lundi 25 octobre 2021
Le REM passera dans la cour de Mario Mordente, dans l’île Bigras!

Le REM passera dans la cour de Mario Mordente, dans l’île Bigras!

NOTE DE L’ÉDITEUR
…Durant ce temps, les citoyens de la ville de Dorval devront payer leur stationnement à l’aéroport de cette ville pour avoir accès au REM! 72  72  72

 

La station de l’île Bigras était-elle nécessaire ? Des résidants amers estiment que non. Et lancent un message à ceux de l’est de Montréal : « Battez-vous. »

Une station géante… pour 1000 habitants

Des résidants des Îles-Laval, où le Réseau express métropolitain (REM) érige, entre deux rangées de bungalows, une station surélevée, ont un message à faire passer à leurs concitoyens de l’Est : « Battez-vous ! Nous autres, il est trop tard. »

« Tout le monde aurait dû protester », lance Mario Mordente, un habitant de l’île Bigras, la plus grande île de ce petit archipel, qui doit vivre avec un énorme pilier de béton à huit mètres de sa maison. « Le REM, c’est comme un tracteur dans une garderie de poupons. »

Une fois achevée, la station Île-Bigras se dressera sur 11,3 mètres de haut et fera 80 mètres de long.

Il faut y aller pour voir à quel point cette structure est énorme par rapport au milieu sur lequel elle est posée, d’autant plus qu’elle sera peu utilisée. Les trois îles desservies par la station ne comptent que 1000 habitants, dont la majorité ne prendra pas le train tous les jours. La station ne pourra pas attirer d’autres voyageurs, parce que le territoire est pleinement occupé et qu’une autre station, à Sainte-Dorothée, qui dessert Laval, est à 1,2 kilomètre de distance.

Lire l'article complet: La Presse du 5 octobre 2021