dimanche 29 mai 2022
Le nouveau variant  Omicron ne semble pas à l’origine de symptômes graves

Le nouveau variant Omicron ne semble pas à l’origine de symptômes graves

Le nouveau variant B.1.1.529, baptisé «Omicron», a été identifié par des spécialistes dans les dernières semaines. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’a déclaré «variant préoccupant». Or certaines observations d’Afrique laissent entendre celui-ci semble moins virulent. S’agit-il d’un signe que le virus deviendrait endémique?

Nous n’en sommes qu’aux premières étapes de notre compréhension du variant Omicron. Pour le moment, nous savons qu’il présente un grand nombre de mutations en comparaison au virus d’origine, et qu’il semble se propager rapidement dans certaines régions du monde.

Certaines observations préliminaires en provenance de l’Afrique suggèrent qu’Omicron ne semble pas à l’origine de symptômes graves, bien que l’OMS ait recommandé une certaine prudence.

À l’heure actuelle, nous ne connaissons pas la capacité de ce nouveau variant à échapper aux vaccins. Nous ne savons pas non plus si cette capacité est plus grande que celle d’autres souches de SARS-CoV-2, comme Delta.

Il est très fréquent que les virus deviennent moins virulents (c’est-à-dire qu’ils provoquent une maladie moins grave) une fois qu’ils se sont établis au sein d’une population. L’exemple classique de ce type d’amenuisement est la myxomatose, maladie qui tuait 99% des lapins lorsqu’elle a été introduite en Australie. Or, aujourd’hui, le virus responsable de cette maladie cause beaucoup moins de mortalité.

Lire l'article complet: Journal Métro du 30 novembre 2021