vendredi 5 juin 2020
L’insousciance des nouveaux règlements d’aménagement au détriment de l’économie locale

L’insousciance des nouveaux règlements d’aménagement au détriment de l’économie locale

Alors que certains commerçants se réjouissent de voir les artères commerciales interdites aux voitures, le propriétaire de la Fruiterie Milano ne décolère pas. Pour lui, la décision de la Ville de Montréal est tout simplement «inacceptable».

La fruiterie de Mario Zaurrini, située boulevard Saint-Laurent depuis des décennies, est une véritable institution de la Petite-Italie. Depuis le début de la crise, elle continue à servir ses clients, notamment grâce à un système de commandes à emporter. La fruiterie en prépare ainsi plus d’une vingtaine par jour.

Quand il a appris hier que les voitures ne pourraient plus circuler sur le boulevard Saint-Laurent entre Saint-Zotique et Jean-Talon, M. Zaurrini a été très surpris. Pour lui, fermer à la circulation sur une artère aussi majeure est absurde.

«C’est incompréhensible! On est furieux! La plupart de nos clients s’arrêtent en voiture sur Saint-Laurent. C’est un axe qui traverse la ville du Nord au Sud et qui ramène du monde de partout à Montréal», tone-t-il.

De plus, alors que la Ville souhaite faciliter la distanciation sociale avec ces nouveaux aménagements, M. Zaurrini craint que cela ait l’effet inverse. Selon lui, empêcher l’accès aux voitures risque surtout de créer des rassemblements.

Lire l'article complet: Journal Métro du 20 mai 2020