lundi 15 octobre 2018
Kahnawake Brewing Co., la première microbrasserie en territoire autochtone

Kahnawake Brewing Co., la première microbrasserie en territoire autochtone

Entre autres surprises : le cuisinier salue les clients avant la serveuse, les galopins de bière en dégustation prennent pied dans un moule à muffins et la machine à popcorn s'éclate sans relâche à l'insu de la facture.

Mais de la terrasse de la Kahnawake Brewing Co., seule l'enseigne du voisin d'en face, MOHAWK BINGO, laisse deviner que l'histoire brassicole s'écrit ici en majuscules. Pour la première fois au Québec, « et peut-être au Canada », une microbrasserie tient adresse en territoire autochtone, à Kahnawake plus précisément.

« Quelques fois par semaine, on se fait demander si les Blancs sont les bienvenus », s'étonne le brasseur Andrew Stevens, ou « Drew », le seul des quatre copropriétaires à ne pas avoir de racines mohawks.

« C'est une belle délicatesse de poser la question, mais la seule couleur qu'on a le droit de ne pas aimer, c'est celle d'une bière. D'ailleurs, tout notre staff est bilingue. » - Andrew Stevens, copropriétaire de Kahnawake Brewing Co.

Pour la première fois aussi, des entrepreneurs ont dû faire affaire avec un conseil de bande et un organisme de contrôle local, et non avec la Régie des alcools du Québec, pour obtenir un permis de production artisanale d'orge malté.

« On a rencontré les bonnes personnes, et les étapes se sont enchaînées, dit l'ex-membre d'un band métal qui jouait fréquemment dans la réserve. Il fallait tout expliquer : le projet de microbrasserie, ce qu'est un cruchon [que bon nombre de banlieusards font remplir au retour du travail], notre désir de vendre des canettes... »

C'est qu'Andrew Stevens et ses partenaires ont soif d'expansion. Des travaux se mettront bientôt en branle pour relier la salle de brassage et le pub, et ainsi permettre de quintupler la production, soit de 1000 à 5000 litres par semaine. « Pour l'instant, on est une nanobrasserie, mais on va devenir une micro, et le but est d'exporter nos produits en dehors de la réserve », explique le brasseur, qui a pris de la bouteille parmi les cuves d'un restaurant Les 3 Brasseurs.

Fiers ferronniers

Baptisé dans un premier temps Black Bridge, en référence au pont ferroviaire construit en grande partie par des ironworkers (ferronniers) mohawks le long du pont Mercier, l'établissement a dû revoir son image de marque. Deux micros du même nom, en Arizona et en Saskatchewan, rendaient chaotique la gestion des communications.

« Des gens appelaient en Saskatchewan pour savoir si on était ouverts. Il allait y avoir de plus en plus de confusion au fur et à mesure qu'on prendrait de l'expansion. C'était mieux de repartir à neuf maintenant. » - Andrew Stevens

L'histoire de la communauté trouve toujours écho dans le logo, la déco - une énorme photo du Black Bridge tapisse l'un des murs - et dans la nomenclature des bières, qu'il s'agisse de la stout Bammer, de la blanche belge Goose Neck ou de l'American pale ale Bull Pin, autant d'outils indispensables sur les chantiers.

Clés, marteaux et autre quincaille remplacent par ailleurs les tireuses à bière. « C'est un hommage aux travailleurs du fer, et à un métier dangereux qui est très important pour les gens d'ici », lance Drew, qui rappelle que l'effondrement du pont de Québec, en 1907, a tué 33 membres de la communauté.

Une partie de la production prend en outre racine sur le territoire iroquois. Ainsi, la Porter Smoke That Sap ! met à profit l'érablière de l'un des copropriétaires. « On est aussi en discussion avec un herboriste pour concevoir une bière sans houblon, avec des herbes et des épices qui poussent dans le terroir », souligne le brasseur.

De quoi faire parler de Kahnawake dans les chaumières pour autre chose que ses salons de jeu et ses cabanes à tabac, se réjouit Drew, qui poursuit en quelque sorte le travail de bâtisseur de ses amis ferronniers.

Source: Lou White, via La Presse du 8 août 2018