vendredi 19 avril 2024
Les Dragons devront montrer patte blanche pour le futur de cette populaire émission

Les Dragons devront montrer patte blanche pour le futur de cette populaire émission

 

Depuis des années l’émission Dans l'oeil du dragon de Radio-Canada captive un grand public avec plus de 700 000 téléspectateurs. Mais derrière cette image d’entrepreneurs à succès, existe-t-il une réalité moins reluisante? En fait, je me pose la question: l’émission fait elle plus de mal que de bien à l’écosystème entrepreneurial québécois?

Je me suis longtemps demandé si j’allais écrire ce texte ou pas. Au-delà de ma perspective sur cette émission, je considère la majorité des «dragons» comme des relations d’affaires privilégiées pour qui j’ai énormément de respect et d’affection. En revanche, je continue de croire que le concept de l’émission doit être revu et qu’il ne sert plus vraiment de véhicule de promotion positif à l’entrepreneuriat même s’il constitue une excellente vitrine de publicité pour les entrepreneurs y participant.

Et si être dragon portait malheur?
Depuis le début de l’émission, de nombreux entrepreneurs y participant se sont retrouvés dans l’eau trouble. Qu’on pense à Martin-Luc Archambault pour lequel La Presse brossait un portrait pas très reluisant en 2018, Gilbert Rozon, visé par de multiples accusations de harcèlement et d’agressions sexuelles, ou encore de Caroline Néron et de sa débâcle financière, qui a confié au balado Les Dérangeants qu’elle était «en faillite» lorsqu’elle était sur un fauteuil des dragons.

Plus récemment, la fondatrice de Cook It, Judith Fetzer faisait son retour en grande pompe aux dragons en tant que «dragonne invitée» remplaçant Nicolas Duvernois le 14 juin 2023. Malheureusement, l’entreprise se mise à l’abri de ses créanciers dans les dernières semaines, moins de 6 mois après son passage à l’émission cumulant plus de 22 millions de dollars (M$) de dettes et vendu pour moins de 2,3 M$.

Selon moi, la responsabilité de la production est de s’assurer de faire une vérification des participants autant d’un point de vue financier que d’un point de vue l'éthique et de la réputation.

Lire la suite de l'article de Les Affaires