dimanche 27 novembre 2022
L'auto-câlinage: techniques et bienfaits

L'auto-câlinage: techniques et bienfaits

Les temps sont durs. Psychologiquement, on prend un sacré coup. La pandémie actuelle, l’incertitude générale face à l’avenir et le climat anxiogène qui règnent - plus la morosité ambiante de la saison qui n’a rien à voir avec l’actualité - nous filent le cafard. Un sentiment pas franchement agréable, disons-le, qui a pourtant l’air bien parti pour s’installer. Joie.

D’habitude, pour résoudre nos petites déprimes passagères, on retrouve nos proches. On les serre dans nos bras, on échange autour d’une boisson quelconque, on se remonte le moral à plusieurs. Le contact humain fait du bien, c’est certain - et c’est surtout prouvé. Sauf qu’aujourd’hui, difficile de se toucher. Le lien social se fait davantage par écrans interposés qu’en face à face. On a beau innover et s’adapter pour la bonne cause, continuer de livrer ce qu’on a sur le cœur via WhatsApp et autres conversations groupées affectueuses, on a besoin de plus. De caresses, de bisous, de câlins, précisément.

Mais comment faire quand on est isolé·e solo, ou que notre co-confiné·e ne semble pas enclin·e à satisfaire notre faim de peau? La réponse serait simple: se rappeler qu’on n’est jamais mieux servi·e que par soi-même, et succomber à une technique qui commence à fédérer, celle de l’auto-câlinage. Une pratique qui consiste, comme son nom l’indique, à se prendre dans ses propres bras pour s’apaiser, se réconforter, voire s’endormir. Intrigant, et apparemment salvateur.

Lire l'article complet: HuffPost Québec du 5 décembre 2020