mardi 23 octobre 2018
« Un millésime 2018 très prometteur » - Laurence Rigal, Château du Grand Caumont

« Un millésime 2018 très prometteur » - Laurence Rigal, Château du Grand Caumont

Laurence Rigal, propriétaire du Château du Grand Caumont dans les Corbières, arrivera au Québec le lundi 15 octobre pour la présentation des nouveaux millésimes de ses deux cuvées phares présentes à la Société des alcools du Québec (SAQ), dont la célèbre cuvée Impatience. Nous l’avons rencontrée avant son départ, à l’occasion des vendanges.

C’est chez elle, au Château du Grand Caumont, que nous avons rencontré Laurence. Elle a accepté de répondre à nos questions tandis que les vendanges battaient leur plein. À la tête de l’affaire familiale depuis 2003, Laurence à succédé à sa mère Françoise, qui au cours des années 80 et 90, a su moderniser ce vignoble d’une centaine d’hectares pour en faire aujourd’hui un des plus beau fleurons du Languedoc.

McViti : Comment se passent les vendanges en ce début d’automne 2018?

Laurence Rigal : Nous sommes ravis! Nous sommes encore loin d’avoir fini mais pour le moment, tout se présente pour le mieux. Nous avons enfin le volume et la qualité, avec en particulier de très belles Syrah. Les pluies de ce printemps ont fait beaucoup de bien et nous ont permis de traverser l’été sans encombres.

McViti : Vous dites « enfin le volume » pourquoi?

LR : Ces dernières années nous avons eu de la chance, nous avons toujours eu une belle qualité, soit parce que le millésime s'y prêtait, soit parce que nous avons pratiqué une politique de tri importante. Mais contrairement à 2018, le climat ne nous a pas beaucoup aidé les années précédentes, le gel et la sécheresse ayant fortement impacté les rendements. En revanche, sur un plan qualitatif, nous gardons une belle homogénéité d’une année à l’autre.

McViti : Beaucoup de vos collègues ont été touchés par le mildiou; et vous?

LR : En effet, la région a été touchée durant la fin du printemps et l’été par le mildiou. Il a fallu traiter mais avec discernement. À Caumont, nous souhaitons avoir une démarche de traitement raisonné, n’intervenir que lorsque c’est utile, éviter trop de passages pour ne pas écraser les sols avec les tracteurs et éviter de surdoser. C’est un travail de précision, exigeant mais fondamental, dans un souci de protection de l’environnement, auquel je suis particulièrement attachée. La satisfaction est là, le travail a été bien fait, nous avons des raisins sains annonçant un millésime très prometteur.

McViti : Avez-vous encore beaucoup de parcelles à vendanger?

LR : Oui, il nous reste en particulier tous les Carignan. Ce cépage est très important pour nous; les vieux Carignan en particulier rentrent dans nos meilleurs cuvées, dont l’Impatience et notre dernier bébé, le Capus Monti. Là encore, il faut être précis, l’avantage des vendanges à la main comme nous le faisons encore sur la propriété est que cela nous permet de faire un tri rigoureux.

McViti : Le Capus Monti, qu’est-ce qu’il a en plus?

LR : Cette cuvée se veut la cuvée emblématique du domaine. Nous y apportons un soin tout particulier, tant sur le parcellaire que pour la partie vinification. Je me suis entourée de conseils de grands professionnels pour son élaboration. Ma grande satisfaction est que dès la première présentation au Guide Hachette, nous avons eu une récompense et un superbe commentaire. Le chemin est tracé.

McViti : Vous arrivez au Québec dans quelques jours, qu’en attendez-vous?

LR : Grâce au travail effectué depuis plus de 25 ans avec la maison Dandurand, nous avons une belle notoriété. Mais la SAQ est un marché particulièrement compétitif et il ne faut pas s’endormir sur ses lauriers. C’est un éternel travail de remise en cause pour essayer de toujours progresser. Il s’agit cette année de continuer notre croissance au Québec et j’ai également beaucoup d’espoir dans d’autres provinces du Canada, où nous sommes aussi présents.

McViti : Vous venez deux fois par an Canada, est-ce dire que vous appréciez particulièrement ce pays?

LR : Absolument, comme je vous l’avais déjà dit en septembre dernier, j’adore le Québec! Les gens sont d'une grande gentillesse et plein de joie de vivre et le pays est d’une rare beauté. Je viens deux fois par an mais si je le pouvais, je multiplierais mes voyages ici. J’espère prochainement pouvoir venir en voyage de découverte avec mes filles pour qu’elles aussi puissent découvrir toutes les belles choses qu'on peut y trouver.

Source: McViti

À propos de l' auteur

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...

Commentaires des lecteurs