lundi 14 octobre 2019
5G - Les réels dangers tous azimuts de cette nouvelle invasion des ondes

5G - Les réels dangers tous azimuts de cette nouvelle invasion des ondes

L'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne et maintenant les États-Unis... La liste des pays qui limitent l'utilisation des équipements de Huawei pour la mise en place du très attendu réseau 5G s'allonge. Le Canada jongle avec l'idée d'emboîter le pas à ses alliés, qui invoquent des raisons de sécurité nationale. Les entreprises canadiennes devraient-elles retarder le déploiement de ce nouveau réseau de télécommunications ultrarapide?

Rogers, Telus et Bell – les trois grands joueurs canadiens des télécommunications – travaillent déjà au déploiement du réseau 5G. Ce dernier offrira un débit au moins 20 fois plus rapide que celui du 4G, qui dessert actuellement la plus grande partie de l’Occident.

Cette rapidité présage une petite révolution, celle de l’Internet des objets. Contrairement au 4G, qui est présentement saturé, ce nouveau réseau sera capable de supporter le déluge de données généré par nos montres, réfrigérateurs, voitures autonomes et autres gadgets destinés à rendre nos villes et nos maisons intelligentes.

Une telle révolution exige toutefois des changements d’infrastructures importants; de nouvelles antennes, de nouveaux routeurs, processeurs, téléphones, etc. Et, présentement, Huawei est loin devant dans la course aux équipements 5G. Or, le géant chinois est l’objet d’une méfiance grandissante en Occident. 

Lire l'article complet: Radio-Canada du 20 juin 2019