jeudi 28 octobre 2021
François Chartier et Stéphane Modat en 2012, lors du lancement du livre de recettes Papilles et Molécules. François Chartier et Stéphane Modat en 2012, lors du lancement du livre de recettes Papilles et Molécules.

Stéphane Modat, chasseur et pêcheur dans l'âme du cuisinier

Il a dépoussiéré le Château Frontenac et sa soif d’authenticité du terroir n’a d’égale que l’immensité de notre territoire, des Îles-de-la-Madeleine au Nunavik. Au gala des Lauriers d’avril dernier, ses pairs ont élu Stéphane Modat chef de l’année. Rencontre avec un explorateur des saveurs.

Notre première rencontre avec Stéphane Modat remonte à 2007, au moment où venait d’ouvrir le Cercle, à Québec, dans le quartier Saint-Roch. Nous avons le souvenir d’un gars dans le jus, allumé et festif. C’est le même chef énergique, créatif et audacieux qui supervise aujourd’hui l’offre gourmande du Château Frontenac et qui parcourt le territoire québécois à la recherche notamment des trésors du Grand Nord.

Depuis, il a aussi trouvé le temps de publier l’an dernier aux Éditions La Presse Cuisine de chasse, qui sera suivi par Cuisine de pêche, fin octobre. Initié à la chasse il y a six ans, il porte en tatouages « tous ses premiers » animaux : ours, caribou, chevreuil… Mais il ne se considère pas chasseur pour autant.

« Je suis cuisinier dans le bois ! Quand tu as un orignal dans ton viseur, il faut que tu réfléchisses ; tu n’achètes pas un steak, il faut que tu penses à ce que tu vas faire avec tout le reste, dans le respect de cet animal majestueux et du terroir. C’est une grande responsabilité. »

Lire l'article complet: La Presse du 21 septembre 2019