mardi 17 septembre 2019
Gaspillage alimentaire: l’emballage au cœur du problème

Gaspillage alimentaire: l’emballage au cœur du problème

Deux études ont vanté cette année les mérites des boîtes de prêt-à-cuisiner, comme Marché Goodfood, Hello Fresh et compagnie, pour contrer le gaspillage alimentaire. Mais cette solution est-elle vraiment plus « verte »?

Les consommateurs ont la mauvaise habitude d’acheter à l’épicerie plus qu’ils ne consomment.

Résultat : près de 60 % de la nourriture produite au Canada est jetée à la poubelle, selon un rapport de l'organisation Second Harvest.

En proposant des aliments préportionnés, les boîtes de prêt-à-cuisiner ont l’avantage de réduire la quantité d’aliments gaspillés, comparativement aux repas cuisinés avec les provisions achetées à l’épicerie.

Une étude de l’Université du Texas à Austin, aux États-Unis, a comparé l’énergie nécessaire sur toute la chaîne d’approvisionnement (Nouvelle fenêtre), de la ferme à la salle à manger, à la production d’un repas en prêt-à-cuisiner avec celle du même repas préparé à partir d’une épicerie.

Le prêt-à-cuisiner nécessite moins d’énergie, autant par repas que sur une semaine, sauf lorsque l’emballage (en indigo sur le graphique) est pris en considération, démontrent les auteurs de l’étude.

Lire l'article complet: Radio-Canada du 26 juillet 2019