jeudi 22 février 2024

Fabuleux Languedoc-Roussillon

J’ai rencontré à Montréal, la Responsable Export pour les vins du Languedoc, Christine Molines et le Responsable Export au Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon Eric Aracil. Ils étaient venus pour nous parler de la fabuleuse région du Languedoc Roussillon, que nous connaissons et que nous aimons, car leurs vins se conjuguent avec qualité et avec fête et se marient très bien avec la cuisine méditerranéenne. L’hiver faisait rage dans nos rues, et eux avaient le soleil dans la voix.

molines

C.M.– En Languedoc notre vignoble commence au Pont du Gard, juste à côté de Nîmes, passe par Montpellier, la capitale de la région, à l’Ouest s’étend jusqu’à la Cité de Carcassonne et la Méditerranée.
E.A.– Le Roussillon, est vraiment le plus au sud de la France. C’est un amphithéâtre ouvert à l’est sur la Méditerranée, il est limité au nord par les Corbières, à l’Ouest par la fin des Pyrénées avec un massif qui est magnifique qui s’appelle le Canigou et au sud par la Chaîne des Albères qui nous sépare de l’Espagne.

R.H. – Lorsqu’on parle de vignoble languedocien cela englobe le terroir du Roussillon comme le terroir du Languedoc. Quel est son ordre de grandeur?
C.M.– C’est un vaste terroir. Le Languedoc est situé sur trois départements français et en terme de vignobles nous devons couvrir à peu près 30 mille hectares, ce qui fait une vingtaine d’appellations.
E.A.– Pour notre part, le Roussillon c’est un seul département, les Pyrénées orientales, il représente 24 mille hectares et nous permet de produire 13 appellations contrôlées.

R.H. – On dit que c’est le vignoble le plus ancien de France
C.M.– C’est vrai et preuves à l’appui, en tant que Narbonnaise je dois dire qu’à l’époque des Romains, Narbonne était un port très important et la deuxième ville de l’empire après Rome. Les Romains y ont implanté le vignoble de façon systématique. Éric va vous dire que les Grecs sont passés avant, et que nous avons le comptoir d’Agde, mais ce sont les Romains qui ont vraiment développé le vignoble moderne.
E.A.– C’est vrai qu’au Roussillon nous avons eu les premières implantations qui datent du septième siècle avant J.C. Nous avons trois millénaires d’histoire et de savoir faire en viticulture, ce qui est énorme.

R.H. – C’est énorme en effet. Comment est le terroir du Languedoc-Roussillon dans sa diversité?
C.M.– Il faut venir dans la région pour comprendre la diversité, qui est déjà visuelle, nous avons des falaises abruptes en calcaire blanc, nous avons des terrasses caillouteuses de galet roulé, nous avons des petits vallons que nous appelons combes et qui sont caillouteux, car le caillou est la référence dans notre région et toutes ces vignes qui plongent dans la Méditerranée.
E.A.– C’est vrai que cette diversité est extrême et que le Languedoc-Roussillon reste un paradis pour les géologues. C’est vrai qu’on parle de sols au niveau des terroirs, mais ce n’est pas seulement le sol, c’est avant tout le sous-sol. Chez-nous on a de très vieilles vignes grâce au fait que les anciens savaient planter la vigne. Donc : sol, sous-sol, pente, exposition, microclimat, ça c’est la notion de terroir, et chez-nous ça se voit, ça se touche et ça se goûte dans le vin parce qu’il y a des rendements très faibles. Je dirais aussi qu’on est sur une zone tectonique frontalière, donc de fait on a la plus riche diversité de sols qu’on puisse trouver en France en matière agricole.

R.H. – Quels sont les cépages qu’on y cultive majoritairement?
C.M.– À part quelques exceptions, les principaux cépages que nous avons sont dits méditerranéens. En rouge nous avons le Carignan, le Mourvèdre, la Syrah, le Cinsault, le Grenache qui se décline dans les trois couleurs : noir, blanc ou gris, on a aussi le Lledonner Pelut qui est une variété proche du Grenache . Nous avons aussi toute une variété de cépages blancs : Muscat, Picpoule, Roussanne, Marsanne, Vermentino ou Rolle, Maccabeu blanc, Bourboulenc, Clairette, Grenache blanc, Mauzac, et j’en passe. Dans les cépages gris il y a le Grenache gris et le Muscat à petits grains rosés
E.A.– La plupart de ces cépages sont typiquement méditerranéens avec une origine catalane très prononcée et espagnole aussi. Il y a aussi quelques autres cépages extra-méridionaux comme le Cabernet et le Merlot, mais c’est très rare qu’on les utilise sur des appellations.

Ce qu’il faut retenir à notre niveau c’est que la plupart des appellations d’origine contrôlée sont des assemblages, à part quelques mono cépages dans les vins doux naturels. Dans les assemblages, il y a toujours complémentarité des raisins, complexité au niveau du plaisir de la dégustation et surtout une tenue dans le temps extraordinaire.

R.H. – Combien de produits d’appellation Languedoc avez-vous ?
C.M.– C’est une question difficile, car notre vignoble est en perpétuelle évolution. Aujourd’hui nous avons 18 appellations d’origine contrôlée dont 11 en vins tranquilles, 4 en vins doux naturels uniquement pour la partie Languedoc et 3 en vins effervescents très importants : Blanquette de Limoux, Crémant de Limoux et Blanquette de Limoux méthode ancestrale. Dans les vins tranquilles il y a des noms que vous connaissez bien ici : Saint Chinian, Minervois, Corbières, qui font partie d’une catégorie que nous appellons Grands vins du Languedoc. Maintenant nous sommes en train de mettre en place la catégorie des Grands terroirs du Languedoc où on retrouve des crus comme le Corbières-Boutenac, Minervois La Livinière, Saint Chinian-Roquebrun.
E.A.– Pour le Roussillon nous sommes aussi bien représentés au Québec, avec des vins secs mais aussi avec des vins doux naturels. Ils sont tous des vins tranquilles puisque les vins effervescents c’est l’affaire du Languedoc. On a trois catégories de vins secs: le Côtes du Roussillon, le Côtes du Roussillon village et le Collioure. Ensuite on a des Crus, dont le Côtes du Roussillon Villages Les Astres, le Côtes du Roussillon Lesquerde , le Caramany, le Tautavel et La Tour de France. Au Québec vous avez la chance d’avoir de l’Esquerde, du Caramany et du Totavel. À côté de cela les vins doux naturels qui sont notre spécificité, parce qu’on a quand même huit siècles de savoir faire. Le berceau des vins mutés, puisqu’il s’agit là des vins mutés, c’est le Roussillon, la catalanité à l’état pur, donc Vin doux naturel Muscat des Rivesaltes qui est quand-même le premier muscat en quantité au monde, ensuite Vin doux naturel Rivesaltes, Vin doux naturel Maury, très typique, et Vin doux naturel Banyuls qui chante vraiment beau le sud, parce que c’est une image, la Côte Vermeille et un peu aussi la Côte d’Azur roussillonnaise.

Christine Molines et Eric Aracil avaient apporté deux vins du Languedoc, et deux vins du Roussillon à déguster.

C.M.– Le premier vin du Languedoc est un blanc tranquille de la région de Limoux, du Domaine de Mouscaillo 2008. Le Limoux se trouve à l’extrême ouest du Languedoc, il est déjà influencé par l’Atlantique et on retrouve des cépages dits atlantiques. Dans ce vin nous avons une majorité de Chardonnay. La robe est jaune et tire un peu sur le vert, et quoique ce soit un vin de 2008, il laisse à penser qu’il y a encore beaucoup de jeunesse en lui. Quand on le sent, nous avons des notes de noisette au premier nez qui sont tout de suite couvertes par des notes de fleurs blanches : aubépine, acacia, et des agrumes; après on revient un petit peu sur la noisette mais plus sur la noisette grillée. La bouche est surprenante par sa vivacité, un vin d’une grande élégance, d’une grande finesse, un vin de gastronomie. C’est un vin qui accompagnera très bien des poissons à chair blanche, comme un loup (bar), parce que dans ce Chardonnay on retrouve notre garrigue, c'est-à-dire un peu de menthe, un tout petit peu de fenouil, mais également de la fraicheur, une acidité en équilibre avec l’alcool. Un vin d’une très belle longueur.

Nous avons ouvert le deuxième vin qui est un rouge tranquille d’une propriété qui s’appelle Mas Cal Demoura 2007, dans l’appellation Coteaux du Languedoc, Terrasse du Larzac qui fait partie des terroirs d’exception du Languedoc. C’est un terroir qui se situe juste aux abords du Massif Central donc qui a une grande amplitude thermique entre la nuit et le jour. Cela permet au cépage de mûrir tout doucement et apporte au vin une grande complexité, et une grande finesse.

C.M.– L’encépagement pour ce vin est 40% Grenache, 35% Carignan, et 25% Syrah. Sa robe est d’un rubis magnifique. C’est un vin qui invite à la joie rien que par sa couleur. Nous avons toute la palette classique des arômes des vins rouges tranquilles du Languedoc, les cerises, la griotte, les fruits rouges qui sont là en compotée, un vin qui est encore jeune au nez. Le 2007 est un grand millésime et quand on le laisse un petit peu s’ouvrir, arrivent des aromes minérales de pierre à fusil, de sous-bois, de champignon. Le fruit reste toujours là, très présent, très flatteur avec les épices douces très typiques des Grenaches.

R.H. – En bouche des tanins très présents mais travaillés, élégants, très charmants.
C.M.– Un vin d’une belle longueur, mais toujours dans le velours, jamais d’agressivité et pour autant d’une grande complexité. On retrouve tous ces arômes qu’on a pu avoir au nez. Les épices apparaissent de façon plus prononcée quand on l’a en bouche qui vous couvre le palais d’un velouté qui vous dit «il faut en reprendre une gorgée, on ne peut pas se contenter d’une petite gorgée, il faut boire toute une bouteille en la partageant avec des amis.» Un vin surtout ne pas boire rapidement, il faut le laisser s’ouvrir, car les vins qui viennent des terroirs argilo-calcaires sont très puissants.

Pour continuer la gourmandise, Eric Aracil nous a proposé deux vins doux naturels du Roussillon pour faire vraiment la balance avec les vins secs du Languedoc que Christine Molines nous avait fait goûter.

E.A.– Le premier est un Muscat de Rivesaltes du Domaine Cazes qui a été très souvent nommé, notamment au Canada, comme le meilleur Muscat doux au monde. Nous avons un assemblage de Muscat d’Alexandrie et de Muscat à petits grains. Nous sommes les seuls à utiliser le Muscat d’Alexandrie en tant que vin doux en France. Ici vous avez un blanc qui est fait en trois vinifications, ce qui est très rare; un travail d’orfèvre. Déjà quand on regarde la robe c’est du soleil en bouteille.

R.H. – Quelle belle robe en effet, couleur de miel, et si claire!
E.A.– C’est vraiment cristallin et toujours des reflets verts et argentés qui sont signe de jeunesse, et pourtant on a affaire à un millésime 2006

R.H. – Le premier nez est exceptionnel. Il est plein d’épices!
E.A.– Le premier nez c’est l’expression du Muscat d’Alexandrie. On est sur les épices avec des notes de cardamone, des notes de gingembre; on est aussi sur des notes de fleurs, mais plutôt des fleurs infusées côté géranium, géranium poivré, côté rose sauvage, et puis les fruits, les fruits jaunes et blancs, avec d’avantage la notion confite avec l’ananas, la papaye, la mangue. Alors on est plus sur le Muscat petits grains puisqu’il est plus vif. Si je remue le verre ça va être encore plus explosif car comme disait Christine, on prend du temps sur ces vins là, on a beaucoup de plaisir et ce plaisir est sans cesse renouvelé. La finesse est idéale ici, on est plutôt citronné avec les feuilles du citronnier.

R.H. – En bouche beaucoup d’élégance.
E.A.– Une attaque de bouche franche et surtout ce qui est à noter c’est la continuité parfaite entre les arômes de bouche et ce qu’on avait au nez. On a une longueur immense, un équilibre alcool sucre remarquable qui se balance parfaitement avec l’acidité et un petit grain de structure en fin de bouche qui tient tout cela et qui fait la typicité de nos vins doux du Roussillon. Cela finit par des notes de miel, de miel de romarin, parce qu’il ne faut jamais oublier que ce qu’il y a autour de la vigne, c’est la garrigue. C’est de la gourmandise à l’état pur. Petit mot vite fait, ce producteur de Cazes est quand même le plus grand producteur bio de France avec plus de 170 hectares d’un seul tenant, c’est remarquable à voir.
C.M.– Notre région Languedoc-Roussillon est la première région productrice de vins bio de France et probablement du monde.

E.A.– Pour le plaisir de ce vin un accord mets et vins très simple à faire, une tarte au citron meringuée, c’est de la gourmandise.

Éric Aracil nous avait apporté un autre vin doux du Roussillon, mais rouge : la Cuvée spéciale 10 ans d’âge du Mas Amiel, appellation Mauri.

E.A.– Le Mauri est un terroir de schiste noir. Le Mas Amiel est très connu dans le monde entier. Nous avons ici un vin d’élevage oxydatif, donc à l’air libre, contrairement au Muscat de Rivesaltes que l’on vient de déguster. Il est 100% Grenache noir, avec une robe qui exprime une vinification qui va révéler à la fois le terroir et le Grenache noir et surtout l’élevage, car c’est l’élevage qui va façonner ce vin. Il passe plus d’un an dans des barriques de verre soumises à toutes les intempéries. Il va donc y avoir une typicité qui sortira de là, qui sera cacao, fourrure, cuir, orange, écorce d’orange amer. Après il passe le reste de sa vie dans des grands contenants en bois qui sont plus que centenaires car on cherche la mémoire du bois.

R.H. – La robe est exceptionnelle, c’est un acajou qui ressemble à du café très puissant. Le jambage montre une concentration déjà marquée sur le verre.
E.A.– Et le nez : on est plutôt sur des notes de pruneau cuit, de cacao, d’orange amère, de cuir, de tabac brun et cette garrigue qui est là car on ne perd jamais le terroir dans nos vins. Même s’il y a un élevage, le terroir perdure, et c’est le gros avantage des vins du Languedoc-Roussillon.

R.H. – En bouche, quand on l’avale, on sent qu’il est bon pour la santé, il vous réchauffe tout le corps et vous donne de la force tout de suite.
E.A.– Ici on a la même tenue avec les notes de tabac, de schiste noir, avec des notes d’épices plutôt fortes, du piment jamaïcain et la garrigue tout autour avec des notes de genévrier et de laurier.

R.H. – Et une longueur qui n’en finit plus avec un peu de chocolat noir et une toute petite note d’amertume qui lui donne toute son élégance.
C.M.– Tous ces vins sont disponibles à la SAQ

R.H. – Si les amateurs québécois souhaitent visiter le Languedoc-Roussillon et parcourir la route des vins où peuvent-ils se renseigner ?
C.M.– Je les inviterais tout d’abord à prendre contact avec La Maison de la France ici, à Montréal, après nous avons en région les Comités du Tourisme et les Offices du tourisme.
E.A.– Nous avons aussi une petite filiale qui s’appelle Tourisme de Terroir, ou Tourisme vigneron que vous trouverez facilement sur internet. À ne pas négliger les gites vignerons où l’on a souvent une qualité d’accueil extraordinaire.
C.M.– Vous savez, le Sud de la France c’est avant tout le partage.
E.A.– On est très chaud du point du vue sanguin mais avant tout, on aime partager.

Voici les liens :
Christine Molines Responsable Export pour les vins du Languedoc
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.languedoc-wines.com
Éric Aracil Responsable Export au Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.vinsduroussillon.com

Représentés au Québec par :
Sopexa Canada Ltée
Johanna RAYNAUD
Responsable des relations publiques & médias /
Media & Public Relations Manager
+ (1) 514 288-5802 # 210 / cel. +(1) 514 839-3324
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Maison de la France
www.ambafrance-ca.org
Atout France Agence de développement touristique de la France 1800 av. McGill College, suite 1010. Montréal, Québec, H3A 3J6. Téléphone : (514) 288-2026 et (514) 288-2026

Roger Huet
Chroniqueur vins
Animateur de l’émission Littérature et gourmamndise
Président du Club des joyeux.

À propos de l' auteur

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs