mercredi 12 juin 2024
Réal Massé, une légende vivante dans le monde des pourvoiries, nous a quittés

Réal Massé, une légende vivante dans le monde des pourvoiries, nous a quittés

NOTE DE L'ÉDITEUR
Dans mon ancienne vie,  j'ai été commanditaire du congrès des pourvoiries. J'ai eu le plaisir de rencontrer Réal Massé et de lui faire part des commentaires élogieux de mes clients de l'époque qui fréquentaient sa pourvoirie dans le style tout inclus.
Au final, je ne suis jamais allé le visiter. Néanmoins, il a marqué des milliers de personne par sa joie de vivre et sa générosité.

 

Le temps d’un texte, j’espère que vous nous pardonnerez de laisser un peu de côté notre distance journalistique pour vous annoncer le décès de Réal Massé, propriétaire de la pourvoirie du même nom. Une maladie fulgurante l’a emporté, mardi dernier, à l’âge de 82 ans. Jusqu’à la toute fin, M. Massé travaillait d’arrache-pied pour satisfaire ses clients. «Ses invités», comme il aimait le dire. On parle ici d’environ 110 heures par semaine. Il faut le faire!

Et si ce texte a une touche personnelle, c’est que M. Massé l’aurait souhaité, lui qui était si proche des gens. Il s’assurait toujours que personne ne manquait de quoi que ce soit. Il n’hésitait jamais à donner ses trucs, pour s’assurer que personne ne reparte les mains vides, peu importe l’âge. Pour lui, une journée réussie, c’était une journée où les pêcheurs ramenaient la chaloupe au quai armés d’un sourire qui se voyait des mètres à la ronde. Et nos enfants l’ont eu, ce sourire. C’est là qu’ils ont appris à pêcher. Chaque année depuis leur tendre enfance, le voyage chez Réal se préparait, était anticipé. Les «truites voraces», on allait en rapporter!

«Regarde! C’est comme ça qu’il faut mettre le ver», expliquait-il.

Ses trucs changeaient tout! Mais lui ne pêchait jamais.

«Les poissons, c’est pour le monde. Moi, mon fun, c’est qu’ils en attrapent», disait-il toujours.

Lire la suite de l'article de TVA Nouvelles