec du poulet en sauce mais aussi avec du veau et du porc,  et avec des fromages à croûte lavée comme le Comté c’est du pur bonheur, tout à fait d’accord avec vous.

Est-ce que le Domaine André et Mireille Tissot Les Bruyères Chardonnay 2011 est disponible à la SAQ?
ND. – Oui il est disponible. Le Code SAQ est 11542139 et il se détaille 37 $.

RH. –  Merci de m’avoir accordé cette entrevue, Nadia Dufour, la semaine prochaine nous allons parler d’un autre domaine fascinant, qui se trouve dans la région de Mendoza en Argentine et qui fait des Malbecs exceptionnels.
ND. – À la semaine prochaine.

Liens :
Domaine André & Mireille Tissot

Représentés au Québec par
Les Vins Alain Bélanger

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
Samyrabbat.com
LaMetropole.com





À propos de l' auteur

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...