dimanche 22 septembre 2019
Le Marché Jean-Talon menacé?

Le Marché Jean-Talon menacé?

Que se passe-t-il au marché Jean-Talon? Je fréquente régulièrement, depuis plus de 40 ans, cette véritable institution montréalaise, qui attire des clients d’aussi loin que le Vermont. Je sentais déjà, depuis trois ou quatre ans, une certaine désaffection du côté de l’offre. Quelques kiosques, çà et là, fermaient, des « trous » apparaissaient soudain au milieu d’une allée, quelque chose d’indéfinissable semblait s’infiltrer dans les lieux, laissant une impression de mauvais présage.

Mais cette année, c’est à une véritable catastrophe que j’assiste, incrédule: près du tiers des espaces de kiosque est inoccupé. On se promène, attristé, le long de grands vides laissés par la disparition de marchands-producteurs souvent de haute qualité.

Que se passe-t-il? On me parle de coûts de location prohibitifs. Mais plusieurs décisions, soit des gestionnaires du marché, soit de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, me semblent également être en cause. Par exemple, on a aménagé il y a quelques années une nouvelle section de stationnement souterrain, mais sans ascenseur ! Quelle est la grosse tête qui a pensé qu’on pouvait facilement, les bras chargés de fruits et de légumes souvent lourds, manoeuvrer trois portes successives et franchir deux volées de marches ? Résultat : le stationnement est désert.

Lire l'article complet: Le Devoir du 1 août 2019