samedi 6 mars 2021
L'état du centre-ville de Montréal demeure critique

L'état du centre-ville de Montréal demeure critique

NOTE DE L'ÉDITEUR
Montréal est une très belle ville, agréable pour ceux qui se déplacent en vélo et en transport en commun.
Montréal est au bord du gouffre. C'est une stratégie à moyen et long terme qui va sauver celle-ci, et non pas des actions à court terme, tels que les stationnements gratuits et autres...
 

 

Il y a trois mois, on comparait le centre-ville à un malade aux soins intensifs. Depuis, on observe quelques faibles signes d’amélioration, mais son état demeure critique.

Tel est le portrait rapporté dans le second numéro du rapport trimestriel sur l’activité au centre-ville de Montréal publié par une kyrielle d’organisations socioéconomiques gravitant autour de l’Institut de développement urbain du Québec (IDU).

Le taux d’inoccupation des logements locatifs dans l’arrondissement de Ville-Marie qui englobe le centre-ville s’élève maintenant à 12 % et la vente de condos neufs a chuté de 53 % dans le secteur en 2020 comparativement à 2019. Le nombre de magasins vides augmente tant sur la rue Sainte-Catherine que dans les galeries marchandes souterraines. Mince consolation, l’achalandage dans le métro remonte après avoir touché le fond.

Cette nouvelle édition de l’État du centre-ville présente une mise à jour des données au quatrième trimestre de 2020 par rapport au deuxième trimestre, dans six catégories d’indicateurs soit les bureaux, les commerces, l’habitation, l’enseignement supérieur et l’achalandage-mobilité. Le sondage web a été réalisé entre le 6 et le 14 janvier auprès de 1000 résidents de la région métropolitaine de Montréal.

À noter que les questions portaient sur la situation avant le 24 décembre 2020, et donc avant l’imposition de la fermeture des commerces non essentiels (25 décembre 2020) et du couvre-feu (9 janvier 2021). En voici les faits saillants.

Lire l'article complet: La Presse du 18 février 2021