mercredi 30 novembre 2022
Hospices de Beaune : tous les voyants sont au vert pour la 162e vente aux enchères

Hospices de Beaune : tous les voyants sont au vert pour la 162e vente aux enchères

La 162e vente des Hospices de Beaune se déroulera le week-end du 20 novembre et compte tenu de la qualité du millésime, tous les records pourraient être battus.

Le 21 septembre dernier, à l’issue de la fin des vendanges, une conférence de presse organisée par les Hospices de Beaune s’est tenue pour faire un point sur la transition en bio du Domaine des Hospices et sur la qualité du millésime 2022 qui sera présenté aux enchères.

François Poher, Directeur des Hospices de Beaune et Ludivine Griveau, ont rappelé toute la logique qui prévaut dans le déploiement du vin bio au sein des Hospices, "c'est un partage de convictions communes, une éthique de soins, c'est une double motivation dans notre conversion".

«Il a fallu du temps et de l'observation dans le comportement des vignes. Il fallait solder les prérequis» a lancé Ludivine Griveau, qui voit l'achèvement d'un dossier vieux de plusieurs années. L'adhésion des équipes «s'est faite comme une évidence mais il a été nécessaire de changer les gestes et admettre que ça prend du temps», saluant au passage le soutien de la Chambre d'Agriculture de Côte d'Or et du FREDON Bourgogne-Franche Comté pour leurs accompagnements. Pour rappel le FREDON est un organisme spécialisé dans le suivi sanitaire de la plante et à un rôle de conseil et de contrôle.

«Nous voilà l'année 2» (la conversion dure 3 ans NDLR) a salué le régisseur du domaine tout en précisant «que ça ne nous affranchit pas des autres enjeux»

En termes de qualité et de quantité, de la Saône et Loire à la Côte d'Or, les 60 hectares des Hospices de Beaune ont donné à plein régime. Aucune appellation n'échappe au plein rendement. «Ce millésime nous en met plein les yeux» avoue Ludivine Griveau. Un millésime qui s'est appuyé sur un hiver doux, une pluviométrie correcte malgré les apparences et cet «état anormalement sain». Et le rendement est au rendez-vous avec des cuves qui débordent de partout... "Tout est plein !»

Revenant sur cette année avant les vendanges, «la pousse a été explosive... depuis le début, la vigne était en forme» raconte Ludivine Griveau, alors que les inquiétudes pesaient sur la capacité à engranger du volume, au regard des années précédentes. «Nos vendanges ont les plus longues depuis ces 20 dernières années" avec plus de 15 jours au compteur, finissant par celles de Saint-Romain. «Parce que c'était très beau, on a pris la décision d'attendre... et on ne le regrette pas».

Ce seront donc 802 pièces (tonneaux de 228 litres) qui seront présentés aux enchères. Les volumes du millésime s’approchent des records, et dépassent de loin les 351,5 pièces de la maigre année 2021. Alors que la demande pour ces prestigieux vins primeurs ne cesse de croître, et que les prix s’envolent depuis une décennie, les enchères s’annoncent longues. La maison d’enchère Sotheby’s, responsable de l’organisation, estime qu’elles pourraient se terminer tard dans la soirée du dimanche.

«Il y aura 51 cuvées : 18 en blanc, et 33 en rouge. Cela représente un total de 182 pièces de blanc et 620 pièces de rouges», annonce Ludivine Griveau, qui révèle également la présence au catalogue de cuvées inédites. «Un Beaune 1er cru Clos des Mouches blanc, cuvée Hugues et Louis Bertaut fait son arrivée suite à sa replantation. Et c’est une première cette année : nous mettons en vente quatre cuvées de Corton : une Bressande, un Renardes, et un Les Chaumes, ainsi que la pièce de charité. C’est un pas important dans le respect de notre tradition bourguignonne, celle des climats.»

Deux mois après la récolte, Ludivine Griveau juge ses rouges «consistants, c’est à dire tanniques, puissants et charpentés, mais également soyeux, juteux et fruités. Le toucher des tanins est très spécifique à l’année.» Quant aux blancs, «ils ont une belle présence aromatique, et je suis très contente de leur densité», confie l’œnologue.

Les résultats de cette vente iront aux établissements hospitaliers de Beaune. À une exception : la pièce des présidents, dont les bénéfices vont traditionnellement à une cause de charité. Cette année, c’est celle de l’enfance qui a été choisie, avec deux associations. Princesse Margot d’une part, qui soutient les enfants victimes de cancers et Vision du Monde, qui intervient auprès d’enfants défavorisés dans le monde entier.   Une cause parrainée par deux personnalités françaises : la journaliste Flavie Flament et l’acteur Benoit Magimel. Tous deux auront pour tâche d’animer la vente de la pièce de charité afin de faire monter les enchères. Un défi de taille, après la performance exceptionnelle de Pio Marmaï en 2021.

«La pièce de charité 2022 sera un assemblage de trois climats de Corton grand cru, vinifiés séparément : Les Bressandes, Les Renards, et Les Chaumes», a révélé Ludivine Griveau. Un hommage à Louis-Fabrice Latour, dirigeant de la maison Louis Latour décédé en septembre, «car c’était un enfant de ce cette colline». Hommage qui ne s’arrête pas là : le vin est élevé dans «une pièce unique de la tonnellerie Latour, celle de la famille, au grain extra fin et chauffe légère-longue comme, l’aimait Louis-Fabrice».

Un évènement à suivre en direct le dimanche 20 novembre sur le site des Hospices de Beaune et qui promet d’être animé.

Source : McViti

À propos de l' auteur

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...

Commentaires des lecteurs