vendredi 12 avril 2024
Marcel Kretz, en 1978, lors de sa première compétition de cuisine juive en Terre sainte

Marcel Kretz, en 1978, lors de sa première compétition de cuisine juive en Terre sainte

C’était la première compétition de cuisine juive et la première conférence sur l’art culinaire juif. Nous étions dix-huit en tout. J’étais le capitaine de l’équipe. Le président de la Fédération canadienne des chefs de cuisine, Hans Buesckens, était le directeur de ce qui s’avéra dès le début comme une aventure.

L’organisation ne comprenait que quatre volontaires, dont deux pâtissiers de Calgary. Et comme le temps pressait, je commençai à faire les recherches nécessaires et à établir les menus, les recettes et la composition des plats de présentation et des plats obligatoires.

Au fur et à mesure que nos collègues trouvèrent les fonds pour le voyage, ils se joignirent au groupe. Mais déjà, il était tard, j’ai dû continuer le travail seul, pour les recettes à caractère juif, en respectant les lois Kashruth[1].

Du fait que le départ et le rassemblement des marchandises et du matériel se faisaient à Montréal, et plus précisément à partir des Cuisines du Canadian Pacific Airlines (CP Air) à Mirabel, il m’incombait d’organiser et de solliciter la coopération du Rabbin Rubin et de son chef, M. Roth. J’étais à ce moment-là le seul participant du Québec. Un mois avant le départ, le chef du Château Champlain s’est joint au groupe. Et enfin vint le grand jour du départ. Vérification minutieuse de la marchandise, le service de sécurité israélien était partout, inspectant nos boîtes et leur contenu. Mais tous les dons de marchandises qui avaient alors afflué du pays entier, grâce aux autres collègues, étaient heureusement munis de lettres et de certificats rabbiniques, ce qui évitait les fouilles plus poussées. Pour cette compétition, 4000 livres de vivres et de matériel furent transportés à Jérusalem!

Il faut dire que notre expédition était très bien vue de la part des Israéliens présents à Montréal. C’était une sorte de mission, aucun de nous n’était juif, mais pour nous, ce geste cadrait bien avec nos aspirations et notre philosophie. Nous sommes tous frères et davantage autour d’une table. Les cuisiniers qui participent à ce genre de concours sont résolument apolitiques. Et puis, pour les chefs canadiens, c’était un nouveau défi. L’invitation avait été faite lors de leur participation aux Olympiades culinaires de Frankfurt en 1976.

Lire la suite: Journal Ski-se-Dit du 20 janvier 2022

D'autres références sur le chef Marcel Kretz