vendredi 27 mai 2022
Détail Formation recommande 4 actions afin d'éviter la catastrophe économique

Détail Formation recommande 4 actions afin d'éviter la catastrophe économique

Il y a des infolettres qui sont pleines d’enthousiasme, d’autres qui doivent sonner des cloches. Voici donc notre sonnette d’alarme.

Aujourd’hui, nous désirons attirer votre attention et celle des décideurs dans les organismes de développement économique sur la situation actuelle. Surtout sur la situation à venir au cours des prochains mois :

Si rien n’est fait à Montréal et ailleurs pour le commerce de proximité, en 2022, ce sera l’hécatombe de fermetures de plein de petits commerces!

Notre travail de terrain nous le confirme. Méfiez-vous des données macroéconomiques qu’on relate dans les médias et qui démontrent une forte reprise de l’économie. Dans le secteur du commerce, c’est l’inverse qui se passe actuellement. Ça ne va pas bien du tout lorsqu’on regarde attentivement les données financières, croyez-nous!

Bien sûr, certains secteurs d’activité s’en tirent mieux. Par exemple, le secteur des dépenses courantes. Il faut bien continuer à manger, se laver, se soigner et faire le plein d’essence !

D’ailleurs, un secteur qui se positionne bien, est celui des biens durables. Les ordinateurs, les téléphones cellulaires, les voitures, les électroménagers, et tout ce qui touche de près ou de loin à l’immobilier et aux produits de construction sont en pleine ébullition.

Mais, pour les besoins semi-courants… ça ne va VRAIMENT pas bien! Et même les entreprises qui voient leurs ventes être en hausse sur l’année dernière; dans les faits… sont beaucoup moins rentables!

Voici plusieurs raisons qui expliquent POURQUOI cette situation est si CRITIQUE et pourquoi il est temps d’agir avant qu’il ne soit trop tard :

  • Plusieurs commerçants possèdent une dette de 60 000$ de CUEC et même de PAUPME de 25 000$ et ne voient pas comment ils pourront rembourser cet argent d’ici les 15 prochains mois. On compte beaucoup trop sur les ventes de Noël pour s’en sortir. Pas cette fois-ci!
  • Plusieurs commerçants ne sont pas à jour dans leurs demandes de subventions de loyer et subventions salariales. Ils vont tomber cul par-dessus tête lorsqu’ils vont voir que les pourcentages (%) de subventions ont diminué considérablement au cours des derniers mois.
  • Les locateurs qui ont été, en général, assez patients avec leurs locataires commerciaux commencent à taper du pied et veulent que les loyers soient payés en entier.
  • Le Revenge Shopping tant attendu ce printemps aura été de courte durée. De plus, la 4e vague de Covid-19 continue à hanter la confiance des consommateurs et, par conséquent, la consommation générale.
  • Les mesures sanitaires exigées dans les commerces limitent souvent l’achalandage. Par exemple, nous n’avons qu’à penser aux mesures dans les restaurants et certains petits commerces dans nos rues commerciales.

Lire la suite: Détail Formation du 20 septembre 2021