vendredi 19 avril 2024
Champagne: des chiffres de vente en demi-teinte en 2023

Champagne: des chiffres de vente en demi-teinte en 2023

Cette semaine, à l’occasion de la Saint Vincent de l'Archiconfrérie à Epernay, les représentants de l’interprofession ont dévoilé les chiffres de la filière Champagne en 2023. Un bilan en demi-teinte, qui montre tout de même la bonne résilience du champagne dans un contexte économique et géopolitique de plus en plus difficile.

Le site Terre de Vins dans un article paru ce lundi 15 janvier, nous annonce que selon les premières statistiques de l’interprofession, 298,7 millions de bouteilles ont été expédiées en 2023 contre 325,5 millions en 2022, soit un recul de 8,2 %. Une baisse impressionnante mais qu’il faut relativiser. 2022 avait été une année exceptionnelle et continuait à s’inscrire dans le phénomène de rattrapage faisant suite à la crise de la COVID. Beaucoup d’importateurs, par peur d’une éventuelle pénurie de champagne, avaient fait du stock. Comme l’a expliqué Charles Gomaere, le directeur général du Comité Champagne, dans son discours : « À un moment, il faut que les tuyaux se vident. » Naturellement, l’inflation galopante a aussi eu un effet sur le pouvoir d’achat des ménages. On notera que la baisse de volume sur le marché français et sur l’export s’établit à un niveau similaire. Mais comme l’export l’année précédente avait beaucoup progressé alors que le marché français avait déjà commencé à régresser, l’export reste supérieur en volume à ce qu’il était en 2019, année normale de référence précédant la COVID.

La bonne nouvelle c’est que le chiffre d’affaires reste relativement stable, au-dessus de 6 milliards d’euros, confirmant le phénomène de premiumisassions du champagne, laissant supposer que ce sont d’abord les cuvées d’entrée de gamme qui sont impactées par la crise, alors que les cuvées premiums qui s’adressent à une catégorie de consommateurs beaucoup moins touchés par l’inflation, continuent à se développer. Pour confirmer ou non cette analyse, il sera intéressant de comparer avec les chiffres de l’ensemble des crémants français mais aussi du cava espagnol et du prosecco italien qui sont en concurrence frontale avec les champagnes d’entré et milieu de gamme.

Pour 2024, les acteurs du secteur se veulent prudent même si compte tenu des récoltes de ces deux dernières années, le risque de pénurie n’est plus un sujet.

Toutefois, la nouvelle n’est pas bonne pour la filière viticole française qui est déjà confronté à une sensible baisse de la consommation sur les vins tranquilles avec deux régions particulièrement mal menées, le Bordelais et le Languedoc-Roussillon et ce indépendamment de la qualité des derniers millésimes produits.

Source: McViti

À propos de l' auteur

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...