jeudi 19 mai 2022
Le sel épandu sur nos routes s’accumule dans nos lacs et rivières

Le sel épandu sur nos routes s’accumule dans nos lacs et rivières

Les tonnes de sel épandues sur les routes du Québec cet hiver n’ont pas disparu. Avec la fonte des neiges, une bonne partie a abouti dans les eaux douces des lacs et des rivières. Or, prévient une équipe internationale de chercheurs, les pratiques actuelles d’épandage mettent carrément en péril des écosystèmes aquatiques.

Même sous les seuils de concentration tolérés par les gouvernements, le sel provoque des taux de mortalité élevés chez les organismes dans les eaux douces. C’est la conclusion d’une étude publiée récemment dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Les chercheurs ont analysé l’effet de différentes concentrations salines dans des lacs d’eau douce au Canada, aux États-Unis et en Europe.

« La trop grande salinité des eaux douces à l’échelle mondiale est un problème connu depuis plusieurs décennies, et les concentrations sont de plus en plus élevées », soutient William Hintz, professeur de sciences environnementales à l’Université de Toledo, en Ohio, et l’un des principaux auteurs de l’étude.

Les industries agricole et minière ont leur part de responsabilités. La source de pollution principale est toutefois le sel de déglaçage, insistent les chercheurs.

Lire l'article complet: La Presse du 8 mai 2022