dimanche 3 juillet 2022
Le Panier bleu doit être aussi bon et aussi agréable à utiliser qu'Amazon

Le Panier bleu doit être aussi bon et aussi agréable à utiliser qu'Amazon

NOTE DE L'ÉDITEUR
Malgré les millions de dollars reçus en subvention, le Panier Bleu n'a pas levé.
Durant la crise, le consommateur entendait ceci: «Encouragez l'achat local et achetez chez Amazon!»
Et encore, on remet des fonds publics... Cela me rappelle étrangement le dossier BIXI!

 

D’abord attendue l’automne dernier, la version transactionnelle du Panier bleu devrait finalement faire l’objet d’une annonce de Québec en juin. On ignore encore toutefois à quel moment exactement elle sera disponible, et selon un expert, le site aura une grande côte à remonter pour se débarrasser de l’image de « Pages jaunes » qui lui colle à la peau. Sans compter les rivaux qui ont eu le temps d’apparaître depuis.

Et il y a les détaillants, déjà aux prises avec de nombreux défis d’approvisionnement et de main-d’œuvre, qui font montre d’un certain scepticisme par rapport à cette future plateforme, sans y voir de remède à leurs problèmes.

« Dans les premiers mois de lancement du Panier bleu, il y a eu cette notoriété. Sauf que, avec le temps, ça n’a pas tenu parce que ça n’a pas répondu aux attentes des cyberacheteurs québécois, analyse Bruno Guglielminetti, spécialiste de la communication numérique. L’expérience vécue par les visiteurs du Panier bleu, quand on en a énormément parlé, s’apparentait à la consultation d’un gros répertoire de Pages jaunes. Et les gens ont encore ça en tête. »

Une expérience de magasinage agréable, un mode de paiement simple et un système de livraison efficace, voilà les trois critères que devra remplir la nouvelle place de marché. « Il faut que Le Panier bleu réponde à ces demandes-là, ajoute le spécialiste. La barre, c’est Amazon qui l’a placée. Il faut qu’il soit aussi bon, aussi agréable à utiliser. »

Lire l'article complet: La Presse du 27 mai 2022