vendredi 14 août 2020
La graphiste et plasticienne Annette Messager a dessiné la nouvelle étiquette du millésime 2017 de Mouton Rothschild

La graphiste et plasticienne Annette Messager a dessiné la nouvelle étiquette du millésime 2017 de Mouton Rothschild

Chaque année à la fin novembre, les amateurs et collectionneurs du monde entier attendent impatiemment la présentation de la nouvelle étiquette du Château Mouton Rothschild. Pour le 2017, c’est une artiste féminine française, Annette Messager, a qui a été confiée cette mission. Comme par tradition, aucune consigne ne lui avait été donnée par les propriétaires pour réaliser son œuvre.

Le château Mouton Rothschild, propriété de la famille éponyme depuis 1853, s’étend sur 84 hectares de vignes à Pauillac et est premier cru classé avec château Margaux (Margaux), La Tour (Pauillac, Laffite (Pauillac) et Haut-Brion (Pessac Léognan). Aujourd’hui, la propriété appartient aux trois enfants de la baronne philippine de Rothschild, décédée en 2014.

Depuis 1945, pour célébrer la paix reconquise, le baron Philippe de Rothschild décida de couronner l’étiquette du millésime par le « V » de la Victoire, dessiné par le jeune peintre Philippe Jullian. D’une circonstance exceptionnelle naquit une tradition, et à partir de 1946, tous les ans, un artiste différent fut invité à créer une œuvre originale pour l’étiquette. Au début, le Baron Philippe choisit les peintres parmi ses amis personnels: Jean Hugo, Leìonor Fini, Jean Cocteau… En 1955, Georges Braque accepta d’illustrer le millésime. Il fut alors rejoint par les plus grands créateurs de notre époque: Dali, Ceìsar, Miroì, Chagall, Picasso, Warhol, Soulages, Bacon, Balthus, TaÌpies, Jeff Koons... En contrepartie, les auteurs gagnent quelques caisses du fameux millésime décoré par eux-mêmes.

L’an passé, en 2018, pour le millésime 2016, la famille a fait appel à un artiste célèbre, le sud-africain William Kentridge. Ce peintre, sculpteur, vidéaste et metteur en scène avait choisi "Les triomphes de Bacchus", représentant en noir et presque blanc de joyeuses silhouettes sur un bandeau en haut de l'étiquette. Ce natif de Johannesburg était le premier Africain à illustrer une étiquette de Mouton.

Cette année, pour le millésime 2017, c’est une toute autre œuvre dans un esprit très différent qu’a choisie la famille. Signée par l’artiste plasticienne Annette Messager, revisitant sans pudeur, diront certains, la Création d’Adam de Michel-Ange, exposée au Vatican, l’artiste dessine une poitrine à la générosité nourricière, abreuvant le premier cru classé bordelais. Une référence biblique assumée: « Au commencement était le verbe », rappelle Annette Messager, superposant des strates d’Hallelujah, le nom de son œuvre. Le tout « réunit sur un mode à la fois réaliste et symbolique, deux substances que la Bible associe fréquemment l’une à l’autre et dont elle chante les vertus: le lait et le vin », note un communiqué des propriétaires du Château, Philippe Sereys de Rothschild, Camille Sereys de Rothschild et Julien de Beaumarchais de Rothschild.

emmanuel Mouton Rothschild2017

Pour information ou rappel, Annette Messager est née en 1943. Après avoir interrompu ses études à la veille des évènements de mai 68, elle réunit ses premières collections, albums de photographies et de sentences extraites de la presse qu'elle annote et modifie. La galerie Germain lui commande en 1971-1972 une œuvre avec de la laine et du tissu: elle crée Les Pensionnaires, alignement de moineaux empaillés et emmaillotés dans des tricots recouvert de tissu. Se développant dans le contexte parisien des années 70, l’œuvre d’Annette Messager, proche de celles d’artistes comme Botanski, Le Gac ou encore Le Boul'ch, relève de ces démarches singulières qualifiées de « mythologies individuelles ».

Hostiles à tout académisme, comme aussi à une politisation extrême qui avait suivi mai 68, ces artistes prônent la prise en compte de l’élément affectif, imaginaire, voire nostalgique dans l’œuvre. Annette Messager, qui revendique la dimension féminine de son art, intègre l’univers domestique dans lequel le regard masculin a cantonné la femme: travaux à l’aiguille, carnets précieusement intimes, revues de beauté, pour en faire son langage. Elle a aussi enseigné à l’École Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Nul doute que l’originalité de l’œuvre va en surprendre plus d’un, mais il est vrai que d’années en années, les artistes ont souvent étonné par leur audace et leur originalité et c’est ce qui caractérise cet évènement. Quant au vin lui-même, à forte dominante de Cabernet Sauvignon, il est considéré comme classique par les professionnels, ce qui est une belle réussite, 2017 ayant été un millésime « capricieux » à produire pour les vignerons girondins.

Source: McViti

À propos de l' auteur

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...

Commentaires des lecteurs