dimanche 21 avril 2024
Vente des hospices de Beaune: sans surprise les prix se sont encore envolés Crédit: AFP

Vente des hospices de Beaune: sans surprise les prix se sont encore envolés

Les années se suivent et les records tombent les uns après les autres à la vente des Hospices de Beaune. Le chiffre d’affaires atteint près de 14 millions d’euros cette année: « Le meilleur résultat jamais réalisé », ont indiqué dans un communiqué conjoint les Hospices civils de Beaune et la maison d'enchères britannique Christie's.

Cette 158e vente organisée sous le marteau de Christie's, qui attire chaque année de nombreux acheteurs étrangers, proposait cette année un nombre record de 828 pièces, du jamais vu depuis 1973. La recette, hors pièces des Présidents, sera reversée à l'institution hospitalière des Hospices fondée au XVe siècle par Nicolas Rollin, afin de financer la modernisation de l'hôpital de la ville et l'entretien du bâtiment historique de l'Hôtel-Dieu. Pourtant, la journée avait plutôt mal commencé, plusieurs centaines de personnes, en majorité du personnel de l'hôpital, étaient venues manifester pour dénoncer le manque de moyens, et en particulier le manque d’effectif.

Les chiffres d’affaire de la vente des Hospices de Beaune donnent le tournis aux professionnels qui renchérissent chaque année encore un peu plus. Mais jusqu’où cela va-t-il aller? Dix ans plus tôt, la vente aux enchères rapportait 2,8 millions d’euros. Un chiffre à majorer de plus de 11 millions aujourd’hui pour obtenir le chiffre d’affaires actuel. Une incroyable progression qui a vu les prix des vins de l’hôpital beaunois augmenter sans discontinuer lors des dernières dix éditions, à l’exception de 2011. En 2017, la vente avait atteint 12,3 millions d’euros, déjà un record.

Une fois le calme revenu dans la rue et les acheteurs installés, le ton a été rapidement donné avec le premier grand cru de la vente, le Clos de la Roche, adjugé 110 000€ contre 80 000 l’an dernier. Plus tard, la palme revenait au chablis 1er cru Côte de Léchet, cuvée Jean Marc Brocard, avec plus de 70% d’augmentation. La pièce s’était vendue à 8500€ en moyenne l’an dernier. Un Bâtard-Montrachet Grand cru a été vendu pour 135 000€, le plus haut prix jamais atteint pour une pièce de vin hors pièce du Président. Les tonneaux de 2018 ont atteint un prix moyen de 14 500€ cette année. Un fût représente 288 bouteilles, soit un prix moyen de 50,30€ hors frais, hors mise et hors TVA, la bouteille. Une façon sans doute de saluer la qualité du millésime?

Les deux « pièces des Présidents » de la 158e vente des Hospices de Beaune ont été adjugées dimanche à 230 000 euros au profit de trois associations, un chiffre bien en-deçà des 420 000 euros de l'an dernier. C'est un acheteur brésilien, Alaor Lino, ainsi que le négociant bourguignon Albéric Bichot et l'un de ses clients, le Canadien Daniel Tangay, qui ont remporté conjointement le lot, le premier apportant 200 000 euros et les autres 30 000 euros. Notons que la maison de négoce Bichot s’illustre quasiment chaque année en étant un acteur majeur pour la pièce de charité. À l’issue de la vente, Erik Orsenna ne pouvait cacher une certaine déception en déclarant: « Il y a des gens qui sont là pour faire leur marché, ce qui est normal, et il y en a qui sont prêts à donner. Mais peut-être que les gens qui sont prêts à donner n'étaient pas là ». Pendant les enchères, il n’avait pas ménagé ses efforts avec quelques mots d’esprit comme : « Jamais le vin n'a été aussi bon pour la santé, permettez à un immortel de vous le dire ». Une seule pièce des Présidents devait initialement être vendue, issue de la prestigieuse appellation Corton Grand cru Clos du Roi, mais les organisateurs avaient finalement ajouté une deuxième pièce de charité pour la deuxième année consécutive: un Meursault Premier cru Les Genévrières.

Cette vente est donc l’affirmation, s’il le fallait, du pouvoir d’attraction exceptionnel des grands vins de Bourgogne. Elle n’est pas sans poser quelques questions sur l’image d’inaccessibilité qui pourrait se confirmer parmi les consommateurs. Dans les rangs des négociants on va donc s’efforcer de faire passer le message que les Hospices de Beaune sont une vente de charité avant tout et non pas le baromètre de la région. « Il y a du vin en cave, avec ces deux derniers millésimes productifs, c’est une bonne nouvelle par rapport à ce qu’a connu la région depuis le début de la décennie », indiquait le président des négociants bourguignons il y a quelques semaine à la presse Louis Fabrice Latour. De quoi satisfaire la demande sans tensions excessives sur les prix, sauf sur le haut de la gamme, qui ne semble plus connaître aucune limite…

Source: McViti

À propos de l' auteur

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...