lundi 15 octobre 2018
Un Club Med verra bientôt le jour au Massif de Charlevoix

Un Club Med verra bientôt le jour au Massif de Charlevoix

L'arrivée du Club Med au Massif de Charlevoix attirera des touristes du monde entier, se réjouissent les actuels propriétaires d'hôtels situés à proximité de la montagne, qui ne craignent pas de perdre une partie de leur clientèle au profit de la multinationale.

Les hôteliers du coin se réjouissent

Un investissement de 120 millions de dollars. Un village quatre saisons typiquement québécois. Un hôtel de 300 chambres. La mise en valeur du train touristique. C'est le projet présenté par le champion des vacances tout inclus.

L'arrivée de cet acteur important qui s'appropriera en quelque sorte la populaire montagne réjouit les hôteliers du coin, notamment ceux de Baie-Saint-Paul, qui estiment que la présence du Club Med permettra surtout d'attirer une clientèle internationale.

«On est très, très, très heureux», insistait Christiane Germain, coprésidente du Groupe Germain Hôtels, en entrevue à La Presse, au lendemain de l'annonce. Rappelons que son entreprise possède l'hôtel Le Germain Charlevoix à Baie-Saint-Paul, auparavant connu sous le nom de La Ferme. «C'est une façon d'amener plus de gens dans Charlevoix, ajoute-t-elle. Ils [le Club Med] ont toujours été des précurseurs du développement d'une région. Ils ont vraiment un talent pour la mise en marché.» 

Mme Germain croit fermement que le Club Med tiendra compte des recommandations et des préoccupations des gens du coin dans la réalisation de son village. «On ne peut pas faire des projets en maître absolu, si l'on veut que le projet soit une réussite.»

Pierre Prud'homme, qui possède l'auberge Cap-aux-Corbeaux, ne craint pas non plus l'arrivée d'un «concurrent» international.

«Nous ne pensons pas perdre beaucoup de clientèle à l'auberge. Tout dépendra évidemment des tarifs pratiqués par le Club Med. En général, notre clientèle recherche de petits établissements et non des "resorts". Le Club Med attirera certainement une nouvelle clientèle.»

«Le plus positif [dans cette annonce], c'est que l'on est sûrs de la pérennité de la station», ajoute pour sa part Fanny Bouchard, propriétaire de l'auberge La Grande Maison, également à Baie-Saint-Paul.

Elle souligne également que le Club Med redonnera vie à la montagne en été. En ce moment, Mme Bouchard rappelle que pendant la saison estivale, la remontée mécanique n'est pas en fonction et que l'endroit est un peu délaissé.

À ce sujet, les amateurs de ski du coin qui avaient l'habitude de dévaler les pentes du Massif pourront continuer à le faire sans obligation de séjourner au Club Med. «Les gens pourront toujours skier au Massif», assure Xavier Mufraggi, président-directeur général de Club Med Amérique du Nord. Du côté du Groupe le Massif, on confirme que les billets de saison ou journaliers seront toujours offerts. Les prix n'augmenteront pas plus que le coût de la vie, a-t-on assuré.

À quoi s'attendre?

En plus de vouloir offrir un véritable paradis hivernal, le Club Med a pour objectif de faire du Massif un village quatre saisons où les activités abondent...même en novembre. Incursion dans le futur tout-inclus de Charlevoix.

À quoi ressemblera une journée type de novembre?

Au Québec, le mois de novembre gris et pluvieux n'est généralement pas le meilleur moment de l'année pour attirer des touristes. Pourtant, Xavier Mufraggi, président-directeur général de Club Med Amérique du Nord, a déjà imaginé un scénario de journée.

«Je vois déjà une famille aller prendre tranquillement son petit déjeuner. Ensuite, la petite fille participera aux activités organisées dans le cadre du programme de cirque pendant que fiston va visiter une fromagerie avec le mini-Club. Les parents, eux, iront relaxer au spa.»

D'autres activités

Le Massif est évidemment un paradis pour les amateurs de ski. Avis toutefois à ceux qui ne sentent pas l'appel des pentes: M. Mufraggi rappelle «que l'on est capable d'aller une semaine au Massif sans monter sur des skis». Kayak sur la glace, visite de petites galeries d'art, excursions sont autant d'activités auxquelles pourront s'adonner les vacanciers.

Le train

«Les gens voudront prendre le train», croit fermement M. Mufraggi. Selon lui, les clients du Club Med seront époustouflés par la beauté du paysage qui défilera devant leurs yeux entre Québec et Charlevoix. Il n'exclut donc pas la possibilité d'utiliser le transport sur rail en guise de navette pour les passagers qui débarqueront à l'aéroport international Jean-Lesage de Québec. Présentement, le service de train n'est offert que de juin à octobre. Il effectue le trajet entre les chutes Montmorency et La Malbaie.

La durée du séjour

Les Québécois qui voudront profiter du village le temps d'une fin de semaine pourront le faire. Il sera en effet possible de réserver pour une courte durée. «On veut cette clientèle locale justement pour ajouter à l'expérience locale [des visiteurs étrangers]», souligne M. Mufraggi. Il ne cache toutefois pas que le Club Med favorise d'abord et avant tout les séjours d'une semaine.

Source: Lou White, via La Presse du 23 novembre 2017