dimanche 3 mars 2024

Trois révélations de Gérard Bertrand

Certains vins de Gérard Bertrand sont des vins à part, ce sont des vins qu’il a réalisés à la suite d’une révélation ou d’une expérience mystique. Ils ont un esprit. J’en ai dégusté trois : Le Viala, L’Hospitalitas et La Forge.

huet les trois toiles sr


Le Viala. Je cite textuellement Gérard Bertrand : «Il arrive qu’un objet chargé d’histoire nous amène vers des destinations imprévues… Suivre son intuition c’est accepter de rencontrer le côté magique contenu dans chacun de nous et dans l’Univers».

Cela s’est passé un 23 juin, veille de la Saint-Jean, à 7h du matin, Gérard Bertrand fait le tour de ses vignes à La Livinière. Il progresse de cep en cep et arrive à un chemin bordé d’un muret. Il lève les yeux et voit l’église. À sa grande surprise, de son clocher s’échappent deux rayons de soleil qui illuminent les vignes d’une parcelle connue comme Le Viala, où l’on cultive la vigne depuis le temps des Romains. Il en est ébloui et se demande quel est le sens de ce signe; ensuite il n’y pense plus. Plusieurs mois plus tard, lorsque vient le temps de l’assemblage des vins du Château Laville-Bertrou il est avec son équipe et repère trois bouteilles de trois cépages différents Syrah, Grenache et Carignan, elles sont toutes les trois étiquetées Le Viala. Il se rappelle de ce qu’il a vu à la veille de la Saint-Jean et décide de les assembler. Il goûte, et ressent une alchimie puissante, ces trois cépages font un mariage exceptionnel, ils allient fraicheur, puissance et rondeur. Alors il se met à la recherche du dosage parfait qui l’amène au nirvana olfactif et tactile qui est une forme de jouissance pure.

Il fait goûter à son équipe qui convient que c’est un vin exceptionnel et qui lui demande quel nom il va lui donner. Le Viala répond Gérard Bertrand. Il sait maintenant que la lueur qu’il avait vue dans les vignes était un signe. «C’est, dit-il, comme si on avait dessiné le Viala, d’un coup de pinceau lumineux». 

Le Gérard Bertrand Le Viala Minervois La Livinière 2011 est disponible à la SAQ, code 12290324. Prix 76,00 $

J’ai ensuite dégusté L’Hospitalitas. C’est son père  qui a inculqué à Gérard Bertrand la fierté de ses racines, qui sont sa richesse et sa force. À partir de là il a déployé ses ailes, embrassé le monde et partagé. Lorsqu’il a acheté le château l’Hospitalet un ami de son père lui a suggéré la devise Sine vino vana hospitalitas, qui veut dire : sans vin vaine est l’hospitalité, qu’il a adoptée. Peu de temps après il choisit une des meilleures parcelles et décide de faire un vin d’exception en honneur de sa ville natale Narbonne et de sa longue tradition d’hospitalité. Laissons-le parler avec son cœur : «C’est une parcelle de trois hectares, dans une combe magique, abritée, bordée d’une truffière, d’un champ de mûriers et d’une oliveraie. La Syrah, assemblée avec quelques souches de Mourvèdre, exhale les fruits noirs, les senteurs méditerranéennes, et au vieillissement, la truffe noire. En imaginant ces siècles d’histoire, ses vignes telles qu’elles étaient au Seizième siècle, mais aussi toute l’histoire de ma ville, j’ai le désir irrésistible de chanter ma terre, et d’en tirer la quintessence».

Le Gérard Bertrand L’Hospitalitas Coteaux du Languedoc La Clape 2011 est disponible à la SAQ code 12290421. Prix 76.00 $

J’ai finalement dégusté La Forge.

«Donner du sens à sa vie est le premier précepte, le moteur», dit Gérard Bertrand, et il ajoute : « il peut suffire d’un mot pour le mettre en marche,  mais parfois, il faut prendre du temps pour prendre conscience de ce qui nous tient à cœur».  En Octobre 1997 il faisait le Paris-Montpellier en avion, et Gérard Bertrand aime bien l’avion car il se sent libre de réfléchir, de faire le bilan. Il a suivi les conseils de son père et s’est engagé à fond dans sa passion de faire du vin, et il a conscience qu’il vient de franchir un cap sur la finesse et la précision.  Il aurait aimé que son père soit encore là pour lui faire goûter ses vins. Il en aurait été fier. Tout d’un coup il a une vision. Il voit son père marchant à reculons sur sa parcelle de Villemajou, dans un lieu appelé La Forge, parce qu’autrefois il y en avait une. Il touche les sarments de sa main comme il le faisait toujours. Soudain il se retourne, le regarde dans les yeux et disparaît. Gérard Bertrand est stupéfait et a sa réponse. Il va vinifier la parcelle préférée de son père, séparément, pour en faire un vin d’exception. La Forge est un assemblage de 50% de Syrah, 40% de Mourvèdre et 10% de Grenache.

  Le Gérard Bertrand La Forge Corbières Boutenac 2011, est disponible à la SAQ, code 12290404. Prix 76,00 $.

Liens :

Gerard Bertrand
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.gerard-bertrand.com



Roger Huet
Chroniqueur vins et gourmandise
Président du Club des Joyeux
Samyrabbat.com
LaMetropole.com

 

À propos de l' auteur

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs