dimanche 18 avril 2021
Le bonheur de faire enfin le vin qu’il veut

Le bonheur de faire enfin le vin qu’il veut

Et si le vin nature devenait le plus gros succès des vignerons québécois ? Pour certains, c’est un risque peut-être, mais un risque calculé alors que les amateurs ont une grande soif de ces produits. Rencontre avec Simon Naud du Vignoble de la Bauge, un vigneron « cool » qui fait ce qu’il aime faire de mieux : des vins authentiques.

« Cool, c’est cool ! » Celui qui ponctue souvent ses phrases de ces quelques mots, c’est Simon Naud, le vigneron propriétaire du Vignoble La Bauge à Brigham, en Estrie. Fondé il y a 35 ans, sur les terres familiales dont une partie fut initialement dévolue à l’élevage du sanglier, le vignoble est passé par bien des étapes avant d’arriver à cette croisée des chemins qu’il connaît aujourd’hui. « J’ai l’impression de participer à un mouvement avec les sommeliers, les chroniqueurs, les vignerons et les clients, on fait un team ! J’ai l’impression qu’on participe tous ensemble à élever quelque chose de cool, c’est sûr que j’ai le goût de faire ça. Ça me ressemble plus aussi. »

Galoper vers le naturel

Ce en quoi se retrouve Simon Naud depuis plusieurs mois, c’est de prendre la route du bio mais aussi du vin nature, sans artifice, pour juste laisser parler le cépage et en faire des vins fidèles à ce qu’il veut exprimer. « Je veux avoir des vins où les gens se retrouvent, je ne veux pas avoir des vins déviants avec de la volatile, je peux pas vivre avec du « brett » (les brettanomyces, ces levures qui peuvent transformer certaines molécules inodores présentes naturellement dans le vin en composés odorants désagréables, comme des senteurs d’écurie). Je veux de beaux vins frais qu’on offre aux gens et qui représentent l’extension de mon chai. J’ai ça dans mes barils, je vous le donne de façon intégrale. »

« Je pense qu’on a un avantage pour les vins nature ici parce qu’on a des vins assez acides, qui ont un pH bas, ça limite l’activité microbienne et puis, ils ne voyagent pas. »

Lire le texte complet: ToutsurleVin.ca du 7 avril 2021