mardi 16 août 2022
Des experts recommandent de conserver sur soi un peu d’argent comptant en cas d'urgence... ou de panne!

Des experts recommandent de conserver sur soi un peu d’argent comptant en cas d'urgence... ou de panne!

NOTE DE L'ÉDITEUR
Les lobbyistes ont failli gagner durant la crise des deux ans de confinement, de ne payer qu'avec les cartes de débit et de crédit.
Cette panne n'est que le début d'une série d'autres à venir. C'est écrit dans le ciel!

 

Reni Odetoyinbo était parmi les millions de Canadiens touchés par la panne nationale de Rogers Communications, le 8 juillet.

En plus de perdre l’accès à son service internet, la créatrice de contenu de 26 ans a rencontré des problèmes bancaires lorsqu’elle a essayé de faire ses courses. Comme plusieurs autres détaillants ce jour-là, le magasin où elle s’est rendue ne pouvait accepter que l’argent comptant.

« Je ne me promène pas vraiment avec de l’argent sur moi, mais heureusement, j’en avais ce jour-là », a-t-elle affirmé.

Mme Odetoyinbo ne garde généralement pas non plus de réserve d’argent liquide à la maison, à l’exception d’un billet de 100 $ qu’elle a reçu en cadeau. 

Cependant, depuis la panne de Rogers, elle envisage de commencer à garder 100 $ en espèces dans son portefeuille en tout temps, en plus de quelques centaines de dollars à la maison. Et, puisque certaines banques ont signalé des problèmes avec leurs services de guichets automatiques, Mme Odetoyinbo songe également à conserver une partie de son argent auprès d’une banque traditionnelle, avec des succursales physiques. À l’heure actuelle, ses finances sont dispersées entre des banques numériques sans frais.

« Ceux qui ont été pris au dépourvu sans argent réalisent peut-être maintenant qu’on doit avoir un plan de secours en place », estime Lisa Kramer, professeur de finance à l’Université de Toronto Mississauga.

Même s’il n’est pas recommandé de liquider une partie de son épargne-retraite pour la garder sous un matelas, garder quelques centaines de dollars, en fonction des dépenses quotidiennes, pour les urgences est une bonne idée, souligne Mme Kramer.

Lire l'article complet: La Presse du 19 juillet 2022